Ile Seguin : La Seine Musicale, des scènes d’exception

Posted by on fév 11, 2017 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : La Seine Musicale, des scènes d’exception

Une visite en avant-première de la Cité Musicale

L'auditorium de la Seine Musicale de l'Ile Seguin

L’auditorium de la Seine Musicale de l’Ile Seguin

La Cité Musicale du conseil général, baptisée désormais La Seine Musicale, est un projet que nous avons toujours soutenu, et qui, rappelons-le n’a fait l’objet d’aucun recours.
Les riverains ont eu le privilège de participer à une visite en avant-première de ce lieu d’exception.

L’auditorium : une œuvre d’art en bois tressé

Coup de cœur pour le magnifique auditorium dessiné par Shigeru Ban, situé au cœur de l’ «l’œuf en bois » sur la pointe de la Cité. Non amplifié, d’une capacité modulable jusqu’à 1200 personnes, c’est une véritable œuvre d’art en bois tressé. On s’attarde avec bonheur à examiner la créativité et le soin extrême apporté à chaque détail de l’architecture intérieure. Les matériaux naturels, bois et carton, sculptés avec talent, apportent une atmosphère harmonieuse et chaleureuse. On comprend parfaitement l’expression de « Nid » utilisée par son créateur. L’auditorium qui sera dédié à la musique classique sera une des plus belles salles de France.Auditorium detail mur

Auditorium détail plafond

Détails des murs et du plafond de l'auditorium de la Seine Musicale de l'Ile Seguiin Détails des murs et du plafond de l’auditorium de la Seine Musicale de l’Ile Seguin

Le geste architectural fort est la construction du grand Dôme ovoïde en bois  bordé de l’immense voile solaire. Les coursives serpentent autour de l’auditorium à l’intérieur de la bulle avec de belles perspectives sur la Seine et les rives.

Aperçu de la voile solaire depuis les coursives

Aperçu de la voile solaire depuis les coursives

La Grande Seine : un plateau technique spectaculaire

La grande salle, dénommée la Grande Seine, d’ une capacité modulable jusqu’à 6000 places, est dotée d’un plateau technique high tech. Elle se reconfigure suivant les nécessités pour des configurations debout/assis. Sièges confortables, avec beaucoup de place pour les jambes, excellente vision depuis n’importe quel emplacement. Elle sera dédiée aux grands évènements.  La direction artistique est confiée à Jean-Luc Choplin, ex-directeur du Châtelet, qui vient de signer 3 triomphes de grands classiques de la comédie musicale américaine avec Un Américain à Paris (2014), Singing in the Rain (2015) et 42nd street (2016). Autant de triomphes qui font de la reprise de West Side Story annoncée pour le 60eme anniversaire de la comédie musicale l’un des événements majeurs qui devrait remplir la Grande Seine en 2017.

Grande salle

La Grande Seine, grande salle jusqu'à 6000 places

La Grande Seine, grande salle jusqu’à 6000 places

Grands espaces épurés, et circulations réfléchiesCoursive

Immense foyer commun aux deux salles, grandes galeries latérales qui accueilleront boutiques et restaurants, un restaurant étoilé, studios de répétitions et d’enregistrement, espace de réception. La Seine Musicale apparait extrêmement bien conçue, en particulier pour l’organisation en sécurité des flux importants de public qu’elle est destinée à recevoir. L’architecture intérieure de distingue par sa sobriété et son harmonie épurée.

Grande Galerie et porte latérale donnant sur le parvis

Porte latérale donnant sur le parvis, avec mécanisme d’ouverture vertical

Harmonie intérieure, brutalité extérieure ?

Si l’intérieur de la Seine Musicale fait l’unanimité, une inquiétude réelle se manifeste quant à son aspect extérieur. La plupart des habitants croient en effet que la Cité Musicale n’est pas terminée et qu’elle attend toujours son revêtement définitif.
Comme le confirme Shigeru Ban dans une interview à Bâti Actu le mur de béton brut de la Cité doit bien demeurer en l’état :

 « Dessiné en continuité du plan urbain conçu par Jean Nouvel pour l’ensemble de l’île, il fallait garder cette dimension industrielle. Il y a également cette orientation vers l’architecture brutaliste. Et ne vous inquiétez pas sur ce béton, il va vieillir. »

C’est bien de cet aspect industriel de béton brut et de la façon dont il va vieillir que les riverains s’inquiètent. Voici une photo assez claire de l’image qu’offre la Cité par jour gris, avec les coulures d’humidité sur le béton brut, photo transmise par l’association ACVPS qui regroupe les riverains du Pont de Sèvres :

Le mur en béton brut vu du Pont de Sèvres. Photo : ACVPS

Le mur en béton brut vu du Pont de Sèvres. Photo : ACVPS

La Cité musicale devait faire l’unanimité. Nul doute qu’il en sera ainsi quant à la qualité exceptionnelle de ses équipements, la beauté et l’harmonie de son architecture intérieure. La Seine Musicale sera un véritable lieu de destination, un lieu culturel d’importance majeure pour le Grand Paris. Il serait dommage de gâcher cette unanimité par une volonté « brutaliste »…

La Cité Musicale a aussi le mérite de faire bien percevoir le coté délirant du projet Nouvel pour le reste de l’Ile :

  • La Seine Musicale, ce grand navire pour lequel ont été coulées 45 000 m3 de béton, ne représente « que » 36 000 m2 constructibles. On veut nous imposer 240 000 m2, ce bétonnage massif, c’est déraisonnable. … à moins qu’on ne soit fabriquant de béton bien sûr !
  • On perçoit aujourd’hui mieux le projet Nouvel : ceinturer tout le pourtour de l’Ile d’une muraille de béton brut identique au mur de la Cité Musicale…. Si la « petite » portion de la Cité fait déjà débat, que dire du rejet profond par les habitants qu’une telle muraille entrainerait !

Nous souhaitons à la Seine Musicale le succès qu’elle mérite, avec ses équipements splendides, et de bien vieillir malgré l’inquiétude que suscite son béton brut.

Nous invitons également ses opérateurs à se joindre à nous pour que la Seine Musicale ne soit pas la proue d’une Ile Seguin défigurée par le béton et les tours de bureaux. Vos futurs spectateurs n’en seront que plus heureux !

A lire également :

Shigeru Ban : la Seine Musicale, un grand navire doté de longs murs en béton. Interview à Bati-Actu.

Ile Seguin : rejet massif des tours de bureaux par les boulonnais.

Consensus autour de la Cité Musicale de l’Ile Seguin (2014)

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : rejet massif des tours de bureaux par les Boulonnais

Posted by on jan 29, 2017 in Actualité | 1 comment

Un sondage sans ambiguïté affirme les choix des habitants

Ile Seguin

Photo : Ile Seguin, Le Point Spécial Boulogne, janvier 2017

Un sondage sur plus de 1200 personnes

L’association Boulogne-Environnement a fait réaliser un sondage exclusif sur un échantillon de plus de 1200 personnes résidant à Boulogne-Billancourt, dans tous les quartiers, ce qui le rend hautement représentatif. Les résultats ont été présentés le 25 janvier 2017 par Jean-Louis Tourlière, président de l’association, devant M. Gauthier Mougins, représentant la mairie. Tous les éléments représentant le cadre de vie à Boulogne ont été passés en revue : fusion Boulogne/Issy, circulation, services publics, urbanisme, vie culturelle, sécurité, propreté, grands projets (Roland Garros, Ile Seguin).

Pour l’Ile Seguin, un rejet massif des tours de bureaux

On se souvient qu’en 2012, la mairie avait fait réaliser une « votation » à caractère douteux imposant un faux choix entre 3 projets de bétonnage massif du même architecte Jean Nouvel. Le sondage a préféré donner une liberté de choix en demandant aux habitants de choisir librement les 3 aménagements qu’il fallait rejeter pour l’aménagement de l’Ile Seguin, et les 3 aménagements qu’il faudrait prioriser.

Les Boulonnais réclament des espaces verts, des équipements culturels et sportifs.

Ils veulent absolument éviter les tours et les bureaux.

Ile Seguin : les 3 priorités des Boulonnais

Ile Seguin : les 3 priorités des Boulonnais

Ile Seguin : les 3 aménagements à éviter

Ile Seguin : les 3 aménagements à éviter

Des choix logiques dans le cadre d’une ville jugée déjà trop dense et trop bâtie 

Boulogne-Billancourt est bien jugée comme une ville globalement agréable à vivre. Quelques points noirs comme la circulation, la propreté, la cohabitation des deux roues et des piétons sur les trottoirs, les transports en commun trop bondés, le bruit, ont été bien mis en lumière par le sondage. Ils feront l’objet de propositions à la mairie de la part de l’association. Il y a cependant un point qui fait l’unanimité des habitants : la ville est trop dense et trop bâtie. Ils réclament en toute logique que l’Ile Seguin,  le dernier grand aménagement qui reste à réaliser ne soit pas ultra-bétonné.

Boulogne-Billancourt : une ville trop dense selon ses habitants

Boulogne-Billancourt : une ville trop dense selon ses habitants

Et le projet actuel face à ces attentes ?

En ce qui concerne les équipements culturels, La Seine Musicale ouvrira ses portes en avril 2017, sur la pointe aval de l’Ile Seguin. Equipement de prestige, son esplanade est désormais ouverte au public. Ce projet a été rapidement mené, et à l’issue d’une concertation exemplaire, n’a fait l’objet d’aucun recours. Ce bâtiment imposant occupe à peu près le tiers de la surface de l’Ile.

En ce qui concerne la pointe amont, Yves Bouvier promoteur du projet R4, empêtré dans ses déboires judiciaires multiples, a cédé sa société au promoteur Emerige, dont le président Laurent Dumas est féru d’art contemporain et mécène d’un prix consacré aux jeunes artistes français. Un nouveau projet dont le permis de construire vient d’être déposé, doit y voir le jour. Il abriterait un hôtel haut de gamme, un grand centre d’art contemporain hébergeant  la fondation Emerige et un cinéma à écran géant. Exit l’architecte Jean Nouvel, place aux catalans RCR architectes, auteurs du musée Soulages à Rodez et au cabinet Baumschlager-Eberle qui a déjà signé le bâtiment Ardéko sur le Trapèze. Boulogne-Environnement a demandé au promoteur de réaliser une maquette montrant l’insertion de l’ensemble dans l’environnement, le point haut atteignant la hauteur du faîte du dôme de la Seine Musicale.

 2 pointes de culture, un cœur de béton massif

le Seguin dans le Point du 12 janvier 2017

Ile Seguin dans le Point du 12 janvier 2017

Dans le numéro du Point « Spécial Boulogne » du 12 janvier 2017, Audrey Emerit décrit bien la situation : « A quelques mois de l’inauguration de la Seine Musicale sur la pointe aval, le sort de l’Ile Seguin est en réalité loin d’être réglé. La partie centrale reste en effet déserte ».

En cause : la dernière mouture du projet d’aménagement de l’Ile Seguin qui est toujours aussi mauvaise.

Trop dense : le projet prévoit toujours 240 000 m2 de constructibilité sur l’ensemble de l’Ile. La Cité Musicale est un bâtiment dont chacun peut apprécier les imposantes dimensions. Maintenant qu’elle est construite, elle constitue un point de repère appréciable. Or la Cité musicale ne fait « que » 36 500m2 alors qu’elle occupe a peu près le tiers de la surface de l’Ile. On voit donc l’absurdité de vouloir tasser sur le reste de l’Ile plus de 200 000 m2, soit 6 fois plus.

Trop haut : le projet actuel prévoit de pouvoir édifier des tours de 55 m de haut, soit une hauteur NGF (norme permettant de comparer les hauteurs des bâtiments entre eux) de 91 m. Là encore un repère facile permet de visualiser : la hauteur des coteaux de Meudon n’est que de 86m NGF. Ce sont ces coteaux qui font l’intérêt de ce site exceptionnel.Il faut absolument éviter que leur vue soit totalement occultée par une muraille de béton depuis les rives de Boulogne-Billancourt. Le projet veut élever des tours plus hautes que les coteaux de Meudon.

Conciliation

Rappelons que l’impasse actuelle a été créée par la volonté d’imposer en force le délirant projet Nouvel pour l’Ile Seguin et son bétonnage massif. En 2008, l’Ile Seguin était dotée d’un PLU (plan local d’urbanisme) purgé de tout recours. Sans le projet Nouvel, l’Ile serait déjà construite.

Le projet Nouvel a suscité une forte opposition et des recours contentieux par les associations qui ont abouti à l’annulation en 2013 du PLU de l’Ile Seguin par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

C’est la raison du blocage actuel.

Une conciliation est en cours sous les auspices du tribunal administratif. Nous avons une suggestion de bon sens : écouter les habitants, enterrer le projet de bétonnage massif de M. Nouvel dont s’est déjà débarrassé Emerige ! Il est temps effectivement de sortir de l’impasse avec un projet équilibré sans tours de bureaux,  respectant les vœux des habitants et formant enfin consensus.

 

A lire également :

Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Ile Seguin : la votation bidon de 2012

Read More

Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Posted by on sept 11, 2016 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Empêtré dans ses soucis judiciaires, le milliardaire Yves Bouvier abandonne le projet

La fin du projet R4 ?

La fin du projet R4 ?

Ce devait être le grand projet culturel de Boulogne-Billancourt, celui qui devait faire oublier l’échec de la Fondation Pinault partie à Venise. La « micro-ville » artistique voulue par le milliardaire Yves Bouvier, résident singapourien, et roi du lucratif business des ports francs, ces paradis fiscaux qui mettent des œuvres d’art à la valeur inestimable à l’abri des regards inquisiteurs du fisc.

Le milliardaire, mis en examen pour de troubles affaires d’escroquerie à Monaco et de recel de Picassos volés, à Paris, vient de jeter l’éponge. Il vient de céder sa société immobilière à un groupement immobilier, Emerige-AOG, déjà propriétaire d’un ensemble de bureaux à Boulogne-Billancourt.

Dans cette affaire, la municipalité ne pourra accuser « les méchantes associations » de défense de l’environnement. En effet, celles-ci avaient accepté de lever les recours déposés contre le permis de construire de R4, après la conclusion d’un partenariat culturel avec Nelly Wenger, la talentueuse promotrice du projet.

Que va-t-il advenir du projet ?

Un nouveau permis de construire devra être déposé, ce qui créera de nouveau un aléa juridique important. En effet rappelons le Plan Local d’urbanisme de 2011 a été annulé par le tribunal administratif, que son adaptation de 2013 fait l’objet de recours en justice qui ont toutes chances d’aboutir, et qu’enfin la mise en compatibilité du PLU portant sur la pointe amont, qui héberge R4, a été attaquée en recours contentieux par l’association Boulogne Environnement.

Le nouveau promoteur conservera-t-il le tout puissant Jean Nouvel, architecte coordinateur du projet de l’Ile Seguin et architecte de R4 ? Rien n’est moins sûr.
En tout cas, les riverains se réjouiront de l’abandon de l’énorme cube de stockage que M. Bouvier voulait nous imposer.
Afin de poursuivre son métier de transport d’œuvres d’art à l’abri des regards, Bouvier avait en effet l’intention de créer un gigantesque coffre-fort sur l’Ile sous forme d’un gros cube aveugle, symbole même du bétonnage absurde de l’Ile . Espérons que ce gros bloc de béton va disparaitre à jamais en changeant de promoteur !

Adieu au gros cube de Jean Nouvel !

Adieu au gros cube de Jean Nouvel !

D’échec en échec

Depuis 2008, le projet de l’Ile Seguin est paralysé par des décisions absurdes.
Hormis la Cité Musicale du conseil général des Hauts-de-Seine, qui a fait l’objet d’une concertation exemplaire et n’a suscité aucun recours, le reste de l’ile est toujours en friche.

A qui la faute ? A ceux qui veulent toujours imposer un projet de bétonnage massif conçu par Jean Nouvel et toujours soutenu mordicus par M. Gauthier Mougin, maire adjoint en charge de l’urbanisme.

Et pourtant que d’échecs : refus massif du projet de 5 tours géantes, annulation par le tribunal administratif  du PLU de 2011, votation bidon sans choix possible sanctionnée par une abstention massive, simulacres de concertation de 2015, abandon du projet de cirque de Madonna Bouglione, et maintenant abandon de R4 …

Certains observateurs commentant l’opacité de la transaction qui liait R4 à la ville (on parle d’un véritable cadeau) pensent que l’abandon de R4 constitue une opportunité majeure de renégocier les droits à construire pour obtenir un projet moins bétonné, plus équilibré, plus vert et plus respectueux de l’environnement. Et ce d’autant que l’abandon du projet de cirque, probablement lui aussi autrefois accordé à conditions « favorables », libère une parcelle complétement imbriquée dans le feu projet R4. De quoi reconstruire un projet plus cohérent et plus rentable pour la ville.

Les riverains et les associations en tête de la défense du cadre de vie, Boulogne Environnement, AEBB, Vivre à Meudon, l’Association des riverains de l’Ile Seguin, le collectif Vue sur l’Ile Seguin, attendent toujours un projet équilibré et moins bétonné qui permettrait enfin d’aller de l’avant.

L’échec de R4 peut être le déclencheur du retour à la raison, face à ce qui demeure toujours un projet inacceptable, avec une énorme tour plus haute que les coteaux de Meudon !

 

A lire également :

Challenges du 10 avril 2016 : la vérité sur l’enlisement de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt

Ile Seguin : un projet toujours inacceptable avec un tour haute comme les coteaux de Meudon

 

Read More

Ile Seguin-Rives de Seine : grands travaux, maîtrisons les nuisances.

Posted by on mar 20, 2016 in Actualité | 2 comments

La construction de la Gare Pont de Sèvres entrainera la fermeture des quais pendant près de 3 ans.

Gare Pont de Sevres Grand Paris

Perspective extérieure de la gare Pont de Sèvres -Société du Grand Paris-Agence Duthilleul. On aperçoit la nouvelle passerelle vers la Cité Musicale.

Le 14 mars s’est tenue à la Mairie de Boulogne-Billancourt une réunion d’information sur 3 grands projets qui vont marquer le visage du quartier Seguin-Rives de Seine : la Gare Pont de Sèvres du Grand Paris Express, le 57 métal (anciens bâtiments Renault), et la Cité Musicale de l’Ile Seguin.

Une occasion de prendre connaissance des projets et aussi de mesurer l’impact que ces grands travaux auront sur le cadre de vie.

La Gare Pont de Sèvres du Grand Paris Express

Destinée à ouvrir en 2022, elle sera la tête de la ligne 15 sud. Ce tronçon de 33 km, où s’aligneront 16 gares,  reliera le Pont Sèvres à Noisy-Champs dans le Val de Marne. De grandes rames automatiques pouvant transporter 1000 personnes mettront Orly (avec un changement) à 28 mn de Boulogne, et à terme, à l’ouverture du deuxième tronçon, la Défense à 16 mn.

Située à plus de 30 m de profondeur et œuvre de l’architecte Jean-Marie Duthilleul, elle sera éclairée au plus profond  possible par un jeu de facettes réfléchissantes amenant la lumière naturelle. Un « jardin des profondeurs » sera même créé, ainsi qu’un café.  Une sortie directe desservira la Cité Musicale.

Le parvis du Pont de Sèvres devant les tours City Light sera profondément remanié pour abriter l’entrée de la gare. En surface, une nouvelle passerelle mènera directement à la Cité Musicale de l’Ile Seguin comme on le voit sur l’illustration ci-dessus

Fermeture des quais pendant près de 3 ans

La construction de cette gare souterraine est un projet d’une ampleur considérable qui outre les nuisances obligatoires liés à un tel chantier entrainera la fermeture totale à la circulation sur les quais pendant une durée de 34 mois, soit près de 3 ans.

Le 57 Métal

Ce bâtiment qui a abrité des ateliers puis un hall d’exposition de Renault se situe à l’aplomb du Pont Renault qui relie la rive à la Cité Musicale. Ce bâtiment, œuvre de l’architecte Claude Vasconi,  construit en 1984,  a fait l’objet d’une menace de démolition liée à la pollution avérée  de son sous-sol en substances cancérigènes, produites par les activités industrielles qui s’y sont exercées. Cette démolition a provoqué une vive opposition de la famille Vasconi, qui a obtenu du ministère de la culture la nomination d’un médiateur, l’ancien préfet Jean-Pierre Duport.

Celui-ci est parvenu à trouver un accord avec le nouveau propriétaire du bâtiment, le groupe BNP-Paribas Real Estate et la famille Vasconi. Aux termes de cet accord, environ 50% seulement des bâtiments existants seraient détruits, la partie la plus emblématique avec sa toiture en « sheds » étant conservée. Cette destruction partielle permettra la dépollution qui sera menée avec les plus extrêmes précautions.

Un bâtiment trop important au goût des riverains

Le nouveau bâtiment sera l’œuvre de l’architecte Dominique Perreault, La surface bâtie passera de 17 000 m2 à 49 000 m2, dont 26 000 m2 de bureaux qui viendront s’ajouter à un quartier déjà très dense avec la proximité immédiate des tours City Light du Pont de Sèvres, du même Dominique Perreault, et la tour Horizon, de Jean Nouvel.

L’association pour le Cadre de Vie du Pont de Sèvres (ACVPS) dénonce cette trop grande densité. Même si la hauteur du nouveau bâtiment s’aligne sur celle des bâtiments de la rive, il viendra barrer l’horizon des habitants du Trident, l’immeuble d’habitation qui le jouxte.

ACVPS publie sur sa page Facebook la simulation ci-dessous afin d’illustrer cette menace.

57 métal Simulation projet BNP Paribas par ACVPS

57 métal : simulation projet BNP Paribas par ACVPS

La Cité Musicale

Comme chacun peut en juger, le chantier avance très bien, et le grand « œuf » en bois tressé qui abritera le foyer est en train de se compléter. Le bâtiment devrait être livré fin 2016, et la Cité devrait ouvrir ses portes au public au printemps 2017.

La Cité Musicale sera reliée à la rive du côté de Sèvres et Meudon par une nouvelle passerelle qui sera mise en place le 24 mars et qui assurera la jonction avec la station de tramway Brimborion de la ligne T2. Ultérieurement, une autre passerelle reliera la Cité au parvis de la Gare du Grand Paris Pont de Sèvres.

Cité Musicale 16

Soulignons une nouvelle fois le caractère exemplaire de la concertation qui a entouré ce projet depuis l’origine. Ce respect des riverains et des habitants, ainsi que le geste architectural fort parfaitement inscrit dans ce site remarquable, ont permis à cette grande réalisation de se dérouler sans heurts, et sans qu’aucun recours ne vienne l’entraver. Tout le contraire de la méthode brutale employée, hélas, pour le reste de l’Ile avec un projet inacceptable de bétonnage massif.

Les riverains et les 800 habitants du Trident inquiets

La concentration de travaux gigantesques sur ce secteur du Pont de Sèvres entraine l’inquiétude légitime des habitants. Maitre Huglo, l’avocat des locataires et copropriétaires du Trident, appuyés par ACVPS, a décrit leur situation dramatique alors qu’ils sont coincés entre les trois projets. « Les travaux doivent durer sept ans au moins, ils en subiront les nuisances et le bruit, et même si on leur fait miroiter une plus-value à la fin, ils ne pourront vendre ni louer leur bien pendant toute cette période. Il s’agit d’une expropriation de fait. ».Me Huglo réclame la mise en place d’une médiation.

Au-delà, ce seront bien tous les riverains du nouveau quartier qui seront impactés par des travaux aussi importants, et même les tous les habitants du Val de Seine avec la fermeture pendant 3 ans des quais dans une ville où la circulation est déjà un souci permanent.

Si nul ne nie le caractère d’intérêt général du projet du Grand Paris Express, les associations réclament la mise en place d’un comité de suivi des chantiers qui permette de maitriser au mieux l’impact sur les habitants de ces grands chantiers.

En complément :

La gare du Pont de Sèvres vue par son architecte, en images

Ile Seguin : une « vraie fausse tour » haute comme les coteaux de Meudon pour un projet toujours inacceptable

Read More

Ile Seguin : Une « vraie-fausse tour » haute comme les coteaux de Meudon

Posted by on déc 7, 2015 in Actualité | 1 comment

La vérité sur le nouveau projet de bétonnage

Le dôme de la Cité Musicale en construction (capture d’écran de la vidéo d’information du département des Hauts de Seine)

Le dôme de la Cité Musicale en construction (capture d’écran de la vidéo d’information du département des Hauts de Seine)

Nous le révélions dans notre article du 9 octobre 2015, et nous avions entièrement raison: le nouveau projet Nouvel pour l’Ile Seguin détermine bien une hauteur maximale de 91m NGF, soit haute comme les coteaux de Meudon, qui culminent entre 89 et 90 m NGF.

Pressés de questions lors d’une réunion d’information tenue le 19 novembre avec les associations, les Ateliers Jean Nouvel ont dû reconnaitre que le bâtiment de « 50m dernier plancher accessible » qu’ils projetaient atteindrait bien 55 m, et serait construit sur un socle de 36 m NGF, pour atteindre une hauteur totale de 91 m NGF (55+36 =91). La tour sera donc de la hauteur des coteaux de Meudon…. Et bien plus haute que le sommet du dôme de la Cité Musicale (notre photo, le dôme en construction), qui culmine à 71 m NGF.

Ile Seguin : Les coteaux de Meudon vus depuis Boulogne-Billancourt

Les coteaux de Meudon vus depuis Boulogne-Billancourt

Une « vraie-fausse »tour

Pourquoi annoncer ce niveau de « 50m dernier plancher accessible » ? Parce que ceci correspond à la définition technique de la hauteur maximale possible pour ne pas être classé comme « I.G.H », immeuble de grande hauteur.
C’est cet artifice qui permet d’élever un bâtiment de 55m de hauteur totale, soit 18 à 20 étages, tout en prétendant ne pas construire une tour, et faire un joli titre dans les medias : « il n’y aura pas de tour sur l’Ile Seguin ».

Et pourtant un bâtiment de 55 m dans le langage courant, c’est bien une tour ! Jean Nouvel a inventé une « vraie fausse tour »…

 

Quand Jean Nouvel érige une tour de 50 m à Nice, il l’appelle par son nom !

 

Tour Nouvel à Nice

 

 

Le journal « Nice matin » du 21 octobre 2015 nous révèle un des derniers projets du boulimique Starchitecte Jean Nouvel : une tour de 50 m à Nice. C’est bien ainsi dans le langage courant qu’on qualifie un bâtiment de cette hauteur.
C’est bien donc du nom de tour qu’il convient de qualifier le bâtiment de 55m que Jean Nouvel projette sur l’Ile Seguin.

De ce bâtiment prévu pour l’Ile Seguin , nous n’avons aperçu lors de la réunion du 19 novembre qu’une silhouette massive, apparemment deux murailles encadrant une rue centrale. Si il nous a été interdit de prendre des photos la tour parait bien plus grosse, large et massive que la petite tour de Nice.

Quand les promoteurs voudront bien dévoiler le visage de ce projet, nous exigerons des images honnêtes : vues à hauteur d’homme, depuis la rive, et non vues d’hélicoptère avec des illustrations où le béton est flou et transparent.

Nous exigerons aussi des maquettes montrant les proportions du projet par rapport à l’environnement, à savoir les coteaux de Meudon et les immeubles de la rive. Le public a droit à une information honnête.

Stop intox : la grosse tour Nouvel sera bien plus haute que le dôme de la Cité Musicale

Donc il y aura une massive « vraie-fausse » tour de 55 m sur l’Ile Seguin. Emporté par son désir de dissimuler sa véritable dimension, le maire de Boulogne-Billancourt a déclaré au conseil municipal ; « la hauteur arrêtée dans le protocole sera la même que pour le dôme de la cité musicale, qui s’élèvera à 53 mètres, bien en-deçà des 110 mètres des coteaux. Ce dôme, qui devrait être posé très prochainement, permettra à tout un chacun d’apprécier concrètement les choses. »(propos rapportés par le site e-bb, compte rendu du conseil municipal du 4 novembre 2015 ).

Faux et deux fois faux, M. Le Maire.

C’est l’intérêt de la cote NGF, qui normalise les hauteurs. Elle permet au public de comparer les hauteurs des constructions entre elles à partir de points de repère visibles par tous.

Or, les ateliers Jean Nouvel l’ont bien admis lors de la réunion du 19 novembre, la hauteur des coteaux de Meudon visible depuis Boulogne-Billancourt, c’est bien 90 m NGF (hauteur de la plate-forme de l’observatoire de Bellevue), et pas 110 m qui est un point lointain à l’intérieur des terres et invisible depuis Boulogne. La tour massive de l’Ile Seguin sera bien haute comme les coteaux de Meudon, et non à la moitié comme le maire tente de le faire croire.

Autre point de repère, visible par tous : le dôme de la Cité Musicale, actuellement en construction. Seule la partie intérieure du bâtiment est actuellement visible, ce qui permet à chacun de constater ses dimensions impressionnantes. Or le dôme n’est pas encore posé : une structure « en nid d’oiseau » viendra couronner l’ouvrage qui sera donc encore plus haut que ce qu’on peut en apercevoir aujourd’hui. Les documents d’urbanisme sont formels : une fois achevé, le dôme de la Cité Musicale atteindra la hauteur de 71m NGF.

L’extrait du permis de construire reproduit ici le démontre :

Extrait du permis de construire de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Extrait du permis de construire de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Les 91 m NGF de la massive tour Nouvel seront donc bien plus haut que le dôme de la Cité Musicale et aussi haut que les coteaux de Meudon, qu’ils occulteront totalement.

Les hauteurs NGF ne mentent pas.

Le dôme de la Cité Musicale de l’Ile Seguin, actuellement en construction

Le dôme de la Cité Musicale de l’Ile Seguin, actuellement en construction

Honnêteté

Chacun pourra se déterminer sur ce projet, et arrêter sa propre opinion, à condition de disposer d’une information honnête.
Le protocole actuel soumis au conseil municipal et aux associations de défense de l’environnement doit être décrit ainsi :

  • Il ne comprend pas d’IGH mais bien une tour large et massive de 55 m, d’une hauteur de 91m NGF, aussi haute que les coteaux de Meudon,
  • Cette « vraie-fausse » tour est bien plus haute que le dôme de la Cité Musicale qui sera prochainement posé

A partir des deux points de repère facilement visibles sur le site, chacun pourra se faire une opinion, pour ou contre.
Pour notre part, ce projet de 240 000 m2 est toujours inacceptable, ultra-bétonné et disproportionné par rapport au site, à son environnement admirable et aux immeubles de la rive qu’il va écraser de sa masse.

Liens utiles

e-bb : compte-rendu du conseil municipal de Boulogne-Billancourt du 4 novembre 2015

Nos révélations du 9 octobre 2015

Un projet toujours inacceptable

 

 

 

Read More
Page 1 sur 4412345102030Dernière page »
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us