Découvrez la saga de l’Île Seguin à travers la presse

Posted by on jan 17, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Découvrez la saga de l’Île Seguin à travers la presse

Dans ce dossier spécial que vous pouvez trouver ici :

http://www.sauvonslileseguin.com/presse/ ‎

Read More

Bonne Année 2013 à l’Ile Seguin !

Posted by on jan 2, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Bonne Année 2013 à l’Ile Seguin !


La mascarade du maire de Boulogne-Billancourt n’y changera rien.

 

Les défenseurs de ce site unique restent mobilisés, pour l’avenir de la ville qu’ils laisseront à leurs enfants.

 

Tous les boulonnais scandaleusement privés de la possibilité d’exprimer librement leur choix lors du simulacre de scrutin menée par la mairie en décembre 2012, tous les riverains des communes voisines, tous les amoureux du Grand Paris veulent sauver l’Ile Seguin du projet de Triple Tour  et de bétonnage massif de M. Nouvel.

 

Non au bétonnage, Oui à un projet d’urbanisme équilibré !

 

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin. Desintox : comment lire les résultats du vote du 16 décembre 2012 ?

Posted by on déc 23, 2012 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin. Desintox : comment lire les résultats du vote du 16 décembre 2012 ?

Analyse et décryptage d’un scrutin très particulier.

Seulement 2513 votes dans des conditions normales

« Plébiscite » ?

 Le maire de Boulogne-Billancourt qualifie ainsi le vote du 16 décembre 2012 qui aurait indiqué la préférence des Boulonnais pour l’un des 3 projets élaborés par Jean Nouvel.

Comment triompher ainsi, alors même que seuls 7037 électeurs sur 67120 inscrits ont voté pour ce projet ?
Comment triompher ainsi, alors même que la liberté de choix était interdite, que les Boulonnais étaient contraints à voter pour l’un des 3 projets Nouvel, et qu’il leur était interdit de dire non sauf à s’abstenir. Ce qu’ils firent massivement, puisque le niveau d’abstention atteint 50 123 électeurs sur 67 120 inscrits.

Qu’à cela ne tienne ! Le Maire qualifie les 16 992 votes enregistrés d’importante participation et n’hésite pas à la comparer aux taux de participation d’élection démocratiques, comme les municipales.

Pure intoxication.

En osant comparer les résultats de ce pseudo-référendum avec ceux d’une élection démocratique organisée dans le respect du code électoral, le Maire franchit le Rubicon et commet une tentative de pure intoxication.

Comment se déroule une élection démocratique « normale » ? :

–          dans un bureau de vote, sur un seul jour, dans des horaires précis.

–          avec un strict contrôle d’identité et un émargement des listes électorales, la signature de l’électeur ajoutant un élément de contrôle supplémentaire.

–          en présence d’assesseurs et de représentants des différents partis, y compris lors du dépouillement.

–          dans des conditions de vote par correspondance et de délégation de pouvoirs strictement encadrées.

Le tout est destiné à éviter le fameux « bourrage d’urne », fléau de la démocratie, et qui a vu dans certains cas les morts voter !

Comment s’est déroulé le pseudo-référendum sur l’Ile Seguin ? :

–          Seuls 2513 votes ont été effectués dans des conditions approchant celles d’un vote démocratique,  dans un bureau de vote, le 16 décembre 2012, soit 3,7% des inscrits seulement.

–          Les 14 479 autres votes exprimés l’ont été dans des conditions « très particulières » :

  • 8213 votes ont été exprimés par courrier, par le renvoi d’une simple Carte T
  • 6266 votes ont été exprimés par internet. Il suffisait d’être muni d’un identifiant et d’un mot de passe.

–          Ce vote à distance a été ouvert pendant une période de quinze jours, du 24 novembre au 10 décembre 2012.

Si un contrôle par huissier se faisait bien à la réception, rien, absolument rien ne pouvait garantir l’identité du votant. Il suffisait donc à tout militant zélé du béton de se mettre en chasse des courriers parsemés dans la nature, non-distribués, retournés à l’expéditeur, confisqués à leurs proches, récupérés dans des corbeilles, etc…  Ils avaient 15 jours pour cela. Rien dans cette pseudo-consultation ne garantit donc qu’une seule et même personne n’ait pu voter plusieurs fois, voire même de très nombreuses fois ! Une grande facilité était donc offerte au « bourrage d’urne ».

Que le Maire de Boulogne-Billancourt ait organisé un simulacre de démocratie, sans choix véritable pour les Boulonnais, est déjà condamnable.

Mais que le Maire ose comparer les résultats et la participation obtenus de cette manière avec ceux d’un vote démocratique, alors que rien dans les conditions de vote ne garantissait la même sécurité, est de la pure intoxication.

Ne demeure qu’une vérité incontestable : malgré toutes ces manœuvres, plus de 50 000 boulonnais se sont abstenus, parmi lesquels les milliers d’opposants aux projets Nouvel qui ont été privés de la liberté de dire NON. C’est avec leur soutien que nous réfutons la légitimité de ce vote et que nous poursuivons notre combat contre ces projets de bétonnage et de destruction de l’Ile Seguin.

Read More

Vote Ile Seguin 2012 : 50 000 abstentions interdisent à M. Baguet de passer son projet en force !

Posted by on déc 16, 2012 in Actualité | Commentaires fermés sur Vote Ile Seguin 2012 : 50 000 abstentions interdisent à M. Baguet de passer son projet en force !

La consultation sur l’Ile Seguin était une parodie de démocratie où le choix était contraint à 3 versions d’un même projet de bétonnage. Impossible de dire non !

Dès lors, la seule façon de voter non était de s’abstenir.
C’est ce qu’on fait massivement les Boulonnais :

Sur 67 620 inscrits, plus de 50 000 Boulonnais se sont abstenus, et ceci malgré :

–          Une propagande massive mobilisant tous les moyens municipaux : journal municipal, affichage, réunions publiques, courrier personnel

–          Des modalités de vote « inédites » ouvrant pendant 2 semaines le vote par internet et par courrier, dans des conditions non-sécurisées, sans aucun contrôle d’identité, et ouvrant la voie à un « dopage » de la participation.

–          De nombreux citoyens de bonne foi abusés par le processus qui sont allés voter en croyant que ce pseudo-référendum avait une fonction décisionnaire, et ont voté « pour éviter le pire », en particulier pour le projet 3 sans tours qui avec 31% des choix talonne le projet 2 qui recueille 40%.

Cette abstention massive, alliée aux modalités particulièrement douteuses de cette consultation, ôtent toute valeur à son résultat, et interdisent au Maire de Boulogne-Billancourt de passer en force son projet de bétonnage comme il le prétend.

Lire :

Les modalités de ce vote lui ôtent toute valeur :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-2012-ce-vote-n%E2%80%99a-aucune-valeur/

 

Read More

Ile Seguin 2012 : ce vote n’a aucune valeur !

Posted by on déc 15, 2012 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin 2012 : ce vote n’a aucune valeur !


C’était présenté comme un exemple de démocratie locale. Cela restera un simulacre de démocratie. Les modalités du vote sur l’Ile Seguin du 16 Décembre 2012 lui ôtent toute valeur. Démonstration en 5 points :

–          Pas de liberté de choix

–          Aucune valeur juridique

–          Un débat confisqué

–          Des conditions de vote non-sécurisées

–          Des citoyens abusés

 

  1. 1.       Pas de liberté de choix

Les Boulonnais ont  été contraints à choisir entre 3 versions du même projet de bétonnage par le même auteur, Jean Nouvel. Aucune alternative présentée.

Dans les votes internet, ceux par correspondance, ou sur les machines à voter, seulement 3 cases ou 3 boutons.

En conséquence, aucune façon de dire « non » aux 3 projets ni d’en souhaiter un 4eme. Aucune possibilité de voter blanc, les votes blancs étant considérés comme nuls ou techniquement impossibles. Toute mention sur le bulletin de vote par correspondance le fera également considérer comme nul.

Malgré l’existence d’alternatives sérieuses soutenues par les associations et l’opposition municipale, les Boulonnais ont été scandaleusement privés de leur liberté d’expression et de choix.

Reste à l’électeur une seule liberté : s’abstenir. Cependant, ce faux vote incite  les électeurs à une curieuse manœuvre : l’auto-radiation des listes.  De quoi faire monter artificiellement le taux de participation :

Dans un vote normal, l’électeur reçoit à domicile les différents programmes assortis des argumentations des différentes parties. Ici, rien de tel. Les moyens municipaux ont été confisqués au profit d’une seule opinion, le parti unique du béton. Des méthodes dignes de la Corée du Nord et de l’ex URSS !

           2.Aucune valeur juridique

Le vote du 16 décembre 2012 est un OPNI (Objet Politique Non Identifié). Suivant la résolution adoptée par la majorité du Conseil Municipal, « il est précisé qu’il ne s’agit en l’espèce ni d’un référendum décisionnel (CGCT art. LO 1112-1 et suivants), ni d’une consultation pour avis (CGCT art. LO 1112-15 et suivants), dès lors qu’il n’est pas demandé aux électeurs de se prononcer sur un projet de délibération ou sur un projet d’acte relevant des attributions du maire mais d’exprimer  leur préférence sur les trois projets d’aménagement qui leur sont soumis». Ce dispositif ne correspond à aucun de ceux prévus par la loi et qui donnent aux citoyens un pouvoir de décision. En fait, seul le Plan Local d’Urbanisme a une valeur juridique. Or la révision du Plan Local d’Urbanisme voulue par le Maire l’autorise à construire jusqu’à 310 000M2 et 4 tours culminant à 120m, et si ce PLU n’est pas modifié, rien ne pourra lui être opposé.

Le vrai choix à proposer aux Boulonnais pour avoir une véritable portée juridique aurait dû porter sur le PLU, à savoir pouvoir choisir entre :

–          PLU de 110 000m2 de constructibilité maximale, sans tours, conformes aux promesses de M
Baguet quand il a été élu.

–          PLU de 175 000m2 de 2004, sans tours, en vigueur jusqu’à sa révision par M. Baguet

–          PLU de 331 000m2, avec 4 tours culminant à 120m, tel que l’a fait réviser M. Baguet.

Sans modification du PLU, rien ne pourra être opposé à un promoteur désirant construire une tour de 100m quel que soit le choix exprimé par les citoyens.

          3.Un débat confisqué

L’opération a été minutieusement conçue pour empêcher tout débat contradictoire.
La consultation a été menée dans des délais destinés à empêcher la tenue de toute campagne contradictoire. Qu’on en juge : les 3 projets Nouvel ont été révélés lors d’un conseil municipal le 21 novembre 2012, le site de vote mis en ligne le 23 novembre, le vote ouvert le 24 novembre, les boulonnais ont reçu les documents dans leur boite aux lettres le 25 novembre, et le vote sera clos le 16 décembre 2012.

Le débat au conseil municipal du 21 novembre a été une farce : les documents étaient déjà imprimés, le journal Le Figaro publiait sur son site les projets Nouvel avant même que les conseillers puissent en prendre connaissance. Le débat au conseil était donc totalement inutile.

Tous les moyens de la municipalité ont été confisqués pour réaliser une opération de propagande sans précédent : site internet, journal municipal spécial BBI, campagne d’affichage, courrier au domicile de chaque électeur, exposition de maquettes, réunions publiques à sens unique, cocktails, réceptions….

Dans les réunions publiques, pas de débat possible. La seule et unique façon de poser des questions était par écrit, ce qui autorisait toute censure. Les membres des associations en ont fait l’amère expérience. A la première réunion publique, sur 8 questions posées par écrit, aucune n’a été retenue.

De même, les remarques contradictoires portées sur le site officiel ou la page Facebook ont été systématiquement effacées.

Ce vote a été conduit dans la précipitation, tout en mobilisant des moyens considérables, évitant tout débat, et de facto tentant d’imposer aux citoyens sa vérité unique en ne laissant pas le temps nécessaire à une campagne sérieuse d’information et de réflexion.

      4.Des conditions de vote non-sécurisées

Seuls 16 bureaux de vote sur 64 seront ouverts le 16 décembre 2012. Ces conditions d’accès difficiles sont faites pour encourager le vote par internet ou par correspondance, ouverts pendant deux semaines.

Or dans les deux cas, les conditions de contrôle de l’identité des votants laissent la porte ouverte à dérive. Pour voter par internet, il suffisait d’utiliser l’identifiant et le mot de passe reçus par courrier :

Dès lors, il aurait suffi à des zélés militants du béton de rafler les numéros en question dans leur entourage inattentif pour un bourrage d’urne virtuel ! De même pour le vote par correspondance, en s’emparant d’une lettre T qui n’était pas la leur, ou même en la récupérant dans une corbeille !

Bien plus, la lettre T en question était à expédier par la poste, sans enveloppe. Outre le fait que les conditions de vote étaient draconiennes sur la façon de noircir la case (voir ci-dessus) on pouvait noter que :

Dès lors, il suffisait d’un coup de crayon sur la lettre T circulant « à ciel ouvert »  à quelque moment de son circuit pour faire invalider le vote !

La majorité des associations et l’opposition municipale avaient donné une consigne d’abstention. Cependant même le taux de participation dans des conditions de vote aussi peu sécurisées sera sujet à caution.

        5.Des citoyens abusés

Cela avait le goût de la démocratie : un vote, des listes électorales. Cela avait la couleur de la démocratie : des bureaux de vote, des machines à voter. Mais ce n’était pas de la démocratie : pas de choix, pas de débat, pas de valeur juridique.

Cependant, beaucoup de citoyens se sont laissé abuser. Ils ont cru, en toute bonne foi, à la valeur de ce pseudo-référendum. Ils ont cru à sa valeur décisionnelle.
Nous avons reçu de nombreuses réactions de ce type :

« Comment éviter de laisser les autres décider à notre place ? Il vaut mieux participer»

« Je préfère voter pour le projet 2 ou 3 pour éviter le pire »

« Je vais renvoyer ma carte barrée pour exprimer mon opposition, cela comptera »

Il est grave de jouer avec les symboles de la démocratie pour les détourner, et abuser ainsi des citoyens.

Les modalités scandaleuses de ce vote lui ôtent toute valeur

 

 

Liens utiles :

Témoignage de Sylvain Canet sur la propagande municipale et les citoyens abusés :

http://www.sylvaincanet.fr/2012/12/ile-seguin-2012-les-boulonnais-en-mouvement-.html

Levée de boucliers contre le pseudo-référendum :

http://www.sauvonslileseguin.com/boulogne-billancourt-levee-de-boucliers-contre-le-pseudo-referendum-de-l%E2%80%99ile-seguin/

 

Read More

Analyse des 3 projets Nouvel pour l’Ile Seguin. Mise à jour du 9 décembre 2012 avec simulation 3D.

Posted by on déc 9, 2012 in Actualité | Commentaires fermés sur Analyse des 3 projets Nouvel pour l’Ile Seguin. Mise à jour du 9 décembre 2012 avec simulation 3D.

Vous avez reçu un courrier vous invitant à vous prononcer pour choisir parmi 3 projets pour l’aménagement de l’Ile Seguin. Vous êtes soumis à une vaste campagne de communication très couteuse, financée par le contribuable, mobilisant tous les moyens de la municipalité : site internet, journal municipal BBI, réunions d’information. Vous êtes impatient, comme nous, de mettre fin à la friche qui dure depuis 20 ans sur l’Ile Seguin. Nous vous invitons cependant, avant d’arrêter votre choix, à prendre connaissance de l’analyse qui suit, afin d’exercer votre jugement en toute connaissance de cause, sans vous contenter d’une propagande à sens unique.

3 projets vous sont proposés :

Le projet 1 propose une constructibilité de 310 000m2 et 4 tours culminant à 120m. Il est pratiquement identique au projet proposé par la mairie en juin 2011 qui a déjà provoqué un tollé général. Il offre un jardin public de 13 300m2.

Le projet 2 propose une constructibilité de 255 000m2,  1 tour de 110m et un jardin public de 12 000m2.

Le projet 3 propose une constructibilité de 232 000m2, sans tour et le jardin public y est réduit de moitié à  6200m2.

Les points communs aux 3 projets :

1)      Un bétonnage massif

Les 3 projets sont tous représentés par une vue aérienne de l’Ile, ne permettant absolument pas de se rendre compte des dimensions réelles des bâtiments par rapport à l’environnement et minimisant visuellement l’hyper-densité en écrasant la hauteur perceptible.

Projet 2. Capture d’écran du site d’information.

Projet 2. Capture d’écran du site d’information.

L’analyse des maquettes qui sont exposées au public à Boulogne-Billancourt est plus éclairante que les images envoyées par la poste aux électeurs.

La triple tour du projet 2. La maquette étant blanche sur fond blanc, nous avons grisé le contour de la tour, en respectant strictement ses proportions pour qu’elle soit visible.

La triple tour du projet 2. La maquette étant blanche sur fond blanc, nous avons grisé le contour de la tour, en respectant strictement ses proportions pour qu’elle soit visible.

Le projet 2 est décrit comme ne comprenant qu’une seule tour de 110m. L’examen de la maquette montre qu’il s’agit plutôt d’ une triple tour, massive,totalement disproportionnée par rapport à l’environnement. Elle s’élève au-dessus d’un socle de béton impressionnant qui fait face aux rives.On se rend également bien compte de cet aspect massif de l’Ile avec cette simulation 3D exclusive que nous avons réalisé.

Interprétation 3D du projet 2 de jean Nouvel, en vue aérienne.

Interprétation 3D du projet 2 de jean Nouvel, en vue aérienne.

Cette image 3D du projet 2 est une interprétation élaborée à partir des éléments fournis, illustration et maquette. Jean Nouvel n’ayant fourni aucune cote, les proportions sont repérées par rapport à l’environnement. On a cependant une idée de la  masse de béton qui va s’élever sur l’Ile et occulter totalement la transparence entre les deux rives.

Autre trucage, M. Nouvel multiplie les vues intérieures fallacieuses de l’intérieur de l’Ile, avec des illustrations où le béton semble aérien et  transparent.

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

M. Nouvel se garde de montrer une image honnête : celle qui apparaitrait aux habitants depuis le quai Gorse à Boulogne-Billancourt, et non pas vue d’avion. On pourra cependant tenter de se faire une idée de la taille de la muraille de béton en l’estimant  par rapport à celle d’un être humain, à partir de cette illustration du projet 2.

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

Cette muraille de béton, ici aussi, la maquette aide à en comprendre les proportions :

Repérez-vous à la taille des immeubles de la rive, ou mieux encore, à la taille du tablier du pont.  Nul doute, dans ses 3 projets, M. Nouvel va élever sur l’Ile une haute muraille de béton qui fera face à jamais à Boulogne en défigurant le site. Qu’elle soit couronnée de quatre tours, d’une triple tour massive ou sans tours, dans tous les cas il s’agit de bétonnage massif.

2)      Une hyperdensité de construction

Les 3 projets proposent entre 232 000m2 (projet 3) et 310 000m2 (projet 1) de constructibilité, contre les 110 000m2 auxquels s’était engagé le Maire pour se faire élire. Pour cacher cette hyper-densification, il a recours aux images trompeuses dénoncées ci-dessus. Cependant, cette notion de densité est difficile à appréhender, et il faut utiliser des points de repère. Nous prenons en exemple la nouvelle tour construite par Jean Nouvel dans le quartier Rives de Seine (notre photo). Tous les Boulonnais peuvent se rendre compte de sa taille impressionnante.  Elle  fait  « seulement »  38 600m2 . Les projets de M. Baguet consistent à implanter l’équivalent de 6 à 8 fois plus sur une petite Ile de 11ha ! C’est un bétonnage extrême, dans un quartier de Boulogne qui est déjà très abimé par les tours.

La tour Nouvel dans le quartier Rives de Seine : « seulement 38 600m2 ». Photo : Eve Pelerins.

La tour Nouvel dans le quartier Rives de Seine : « seulement 38 600m2 ». Photo : Eve Pelerins.

3)      Une surdensité de bureaux

Les 3 projets proposent de construire entre 94 000m2 (projet 3) et 137 000m2 (projet 1) de bureaux sur l’Ile Seguin. Cette fuite en avant est suicidaire sur un marché de l’immobilier de bureaux en plein marasme. Le quotidien économique « Les Echos »  rapporte ainsi que le marché locatif de bureaux chute de 38% en 2012 à la Défense, alors même que de nouveaux projets sont en préparation. Les bureaux de l’Ile Seguin viendraient ajouter à la sur-capacité de bureaux libres sur le territoire de Boulogne-Billancourt. Actuellement, plus de 100 000 m2 de bureaux sont immédiatement disponibles à Boulogne-Billancourt, soit un taux de vacance de 10 % contre 6 % pour l’ensemble de la région parisienne. Cette sur capacité va s’aggraver :  117 000 m2 de bureaux sont en cours de construction et seront livrés d’ici deux ans, 87 500 m2 sont programmés.. Dans ces conditions, ajouter 100 000 m2 de bureaux ou plus sur l’île, dans un marché sinistré,  est un non-sens économique. Avons-nous besoin de bureaux vides et du désastre financier qui s’ensuivrait ?

4)      Des nuisances importantes

Cette hyper-densification se traduirait par la nécessité d’acheminer chaque jour sur l’Ile Seguin un trafic de 15 à 25 000 personnes. C’est un chiffre énorme pour une ville qui compte 110 000 habitants. En outre, la présence de bureaux impliquera la création de parkings et un trafic automobile important. S’ensuivront des difficultés considérables d’accès automobile à l’Ile, des embouteillages sur des berges déjà très encombrées, et la saturation des transports en commun, en particulier la ligne de métro N°9.

5)      Un cercle vicieux de dépenses et de bétonnage

Le Maire de Boulogne-Billancourt a coutume de justifier le bétonnage par un argument financier. Nous pouvons prouver qu’il suffit d’éliminer certaines dépenses somptuaires du projet telles que le jardin couvert sous verrière pour le remplacer par un jardin naturel. Le seul coût de cette verrière, présente dans les 3 projets, est estimé à 75 millions d’€.

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

Projet 2 : capture d’écran du site d’information

La construction d’immeubles de plus de 50m de haut, contrairement aux idées reçues, impose des couts de construction de 30 à 35% plus élevés que les constructions classiques suivant une étude récente. (voir lien vers article en référence).

Le Pôle culturel sert lui aussi d’alibi à des accroissements de dépenses extraordinaires. Au moment de son élection le Maire était fier de présenter un projet avec 40 000m2 d’équipements culturels, ce qu’il estimait fort satisfaisant. Aujourd’hui les Boulonnais devraient exiger de 84 000m2 (projets 2 et 3) à 94 000m2 (projet 1) d’équipement culturels ! Quelle inflation ! C’est surtout un alibi pour le bétonnage.

 

Il faut éliminer ces dépenses inutiles.

 

Faut-il  choisir entre les 3 projets ?

La réponse est non. Comme nous venons de le démontrer, ces 3 projets issus du même auteur présentent tous les 3  les mêmes défauts de conception. Loin de proposer de vraies options et un vrai choix, ils sont la même expression d’un projet qu’on peut qualifier de bétonnage.

Aucun des 3 projets ne nous parait donc correspondre à ce qui est souhaitable et admissible pour l’Ile Seguin et les Boulonnais. On ne peut choisir entre béton, béton et béton.

La méthode de vote choisie par le maire de Boulogne-Billancourt ne permet pas  d’opérer le choix pour la quatrième solution : ne voter pour aucun de ces 3 projets.

Dans un véritable référendum, on peut dire NON. Ici, c’est impossible.

Il s’agit d’un simulacre de démocratie, d’un choix imposé entre 3 versions d’un même projet de bétonnage de l’Ile Seguin. Les votes blancs ne sont pas possibles et  les bulletins amendés seront déclarés nuls :

 

Capture d’écran du site d’information

Capture d’écran du site d’information

 

 

Dans ces conditions de déni de démocratie, nous ne pouvons qu’inviter les Boulonnais à ne pas cautionner cette mascarade et à s’abstenir de voter.

 

La Mairie vous interdit la liberté de choisir. Pourtant, des vraies alternatives existent. Vous trouverez en  cliquant sur le lien ci-dessous 2 propositions qui permettraient un vrai choix pour l’Ile Seguin :

http://www.sauvonslileseguin.com/2-projets-pour-un-veritable-choix-dans-la-consultation-sur-l%E2%80%99ile-seguin/

Read More
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us