Grand Paris Express : Quels transports pour quel urbanisme ?

Le Grand Paris Express, ligne de métro automatique est lancé. Ce projet gigantesque, comprenant 205 km de réseau, 2 millions de voyageurs par jour empruntant 72 gares devrait recevoir un investissement de 20,5 milliards d’€.

Le tronçon Pont-de-Sèvres/Noisy-Champs, dénommé Ligne Rouge Sud, devrait couter à lui seul 5,5 milliards d’€ (soit 1 milliard de plus que les estimations faites il y a un an). 3 gares concernent les riverains du Val de Seine : Pont de Sèvres, Issy RER et Fort d’Issy.

A priori, comment ne pas être favorable à la création de transports en commun supplémentaires, permettant à tout un chacun de se déplacer sans avoir recours à la voiture individuelle.
Le débat n’est pas si simple. Derrière ce gigantesque projet s’en dissimule un autre : une hyper-densification de notre territoire urbain incarnée par les projets de tours sur l’Ile Seguin, les tours du Pont d’Issy et autres projets en cours.

Pourtant notre territoire est déjà dense, très dense. Le Maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, le reconnaissait enfin en juillet 2012 : « les décisions de 2003 et 2004 ont entraîné une progression de la population de 109 000 habitants en 2008 à 114 000 habitants au 1er janvier 2012 avec pour point d’orgue l’arrivée de plus de 10 000 habitants supplémentaires à l’horizon 2018. Boulogne-Billancourt ne peut supporter sur ses 618 hectares une population de plus de 125 000 habitants sans altérer de façon notable la qualité de vie de ses habitants ».

Hélas, cette lucidité ne concerne que le logement. Ce que nos édiles ont en tête, c’est bien de maintenir le logement rare et cher, mais par contre d’opérer une hyper-densification de bureaux sous formes de tours entrainant ainsi un déséquilibre irrémédiable de l’urbanisme en région parisienne, et le massacre des sites du Val de Seine.

Ainsi, avec les projets de rénovation du Pont de Sèvres, les tours d’Issy, les projets en cours à Boulogne, Meudon et Issy, ce sont près d’un millions de m2 de bureaux qui sont supposés trouver preneurs d’ici 10 ans.

Nouvelles tours du Pont de Sèvres : 85 000m2.

A la clé, plusieurs dizaine de milliers de travailleurs censés se déplacer du Nord, de l’Est et du Sud parisien vers un Ouest transformé en gigantesque « Défense». Citons l’association « Val de Seine Vert » dans sa lettre de septembre 2012 : « Destiné à faciliter les transports de banlieue à banlieue, Grand Paris Express sert en réalité les projets immobiliers en cours à Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. Les tours de bureaux en projet doivent amener des milliers de nouveaux salariés que les les transports en commun existant sont incapables d’absorber.  Grand Paris Express participe donc du délire densificateur porté par le Contrat de Développement Territorial […] qui veut hérisser notre territoire de tours pour rivaliser avec la Défense ».

A quel prix ? Transformation des 2 rives de la Seine en autoroutes urbaines, absurdes au moment où Paris interdit les siennes aux voitures. Saturation des transports existants : ligne de métro 9, RER, tramway T2, obligés de subir l’injection artificielle de centaines de milliers de nouveaux usagers à travers l’interconnexion. Et enfin, destruction de sites uniques de la Vallée de la Seine.

Le projet de tours du Pont d’Issy

S’agit-il de l’urbanisme voulu par les habitants ? Est-ce la ville que nous voulons laisser à nos enfants ? Quelle logique dans ce Grand Paris de massivement déplacer les populations de leur lieu d’habitation à leur lieu de travail pour servir une logique spéculative ?

Rappelons l’opinion de Michel Cantal-Dupart, architecte, urbaniste et titulaire de la chaire d’urbanisme et environnement au CNAM :

« Le prétexte souvent invoqué pour justifier la construction de tours, c’est celui d’une prétendue nécessité de densification de l’espace urbain. On accompagne ce discours d’un soi-disant argument écologique qui voudrait qu’en densifiant la ville, on lutterait contre l’étalement urbain, notamment en région parisienne. C’est idiot. Car, d’une part, Paris et son agglomération figurent déjà parmi les villes les plus denses au monde en termes de densité de population. Paris intramuros a déjà une densité en habitants supérieure à celle de Manhattan ! Dans certains quartiers, celle-ci est même supérieure à celle que l’on rencontre dans le centre de Tokyo ! A Paris et en région parisienne, ce qui fait cruellement défaut, ce sont les espaces verts. La comparaison avec les grandes villes européennes ou nord-américaines est frappante à ce sujet. L’autre argument fallacieux, c’est que cette forme de densification que les tours sont censées représenter n’est pas du tout écologique en termes de déplacements. En région parisienne, les tours sont surtout à l’Ouest, dans les Hauts-de-Seine, alors qu’une grande partie des gens qui y travaillent vient de l’Est… »

L’Association des Riverains de l’Ile Seguin

Liens utiles :

Le Maire de Boulogne-Billancourt et la sur-densification :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-bonne-nouvelle-pierre-christophe-baguet-maire-de-boulogne-billancourt-s%E2%80%99oppose-a-la-sur-densification/

L’analyse de Michel Cantal-Dupart sur l’hyper-densification :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-rejet-des-recours-l%E2%80%99argument-fallacieux-de-la-densification/

Le site de Val de Seine Vert :

http://www.valdeseinevert.net/

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us