Ile Seguin : L’association Grand Paris prend position contre le projet Nouvel

Antonio Duarte, architecte et urbaniste, président de l’Association Grand Paris, livre ses réflexions sur l’Ile Seguin et son opposition au projet Nouvel, dans un article du 20 mars 2012 publié sur Newsring.fr

 

Dans le cas de l’Ile Seguin, le débat sur la préservation du patrimoine architectural et industriel de l’usine Renault de Billancourt est loin d’être terminé car la dernière version du projet sous l’égide de Jean Nouvel semble à tous égards inacceptable. En effet, alors que l’architecte de l’Institut du Monde Arabe s’est précédemment illustré dans ses qualités d’intertion urbaine et paysagère de ses projets dans le tissu urbain environnant, qu’il a signé une tribune libre dans Le Monde le 6 mars 1999 intitulée “Boulogne assassine Billancourt” il militait pour préserver littéralement ces vestiges de l’industrialisation francilienne fustigeant ainsi le patron de Renault:

 

 “la légendaire insensibilité énarquienne et soupçonnent que votre mépris de la lourde histoire de Renault et de son principal symbole autorise cette lâcheté” et la Ministre de la Culture Catherine Trautmann “votre conscience des limites de notre patrimoine et affirment que la peur de contrarier de puissants intérêts vous laisse perpétrer cet assassinat urbain”. 

 

Il défendait alors “une nouvelle île d’utopie qui soit un modèle de développement durable” !… Il se situait alors dans la mouvance intitulée par Françoise Choay dans “l’Allégorie du patrimoine” publié au Seuil, dans une volonté de préserver et de classer tout ou partie de l’héritage industriel au même titre que les chefs d’œuvres de l’architecture. 

 

Plus de dix ans après, alors qu’il a été in fine désigné Architecte en chef de son aménagement, son projet est fortement décrié, pour vouloir non seulement détruire totalement la mémoire industrielle du site, mais rompre fortement avec le gabarit urbain légendaire de “paquebot”, d’une hauteur d’une dizaine de mètres, situé au milieu de la boucle de la Seine dans lequel l’Ile Seguin prend place. L’île étant la deuxième d’un trio formé avec l’Ile Saint Germain a Issy les Moulineaux et l’Ile Monsieur a Sèvres au croisement d’un paysage vallonné côté Meudon Bellevue et le quartier industriel du “Triangle Renault” côté Billancourt où le constructeur automobile a pris ses quartiers.

 

En lieu et place, s’installent d’immenses tours qui rappellent davantage celles du Pont de Sèvres construites dans les années 70 et qui ne sont guère une réussite architecturale et urbaine. Le massacre a bien eu lieu, coordonné par l’un de ses plus farouches opposants… 

 

Pour notre part, nous avons pris clairement position contre ce projet, qui va à l’encontre de l’histoire paysagère et industrielle du lieu dont il ne conserve ni la lettre ni l’esprit pour en faire un vulgaire quartier d’affaires qui dénature l’esprit des lieux et comme on pourrait en construire dans mille autre sites industriels à côté d’un échangeur d’autoroutier !… S’il ne nous semble pas nécessaire de préserver la totalité du site historique, il nous semblerait utile de préserver au moins sa “figure de proue” à la pointe de l’île pour en préserver la mémoire et bâtir un éco-quartier qui reste sur un gabarit urbain proche de l’actuel avec des équipements publics et culturels qui cultivent la mémoire industrielle comme un Musée Renault, une Maison des Syndicats ou une Université populaire qui formerait les nouveaux ingénieurs du XXIe Siècle ! 

 

Antonio Duarte, 20 mars 2012

 

Lire le texte intégral sur Newsring.fr :

 

http://www.newsring.fr/societe/518-faut-il-transformer-les-friches-industrielles-en-logements/7698-pour-la-rehabilitation-des-friches-dans-le-grand-paris

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us