Ile Seguin : la concertation reprend pour sortir de l’impasse

La Cité musicale ouvrira ses portes au printemps 2017

Le Chantier de la Cité Musicale de l'Ile Seguin

Le chantier de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Le Maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a invité le 26 mai les associations de défense de l’environnement de Boulogne, Meudon et du Val de Seine, à une réunion d’information à la Mairie de Boulogne-Billancourt, à l’issue de laquelle il a annoncé la reprise d’une concertation visant à obtenir un accord sur le projet d’aménagement de l’Ile Seguin.

Les limites de la concertation

Alain Mathioudakis, au nom de Val de Seine Vert, a rappelé les deux motifs de litiges qui ont conduit les associations à déposer des recours en justice couronnés de succès à date : la trop grande densité et les tours.

Sur ces deux motifs, le Maire s’est dit disposé à rouvrir une concertation dans les conditions suivantes :

  • La densité devra se situer entre 175 000 m2 (PLU de 2004) et 255 000 m2 (PLU de 2013, actuellement frappé de recours).
  • La réduction de densité pourra se faire sous forme de réduction des hauteurs maximales.
  • Une partie des dépenses devra être réduite.
  • Une compensation pourra être recherchée sur les rives, avec différentes possibilités.

Les associations ont rappelé qu’elles avaient toujours participé aux réunions de concertation. Cette concertation n’a été interrompue que par le coup de force de la mairie révélant à la stupéfaction générale son projet de bétonnage massif et ses tours imaginés par Jean Nouvel, alors même que le PLU précédent de 2004 était purgé de tout recours.

Les raisons de ce retour au dialogue.

Le Maire a fait ressortir les raisons qui le guident aujourd’hui à reprendre le chemin de la concertation.

  • L’impasse juridique : les recours juridiques contre le PLU de 2013 devraient être jugés au mieux en octobre 2015 par le tribunal administratif. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a fort à craindre qu’il ne soit annulé pour les mêmes raisons qui ont conduit le tribunal à annuler le PLU de 2011, donnant ainsi raison aux associations.
  • Les lois sur la Métropole du Grand Paris et la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République): ces lois actuellement en discussion entre Assemblée Nationale et Sénat transféreraient la responsabilité des PLU à des territoires beaucoup plus vastes d’au moins 300 000 habitants, le tout sous la supervision de la métropole. En cas d’annulation probable de son PLU, Boulogne-Billancourt perdrait donc la main sur l’élaboration de la nouvelle mouture au profit d’une collectivité plus vaste, au moins GPSO (communauté de communes du Grand Paris Sud-Ouest qui réunit Boulogne, Issy, Meudon, Sèvres, Chaville, Marnes la Coquette, Vanves et Ville d’Avray).
  • La pression financière qui a été aggravée par les 7 années perdues compte tenu du blocage entrainé par le projet Nouvel.

Les projets qui avancent et ceux qui peinent.

La Cité Musicale du Conseil Général : le chantier avance bien. Ce projet mené dans une concertation exemplaire n’a été frappé d’aucun recours et il ne subira qu’un léger retard. La Cité devrait ouvrir ses portes au printemps 2017. Une nouvelle passerelle reliera la station de Tramway Brimborion, à Sèvres, à la Cité Musicale.

Le projet R4 : le maire affirme rester confiant dans l’aboutissement du projet, malgré les 3 affaires qui touchent aujourd’hui son promoteur Yves Bouvier, empêtré dans une mise en examen pour escroquerie, une affaire de vols de tableaux qui frappe son associé et aujourd’hui une affaire de mœurs révélée par les magazines le Point et Capital. Le dommage fait aux finances et à la réputation de M. Bouvier pourrait bien être fatal à R4.

Le cirque de Madonna Bouglione : Madonna Bouglione a été incapable de réunir le financement de son projet qui est définitivement abandonné.

La station de métro du Grand Paris Express : son ouverture est repoussée à 2022.

Le processus de concertation et les chances d’aboutir

Le maire proposera l’établissement de 3 commissions :

  • Une commission d’urbanisme
  • Une commission financière
  • Une commission institutionnelle, chargée d’évaluer l’impact sur le projet des changements législatifs en cours.

A la sortie de la réunion, les réactions des représentants des associations oscillaient entre la satisfaction de voir se rouvrir une concertation, et le regret que tant de temps ait été perdu, et en particulier que tout ce processus se déroule dans des conditions de temps extrêmement tendues. Certains n’hésitaient pas à douter de la sincérité du maire, à qui les oppose toujours un recours en justice.

Pour notre part, nous saluerions la sortie de l’impasse dans lequel le projet Nouvel à plongé l’Ile Seguin. Encore faudrait-il que les avancées de la Mairie soient réelles et que tout ceci ne soit pas une opération de communication de plus.

Liens utiles

Les affaires impliquant Yves Bouvier, promoteur de R4

[Paradis fiscaux et judiciaires] : Affaire Yves Bouvier VS Rybolovlev

Exclusif. Zahia, le milliardaire et les Picasso maudits | Site mobile Le Point

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us