Ile Seguin : le projet remarquable d’un architecte humaniste.

 

Dans une tribune publiée sur le Monde.fr, intitulée «  Faut-il nécessairement reconstruire l’Ile Seguin ? », l’architecte Philippe Robert pose des questions de fond :

« Pour moi, l’aménagement urbain n’est pas le résultat d’un programme alléchant exprimé par des images de synthèses, mais celui d’une réflexion sur l’histoire d’un site, sur sa capacité technique à être construit, sur son environnement et son « génie des lieux« , sources de la créativité architecturale et urbaine. Lovée dans le creux de la vallée, l’île Seguin s’offre à la vue depuis les coteaux et depuis les berges de la Seine. Pour continuer d’être émerveillé par ce site exceptionnel, ne faut-il pas préserver son « vide médian » (François Cheng) ? Dans ce contexte, et n’ayant plus la possibilité de réhabiliter les 115 000 m2 de halles industrielles aujourd’hui démolies, la solution n’est-elle pas de s’abstenir de reconstruire l’île Seguin, en renonçant au « manque à gagner » que cela représente ? Le coût d’une opération chirurgicale n’est jamais évoqué lorsqu’il s’agit de sauver une vie.

Par analogie, ne faut-il pas se détacher des enjeux financiers au profit d’autres potentiels du site, notamment « immatériels » ? De préférence au projet actuel de tours et d’immeubles, il me paraît plus pertinent de développer des programmes à vocation culturelle, éducative, et ludique, ainsi que des installations éphémères, constructions basses implantées avec sensibilité dans un grand parc au bord de l’eau. La qualité et le succès du Parc de la Villette et de l’île St Germain- et probablement de la Cité du Cinéma – devraient nous faire réfléchir. Et gardons toujours en mémoire la recommandation de l’architecte Glen Murcutt : « Ne touche cette terre qu’avec délicatesse« . »

M. Robert exprime une vision humaniste, respectueuse du lieu, à l’opposé de la logique bétonnière de MM. Nouvel et Baguet. M. Robert, dirigeant le cabinet Reichen et Robert, était l’auteur d’un très beau projet pour l’Ile Seguin, reprenant des pans de la friche industrielle pour les intégrer dans un ensemble harmonieux respectant l’histoire et l’esprit du site.  En voici quelques images :

 

 

M. Robert commente ainsi son projet de 2001 :

« Basée sur la conservation des structures existantes, notre proposition de 2001 était simple : un nouveau quartier, de 2 et 3 niveaux, couvert par le « velum » que formaient les verrières conservées, sur un sous-sol abritant véhicules, services, réserves et locaux techniques, l’ensemble totalisant 180 000 m2 développés. Assurant une mixité de fonctions, ce projet était innovant vis-à-vis des exigences actuelles concernant les économies d’énergie. La conservation des structures existantes assurait une protection contre les intempéries, intégrant des panneaux solaires, et rendait ce projet particulièrement économique ».

Les images de ce projet harmonieux, parfaitement intégré dans le paysage de cette belle Vallée de la Seine, nous font rêver.

Hélas, nous sommes entre les mains de M. Nouvel qui soumet à ses caprices un Maire qui a rénié ses promesses. M. Baguet, ce projet faisait 180 000m2, soit plus que les 110 000m2 que vous nous aviez promis. Il est la preuve qu’on peut bâtir un beau projet plus dense sans détruire l’Ile Seguin et un site remarquable.

 

Lire ici l’intégralité de l’article :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/08/faut-il-necessairement-reconstruire-l-ile-seguin_1639902_3232.html#xtor=AL-32280515

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us