Ile Seguin : les Boulonnais choisiront le 16 décembre //via le Parisien.fr

Le conseil municipal examine ce soir les conditions de la consultation des habitants sur les trois projets de Jean Nouvel pour la reconversion de l’île Seguin. Sans les dévoiler.

En panne depuis 1992, date de l’arrêt des chaînes des usines Renault, la reconversion de l’île Seguin n’en finit pas de patienter. Les trois projets de Jean Nouvel, sur lesquels les Boulonnais sont appelés à se prononcer le 16 décembre, ne seront pas dévoilés ce soir au conseil municipal. Seules les modalités du vote devraient retenir l’attention des élus ainsi que la décision du maire d’interdire depuis le 2 novembre tout tractage sur la ville.
Le vote aura lieu dans 16 bureaux sur des machines

La délibération prévoit ainsi que les Français et ressortissants de la Communauté européenne inscrits sur les listes électorales pour les élections municipales pourront faire connaître leur choix dans 16 bureaux de vote — contre 68 pour les consultations nationales et locales — sur des machines, entre 9 heures et 18 heures. Contrairement à un scrutin classique, le vote blanc ne sera pas possible.

« C’est simple, martèle le député UMP Thierry Solère, les Boulonnais auront le choix entre le projet Nouvel 1, le projet Nouvel 2 et le projet Nouvel 3. J’avais pourtant proposé il y a un an et demi un référendum sur la question qui a été refusé. Du coup, le vrai référendum sur la question aura lieu dans quatorze mois, ça s’appelle des élections municipales. »

Des projets sur lesquels rien ne filtre où pas grand-chose. Tout au plus sait-on que l’urbanisation prévue sera aux alentours de 250000 m2 alors que lors de la campagne des municipales, le maire UMP de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, plaidait pour baisser le plan local d’urbanisme (PLU) à 130000 m2 pour venir un peu plus tard, une fois élu, présenter avec l’architecte Jean Nouvel un projet prévoyant plus de 300000 m2 sur l’île Seguin. Les tours, dont au moins une culminant à plus de 100 m de haut dans le projet initial décrié, n’auraient pas disparu. Alors même que plusieurs recours contentieux déposés notamment par des associations de défense de l’environnement et du cadre de vie sont actuellement instruits par le tribunal administratif de Cergy (Val-d’Oise) et que la décision de la juridiction ne devrait plus trop tarder.

Vu sur :

 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us