Ile Seguin : les antitours font le plein

Les septs associations de défense de l’environnementqui bataillent contre l’urbanisation massive de l’île Seguin—dont cinq tours d’une centaine de mètres de haut—ont réuni environ 300 personnes hier soir à l’espace Landowski de Boulogne-Billancourt. Ce rendezvous, le premier du genre de puisque le rejet de leur recours gracieux contre la révision simplifiée du plan local d’urbanisme (PLU) leur a été signifié le 8 octobre parle député-maire UMP Pierre-Christophe Baguet, leur a permis d’expliquer publiquement leurs griefs à l’encontre du projet de l’architecte Jean Nouvel. Nouvelle venue parmi les associations et constituée pour l’occasion, Vivre à Meudon n’est pas la moins virulente: « Ce qui est scandaleux dans cette affaire, c’est que les maires de Meudon et de Sèvres n’ont pasété consultés alors qu’à certains endroits l’île Seguin est plus proche de Meudon que de Boulogne,a lancé son président Jean-Paul Torris. Quand il nous a reçus,le maire de Meudon, Hervé Marseille, a exprimé de fortes réserves. Dest contre ce projet et nous a assuré qu’il n’y aura pas d’accès automobile coté Meudon.» Et Jean Paul Torris de présenter un visuel du projet de Jean Nouvel qui simulera la vue que les habitants du Trapèze  auront sous les yeux en cas de construction de l’ensemble prévu. Une projection qui a fait sensation dans  l’assistance,notamment chez les nouveaux acquéreurs qui ont acheté leurs appartements avec la promesse d’une vue imprenable sur la colline de Meudon.
Promesses non tenues Luc Blanchard de Val de Seine Verta, quantà lui,fustigé les promesses électorales non tenues du candidat Baguet : « La construction initiale a été multipliée par trois. Pour quelqu’un qui trouvait que 175000 m2, c’était trop dense,qu’il fallait construire une île verte, voilà qu’il nous présente un projet avec des tours plus hautes que la colline de Meudon et 330 000m2.» Luc Blanchard annonce que son associationa l’intention de déposer un recours contentieux devant le tribunal administratif de Cergy (Val-d’Oise). Pour le président de Boulogne Environnement, jamais Rerre-Christophe lit Baguet n’a eu l’intention d’entamer une véritable négociation avec les associations,contrairement à son prédécesseur,Jean-Pierre Fourcade: «Il nous a répondu par la négative avant même de nous recevoir,c’est quand même une drôle de manière de mener une concertation», a ironisé Jean Louis Tourlière. Cest d’une riveraine de l’île qu’est venue une réflexion, qui a frappélesesprits: «Ce qui est le plus choquant,c’est que le député-maire n’en fait qu’une affaire financière.» Seul Sylvain Canet, président de la Cité du savoir,croit encore en une troisième voie: «Mettons-nous autour d’une table et discutons, l’affrontement bloc contre bloc ne sert à rien » ROBERTO CRISTOFOLI


%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us