Ile Seguin : lettre ouverte aux Boulonnais, par Pierre-Mathieu Duhamel et Thierry Solère

Pierre-Mathieu Duhamel est ancien maire de Boulogne-Billancourt, Président de l’Association A2B2.

Thierry Solère est député (UMP) de Boulogne-Billancourt, Vice-Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine.

Nous publions ci-dessous des extraits de la « Lettre ouverte aux Boulonnais » qu’ils viennent de co-signer. Le texte complet est disponible en cliquant sur le lien en fin d’article ou sous l’onglet « Ile Seguin 2012 «  en haut de page, en compagnie de tribunes libres d’autres personnalités Boulonnaises.

 

« Comme le constructeur Henry Ford qui voulait bien laisser choisir aux Américains la couleur de leur automobile pourvu qu’elle soit noire, le maire actuel veut bien que les Boulonnais se prononcent sur l’aménagement de l’île Seguin pourvu qu’il soit dense et de Jean Nouvel. Il l’a d’ailleurs assumé lors du conseil municipal en indiquant qu’il refusait toute possibilité d’exprimer un vote négatif ou blanc : «le vote pour l’un des trois projets est obligatoire. Les Boulonnais seront contraints de choisir : je veux envoyer un signal fort aux investisseurs». On ne peut être plus clair, ni plus cynique : cette consultation n’est pas faite pour nous, elle s’adresse en fait aux promoteurs. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les images et les quantités de mètres carrés proposés dans les esquisses qui viennent d’être dévoilées. Elles vont du dense (projet 3 à232 000 m2), à l’hyperdense (projet 1 à 310 000 m2), en passant par le très dense (projet 2 à 255 000 m2).

Dans tous les cas, sous le vernis des mots, c’est un gigantesque morceau de béton qui s’imposerait à la vue des Boulonnais et des habitants des communes riveraines, si l’un de ces projets voyait le jour. Du béton de bureaux, du béton sans réels espaces verts, du béton de commerces…

 

Mieux encore, notre vote n’aura strictement aucune valeur.

Le texte de la délibération adoptée par la majorité municipale est clair : «il est précisé qu’il ne s’agit en l’espèce ni d’un référendum décisionnel (CGCT art. LO 1112-1 et suivants), ni d’une consultation pour avis (CGCT art. LO 1112-15 et suivants), dès lors qu’il n’est pas demandé aux électeurs de

se prononcer sur un projet de délibération ou sur un projet d’acte relevant des attributions du maire mais d’exprimer leur préférence sur les trois projets d’aménagement qui leur sont soumis». Ce dispositif ne correspond à aucun de ceux prévus par la loi et qui donnent aux citoyens un pouvoir de décision. En d’autres termes, le PLU actuel sera maintenu et tout promoteur qui le souhaitera pourra déposer et obtenir un permis de construire pour une tour de 100 mètres de haut et ce, quelle que soit la préférence que vous aurez exprimée.

Le plan local d’urbanisme actuel -sa densité, ses hauteurs, ses surfaces de bureaux- sera donc maintenu et les associations de défense de l’environnement ont déjà fait savoir qu’elles maintiennent leurs recours.

Voilà pourquoi nous refusons cette consultation : nous ne sommes pas condamnés à cet enfermement dans la densité voulue par le maire actuel et Jean Nouvel et nous aurons bientôt la possibilité de choisir une autre voie, celle de l’équilibre plutôt que de la démesure, celle d’une île à vivre plutôt que d’une île à bétonner. »

 

Lire le texte complet de la lettre ouverte de Pierre Mathieu Duhamel et Thierry Solère

 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us