Ile Seguin : Projet R4, les questions qui dérangent…

Malgré les pressions, les associations maintiennent les recours.

Ile Seguin : La face cachée du projet R4

Ile Seguin : La face cachée du projet R4

La mairie de Boulogne-Billancourt s’est lancé dans une campagne sans précédent pour faire pression sur les associations pour tenter de les faire renoncer aux recours contre le controversé projet R4. Amalgame avec la Fondation Pinault, dénigrement et attaques personnelles, rien n’a été épargné…

Cependant aux dernières nouvelles, les associations Boulogne-Environnement et AEBB maintiennent bien leurs recours contentieux.

Au-delà de la propagande simpliste assimilant de façon abusive le projet R4 à la fondation Pinault, il est vrai que bien des questions demeurent sans réponse sur ce projet R4 aux contours flous.

1-      Pourquoi la mairie de Boulogne-Billancourt a-t-elle délivré un permis de construire illégal ?

Pour imposer ses projets de bétonnage, la mairie a fait voter en 2011 une révision du Plan Local d’urbanisme, puis une adaptation de ce PLU en 2013. Or le tribunal administratif a annulé le PLU de 2011, et de facto son adaptation de 2013. Le seul PLU valable pour l’Ile Seguin est donc celui de 2004/2005, qui avait fait l’objet d’un vaste consensus et était purgé de tout recours.
Or R4 n’est pas prévu dans ce PLU et n’est pas compatible avec lui. R4 ne respecte absolument pas les limites de hauteur du PLU, en particulier le « gros cube » entrepôt qu’il prétend ériger sur l’Ile.

Le Maire savait bien tout cela. Nul n’est aussi de la loi. Comment a-t-il pu sciemment délivrer un permis de construire entaché d’illégalité ?

 

2 – Fondation culturelle ou Gros Coffre-Fort ultra sécurisé ?

M. Bouvier, le discret propriétaire suisse de Natural le Coultre, promoteur du projet R4, règne sur un empire particulier : celui des niches fiscales de grand luxe, les ports francs.
Suite aux récentes investigations de la justice suisse, la presse a mis au jour les arcanes de ces paradis fiscaux d’un nouveau genre.

Le Monde : 23 avril 2014

Le Monde 23 avril 2014

Le Monde 23 avril 2014

Le Point 15 mai 2014

Le Point 15 mai 2014

Le Point 15 mai 2014

 

 

 

Extrait : « Les ports francs sont des paradis fiscaux au cœur d’une Suisse elle-même paradis fiscal. Ce sont des trous noirs »

Mediapart, 8 juin 2014

Mediapart 8 juin 2014

Mediapart 8 juin 2014

Natural Le Coultre, poprété de M. Bouvier, est le leader mondial des ports francs, ces grands coffres forts ultra sécurisés, ces paradis fiscaux à la réputation sulfureuse où les marchandises de toutes sortes dorment à l’abri de tous les regards et de toutes les taxes. Natural Le Coultre, après Genève et Singapour, ouvrira un nouveau port franc à Luxembourg en septembre 2014, et à Pékin en 2015.
Si il jure ses grands dieux que le grand cube entrepôt de l’Ile Seguin ne sera pas un port franc, c’est néanmoins bien un nouvel espace discret et ultra sécurisé d’entreposage que Natural le Coultre entendrait construire sur l’Ile Seguin.
Ce vaste cube de grande hauteur serait en partie visitable… Mais nul doute que les plus beaux trésors qui y transiteront y dormiront soigneusement à l’abri des regards.. On est bien loin de la Fondation Pinault, grand musée ouvert au public.

3 –Mécénat ou belle opération immobilière ?


Dans la vaste opération de propagande actuellement menée, les promoteurs du projet R4 osent sans sourciller comparer leur projet à celui de la Fondation Pinault qui a, hélas, abandonné l’Ile Seguin pour Venise.
Bien plus récemment, c’est hélas la Fondation Cartier qui, après avoir étudié son implantation sur l’Ile Seguin en 2011, a tourné les talons. Et les associations n’y sont pour rien… Seul M. Baguet est responsable de cet échec.
Le point commun entre ces deux projets, c’est que les mécènes, Pinault et Cartier, financent sur leurs deniers la création d’un musée, espace public, financée par le biais d’une fondation d’intérêt général. C’est également sur ce principe qu’ouvrira prochainement la Fondation Vuitton , aérien bâtiment de Frank Gehry, au sein du Bois de Boulogne. Ces Fondations permettent aux mécènes d’assumer les coûts d’exploitation de tels lieux grâce à un régime spécifique.

Dans le cas du projet R4, rien de tout cela. La Société civile immobilière R4, entièrement privée, outre l’exploitation de son entrepôt sécurisé, commercialisera des locaux commerciaux à vocation culturelle, des bureaux, des espaces de restauration et une résidence hôtelière. Rien à voir avec du mécénat.
Le plus grand secret a été ménagé autour des conditions de cession des terrains par la Ville. On murmure que cela aurait été fait dans des conditions extrêmement avantageuses.

R4 Ile Seguin Le Parisien

Le Parisien du 5 décembre 2013

 

Un accord, dont la teneur exacte n’a pas été dévoilée, obligerait la société à conserver le caractère culturel de ces équipements pour 20 ans au minimum… Encore faut-il apprécier les conditions de définition de ce caractère « culturel » et réaliser que dans l’immobilier une grosse plus-value sur 20 ans est un horizon ordinaire. Nul doute que M. Bouvier, en entrepreneur avisé, aura réalisé une belle opération immobilière…

4 – R4 est-il la simple continuation du mur de béton de 10 étages ?
Qui est l’architecte de R4 : Jean Nouvel. Qui est l’auteur du projet de bétonnage de l’Ile Seguin : Jean Nouvel !
En toute logique, le starchitecte a donc conçu le bâtiment R4 comme une continuation du mur de béton de 10 étages qu’il entend ériger tout au long de l’Ile Seguin face à Boulogne Billancourt. La preuve en images :

Ile Seguin Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

R4 n’est que la prolongation de la muraille de béton

 

Présenté comme un grand projet culturel, comparé sans vergogne aux grandes fondations d’art contemporain, le projet R4 n’est-il en fait qu’une belle opération immobilière, et un luxueux entrepôt de plus dans l’empire Natural le Coultre ?
R4 n’est il pas en outre le cheval de troie du projet de bétonnage de l’Ile entrepris par Jean Nouvel, actuellement en panne compte tenu de l’annulation du PLU ? Toutes ces questions méritent d’être posées, sans se laisser berner…
Une chose est certaine : assimiler cette opération à la Fondation Pinault, ou à toutes les grandes fondations d’art contemporain où un mécène ouvre ses collections au public dans un musée est une imposture.
Le maire et Mme Wenger ferait mieux de répondre à nos questions légitimes.
Du coté des associations, elles ont prouvé qu’elles n’étaient en rien opposées aux projets culturels.
La Cité de la Musique de l’Ile Seguin, qui a fait l’objet d’une concertation exemplaire, a répondu à toutes nos questions : insonorisation, circulation, conditions d’accès et de sécurité, respect du PLU.
Aucun recours n’a en conséquence été émis contre le permis de construire. Le chantier est en cours, et nous espérons que la Cité pourra ouvrir en 2016 conformément au calendrier prévu.
Les associations restent ouvertes au dialogue et feront sans aucun doute des propositions pour dénouer l’impasse dans laquelle la mairie a plongé le projet R4 par son permis de construire illégal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us