Ile Seguin : Rejet du Recours Gracieux et Finances de la Ville de Boulogne-Billancourt #URGENT

Sans surprise, le Maire de Boulogne-Billancourt vient de rejeter les recours gracieux  des Associations et des particuliers engagés contre son bétonnage de l’Ile Seguin. Nous laissons  l’avocat des Associations préparer la  riposte, qui s’achemine désormais tout droit vers un recours contentieux.

Néanmoins, ce qui mérite dès à présent une analyse plus complète est le préambule de la réponse du Maire que nous reproduisons ici :

« En préambule, avant l’examen des différents motifs invoqués, il convient de préciser que s’agissant des engagements que j’aurais pris lors des élections municipales visant à dédensifier le projet envisagé dans le PLU passant d’une constructibilité de 175000 m2 à  110000m2, il s’est avéré qu’une telle dédensification était incompatible avec les dépenses déjà engagées pour l’Ile Seguin et la nécessité d’équilibrer financièrement l’opération ».  Lettre de  Pierre-Christophe Baguet, Député Maire, en date du samedi 8 octobre 2011 (1).

Tout d’abord, nous demandons un peu de décence a M. Baguet. Le conditionnel est de trop !

M. Baguet nous ne disons pas que vous « auriez » promis de réduire la densité de l’Ile a 110 000m2 mais que vous AVEZ  promis de le faire. A preuve, votre brochure électorale, et l’intégralité de la video réalisée pendant votre campagne électorale où vous démontrez avec un talent certain de bateleur et moult détails la beauté de votre projet a 110 000m2 et son prodigieux intérêt financier.

Si la mémoire vous manque, consultez notre dossier noir du bétonnage où ces pièces essentielles figurent :

http://www.sauvonslileseguin.com/

Vous confirmez ensuite les problèmes financiers de la SAEM et de la Ville, rappelés dans l’article de Libération ci-dessous :

http://grandparis.blogs.liberation.fr/vincendon/2011/10/ile-seguin-des-comptes-et-un-conte.html

 

 

A cet égard, plusieurs précisions s’imposent :

  • Vous feignez de découvrir lors de votre élection les problèmes financiers de la Ville et de la SAEM, alibi pratique pour expliquer le reniement de vos promesses «  à l’insu de votre plein gré » en l’imputant a l’incurie de l’équipe municipale précédente. Si ces soucis financiers étaient tels, comment pouviez vous les ignorer alors que vous étiez vous-même à l’époque administrateur de la SAEM ?
  • Votre première action, une fois élu,  est pourtant de créer le déficit en annulant tous les accords de construction du PLU existant, alors même qu’il était purgé de tous recours. Sans vous, M. Baguet, un retard dramatique pour les finances de la SAEM et donc de la Ville n’aurait pas été pris et les premières constructions s’éleveraient déjà sur l’Ile Seguin (2).
  • Votre projet pharaonique entraine en lui-même des dépenses extravagantes qui vous servent a justifier votre bétonnage. Les complexites d’accés a l’Ile, l’aberration  d’y établir des circulations automobiles importantes, d’y créer la densité de parkings correspondante, votre jardin sous verrière, tout cela vous entraine dans un cercle vicieux de dépenses et de bétonnage… Nous ne pouvons accepter de laisser massacrer a jamais un site emblématique du Grand Paris, détruire un environnement  privilégié et verdoyant, ni accepter toutes les nuisances irrémédiables  liées a la création de votre mini-Défense sur notre pauvre ile.

Nous ne vous demandons même pas, M. le Député Maire, de respecter vos promesses. Nous vous demandons tout simplement, comme le demandent toutes les associations du G8,  de revenir au PLU existant,  de débloquer ainsi la situation et qu’enfin se batisse sur l’Ile un beau projet, équilibré, et qui respecte le site et le cadre de vie des habitants.

L’Association des Riverains de l’Ile Seguin

Notes :

(1)    A remarquer  que le Maire recevait des représentants de Associations le samedi  8 octobre 2011 pour une simili concertation alors même qu’il avait déjà rédigé et expédié a d’autres destinataires son refus total de tout aménagement de son projet. Mascarade ?

(2)   Petite erreur a corriger dans l’article de Libération : la Ville n’est actionnaire qu’ 64% de la SAEM (et non 90%)aux cotés du Conseil Général des Hauts de Seine (10%) et de différents organismes publics et privés. Néanmoins la Ville garantit la dette de la SAEM, et la contrôle, le premier acte de gestion de M. Baguet ayant été de licencier le Directeur Général précédent.

 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us