L’arrêté antitract attaqué // via leparisien.fr

Figure emblématique de la gauche boulonnaise, le socialiste Pierre Gaborit ne décolère pas après la publication d’un arrêté municipal du 2 novembre interdisant toute distribution de tract sur la ville : « Sachez donc que si vous voulez distribuer à Boulogne-Billancourt un tract signalant une brocante, le bal des pompiers, une représentation théâtrale ou même, on frise l’indécence, un tract ou un journal politique, vous devrez en demander l’autorisation préalable au maire, au moins quinze jours à l’avance, faute de quoi vous vous exposerez à une contravention de la 4e classe, c’est-à-dire d’une amende allant de 135 à 750 € par infraction » s’insurge-t-il.Je vais assigner le maire en référé-liberté pour obtenir du juge la suspension de cet arrêté et enjoindre le maire à mettre fin à cette entrave aux libertés publiques. »

L’ancien ministre UMP et ex-maire de Boulogne-Billancourt Jean-Pierre Fourcade et le député UMP Thierry Solère ne sont pas en reste, eux qui président chacun un groupe au conseil municipal. Dans un courrier commun envoyé au préfet des Hauts-de-Seine, ils indiquent que « cet arrêté, entrant en vigueur le 2 novembre 2012, vise à soumettre à son autorisation la distribution de tracts sur neuf zones de Boulogne-Billancourt, au motif que cette distribution nuirait à la propreté de la voie publique. Ce retour au régime de l’autorisation préalable nous semble gravement contraire au principe de liberté d’expression tel que le garantit la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Nous aimerions donc que vous nous fassiez part de votre analyse personnelle de cet arrêté antidémocratique qui soumet l’expression de tous à la censure d’un seul ».

vu sur : 

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us