Levallois dit adieu à ses tours jumelles

Après la défection de l’investisseur saoudien, BNP Paribas pose ses jalons avec plusieurs immeubles de bureaux et logements, et l’installation de sa filiale Cetelem.

Les tours devaient culminer à 164 m en bord de Seine, mariant bureaux et hôtellerie de luxe. A la place poussera un programme beaucoup plus modeste de bureaux s’élevant sur huit étages.

Le mariage entre la ville de Levallois-Perret et le cheikh saoudien Al Jaber, célébré en juin 2008, avec Christine Lagarde comme témoin, n’était pas passé inaperçu. De cette union devaient naître des tours jumelles de 164 m de haut, sur des terrains jadis occupés par Fiat sur les bords de Seine. Le cheikh Al Jaber mettait même un milliard d’euros dans la corbeille pour permettre la construction de 85000 m2 de bureaux et 31000 m2 d’hôtellerie de luxe.

Mais en matière de dot, autrement dit de droits à construire (DAC) s’élevant à 243 M€, la ville de Levallois n’a jamais perçu le moindre centime. Le mariage s’est terminé au tribunal et c’est devant les juges que la ville a finalement récupéré ses terrains. Afin de pouvoir les offrir à d’autres.

Les droits à construire revus à la baisse

C’est finalement avec BNP Paribas, un partenaire mieux identifié, que la ville de Levallois devrait s’associer en secondes noces fin septembre, avec un projet de vie commune solide. A la place des deux tours jumelles d’Al Jaber, le directeur général de BNP Paribas, Baudouin Prot, promet un ensemble plus modeste d’immeubles de huit étages, soit 60000 m2 de bureaux. Les droits à construire sont moins importants, revus à la baisse à 152 M€ contre 243 M€ avec le cheikh, mais BNP ne s’arrête pas en si bon chemin. « Ils achètent aussi des terrains voisins pour 95 M€, confirme le député-maire (UMP) de Levallois-Perret, Patrick Balkany, depuis son lieu de vacances. Il y sera construit 38000 m2 de logements.

via

%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us