Derniers Articles

Ile Seguin : nouveau recours contentieux contre l’adaptation 2013 du PLU

Posted by on jan 4, 2014 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : nouveau recours contentieux contre l’adaptation 2013 du PLU

Pierre-Christophe Baguet, 4 projets en 5 ans, et toujours l’impasse !

Ile Seguin Coteaux de Meudon Parc de Saint Cloud

L’Ile Seguin dans son écrin de verdure

5 associations viennent de déposer un recours contentieux auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour faire retirer la délibération du conseil municipal du 4 juillet 2013 approuvant « la mise en  compatibilité du document d’urbanisme concernant l’Ile Seguin ».

Un nouveau contentieux qui survient après l’annulation par le tribunal administratif du Plan Local d’Urbanisme (PLU) voté le 16 juin 2011 par le conseil municipal de Boulogne-Billancourt, PLU dont le projet voté le 4 juillet 2013 n’est qu’une adaptation.

Les Boulonnais et les riverains s’y perdent dans le nombre de projets que le couple Baguet/Nouvel a généré en 5 ans. Ce ne sont pas moins de 4 projets successifs qui ont été présentés aux habitants, dont deux font désormais l’objet d’un contentieux juridique.

Chronologie : 4 projets en 5 ans, et toujours l’impasse !

–          En 2008, avant l’élection de M. Baguet, le PLU de l’Ile Seguin, voté en 2004 et adapté en 2005,  offre une constructibilité de 175 000m2 et a fait l’objet d’une vaste concertation. Il est purgé de tout recours. L’île est prête à construire. Les premiers permis de construire sont accordés.

 

Projet Baguet 1 : pour conquérir la mairie de Boulogne-Billancourt, M. Baguet mène une violente campagne contre le projet de ses prédécesseurs qu’il qualifie de bétonnage. Il promet une Ile Verte et Bleue, et des droits à construire réduits à 110 000m2.

Ile Seguin Baguet  officiel 2008

Capture d’écran du site officiel de campagne de M. Baguet en 2008

Citation du site officiel de campagne 2008 : « Pierre-Christophe Baguet fournit un dessin susceptible d’intéresser les écologistes et les associations de riverains. Il annonce plus de verdure et moins 35% de béton, faisant passer les surfaces d’usage des bâtiments de 175 000m2 à 110 000m2. »

–          Projet Baguet 2 : à peine élu, le nouveau maire dénonce les 6 permis de construire déjà signés, dont celui de l’Université Américaine. La plupart de ses électeurs croient qu’il s’agit pour lui d’honorer ses promesses. La stupéfaction est donc générale quand il révèle début 2011 lors de l’enquête d’utilité publique un nouveau PLU avec des droits à construire portés à 337 500m2 , avec 5 tours sans limite de hauteur. Le projet  a été créé par l’architecte Jean Nouvel qui est coordinateur général du projet.

 –          Projet Baguet 3 : M. Baguet enregistre une première contrariété. Le Conseil Général des Hauts-de-Seine, propriétaire de la pointe de l’île, où il entend ériger la Cité Musicale, refuse d’en céder toute parcelle et empêche donc la réalisation de l’une des 5 tours. Espérant calmer un peu la colère qui s’élève chez les riverains trahis, M. Baguet réduit la constructibilité à 310 000m2 et 4 tours. Il fait adopter ce PLU par son conseil municipal le 16 juin 2011.

Les associations de riverains et de défense de l’environnement déposent des recours contre ce PLU auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

 –          Projet Baguet 4 : La détermination et la colère des habitants ne faiblissent pas. M. Baguet décide de porter la constructibilité à 255000m2. Pour tenter de donner une légitimité à son projet, il se livre à une manœuvre ahurissante. Il monte en décembre 2012 un référendum local sans aucune valeur juridique, en ne proposant le choix qu’entre 3 variantes du projet Nouvel. Impossible de dire non, conditions de votes par internet et poste non sécurisées permettant les bourrages d’urne, confiscation des moyens municipaux pour une propagande sans bornes… La seule façon de dire non était de s’abstenir. Malgré tout cela, le projet Baguet 4 ne recueille que 7000 « votes » sur 67 000 électeurs inscrits, contre 50 000 abstentions. Cela n’empêche pas M. Baguet de faire adopter le projet Baguet 4 par son conseil municipal le 4 juillet 2013. Le nouveau projet Baguet élève une muraille de béton devant Boulogne-Billancourt, surmontée d’une triple tour de 146m de hauteur (NGF) écrasant la colline de Meudon (89m NGF). Entre Baguet 1 et Baguet 4, on trouve 2,5 fois plus de béton !

 –      Le 9 juillet 2013 annulation du PLU du 16 juin 2011 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise en particulier pour défaut d’évaluation environnementale, défaut d’étude de sécurité publique, manque d’information du public, et incompatibilité avec la loi du Grand Paris.

–      Le 11 juillet 2013, le Conseil Général révèle les contours de la Cité Musicale,  qui ne devrait pas être contestée car déjà prévue dans le PLU de 2004. Cet équipement de prestige est conçu par les architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines. Il sera exploité par un consortium réunissant TF1 et Sodexho. Les nuisances devraient être réduites, avec un accès automobile restreint sur l’Ile et une insonorisation exemplaire. La Cité Musicale devrait ouvrir en 2016.

–      Le 24 juillet 2013, M. Baguet accorde un permis de construire au projet R4, non prévu au PLU de 2004  et donc soumis aux aléas des PLU 2011/2013. Il annonce en outre une promesse de vente de terrain supplémentaire à la SCI R4. Les conditions financières de cette opération demeurent obscures. L’Ile Seguin devient de plus en plus l’Ile Nouvel.

–       Le 26 juillet 2013, M. Baguet fait appel de l’annulation du PLU de 2011

–       Le 30 aout 2013, les associations de défense de l’environnement adressent un recours gracieux au Maire de Boulogne-Billancourt, contre l’adaptation du PLU votée le 4 juillet 2013.

–      Le 30 décembre 2013, les associations AEBB (Actions Environnement Boulogne-Billancourt), Boulogne Environnement, Intégrer Billancourt, Val de Seine Vert et Vivre à Meudon déposent un recours contentieux commun auprès du Tribunal administratif de Cergy Pontoise demandant le retrait pour illégalité de la délibération du conseil municipal du 4 juillet 2014.

Extrait du texte du recours

Il ne fait aucun doute que la mise en compatibilité du PLU [votée le 4 juillet 2013]… ne vise qu’à adapter les dispositions du PLU en vigueur applicables à l’Ile Seguin et qui résultent toutes de la révision du 16 juin 2011.

La preuve en est apportée de manière totalement explicite par le rapporteur du projet de délibération [le maire-adjoint en charge de l’urbanisme] faisant l’objet de la présente requête.

« Nous avons engagé le 21 février 2013 la mise en compatibilité du Plan Local d’Urbanisme avec la déclaration de projet relatif au nouvel aménagement de l’Ile Seguin (…).

Nous avions voté le 16 juin 2011 la révision simplifiée du PLU fixant les bases réglementaires pour l’aménagement de l’Ile Seguin et autorisant la construction de 310 000m2. Ce projet avait soulevé un débat sur les questions de constructibilité ainsi que sur celle de la hauteur et du nombre de « châteaux ». Afin de mieux impliquer les boulonnais, M. Le Maire a demandé aux ateliers Jean Nouvel de retravailler sur 3 déclinaisons du projet »

En  d’autres termes, le projet dit N°2 [celui qui sera adopté] n’est qu’une « déclinaison » du projet initial pour lequel avait été organisée puis votée la révision du 16 juin 2011, jugée depuis illégale.

CQFD

La démonstration est donc faite : la délibération du 4 juillet 2013 ne porte que sur une « déclinaison », un projet d’adaptation du PLU annulé par le 9 juillet 2013 par le Tribunal administratif. La délibération portant sur une déclinaison d’un PLU illégal est illégale elle-même.

Cette illégalité est d’autant plus criante que sont énumérés dans le reste du recours tous les autres motifs qui rendent cette adaptation tout aussi irrecevable que le PLU de 2011 dont elle ne corrige aucune des lacunes.

Et maintenant ?

Pierre-Christophe Baguet, par sa fuite en avant bétonnière, a totalement bloqué l’Ile Seguin.
Sans lui, l’Ile serait déjà construite.

A cause de lui, la voici dotée d’un projet Baguet 3 annulé, d’un Baguet 4 illégal qui devrait suivre le même chemin, et 5 ans auront été totalement perdus, pour l’Ile, pour les Boulonnais, pour les finances publiques.

Il est temps d’aller de l’avant et de débloquer immédiatement la situation en revenant à un projet plus humain, plus équilibré et plus respectueux de l’environnement. Sans tour, sans muraille de béton. Le PLU de 2004/2005 qui avait fait l’objet d’une large concertation, et qui était purgé de tout recours, le permet.

Le PLU de 2004/2005 est le seul PLU légal. Il suffit d’y revenir et la situation se débloquera instantanément.

Lien utile :

Mais pourquoi donc Pierre-Christophe Baguet s’est-il fourré dans une telle galère ?

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-le-maire-et-le-starchitecte/

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : Opacité financière autour du pôle artistique R4

Posted by on déc 8, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : Opacité financière autour du pôle artistique R4

L’Ile Seguin est-elle en solde ?

Le projet R4 : mur de béton coté Boulogne-Billancourt

Le projet R4 : mur de béton coté Boulogne-Billancourt

Le Parisien, dans son édition du 5 décembre 2013, pose crûment la question : que cache l’opacité financière qui accompagne le projet R4 à Boulogne ?
Pour ce premier permis de construire accordé par le Maire de Boulogne-Billancourt, les conditions financières demeurent bien mystérieuses, ce qui inquiète nombre d’élus et les associations.
« Si on continue à brader les terrains, il va falloir densifier le reste de l’Ile pour équilibrer l’opération » assure Jean-Louis Tourlière, président de Boulogne-Environnement. « Il ne faut pas que le maire se serve du R4 comme d’un cheval de Troie pour reporter les mètres carrés sur la partie centrale » ajoute Anne-Henri Chombart de Lauwe, qui préside Actions Environnement Boulogne-Billancourt (AEBB).

R4 Ile Seguin Le Parisien

Le Parisien du 5 décembre 2013

Le Suisse Natural le Coultre emporte deux terrains sur l’Ile Seguin. A quel prix ?
Ce ne sont pas moins de deux terrains que vient d’emporter M. Bouvier sur l’Ile Seguin dans des conditions demeurées secrètes. Le premier de 8000m2 est destiné à l’édification du projet R4, soit 30 000m2 de droits à construire. Le deuxième, de 4800m2 est destiné à l’édification d’une résidence hôtelière.
Le mystère entretenu sur la cession de ces terrains est de nature à alimenter les craintes des contribuables. Tout à sa hâte de signer un projet avant les élections municipales, le Maire aurait-il bradé le prix des terrains ?
Un projet privé dont les objectifs demeurent flous
La talentueuse Nelly Wenger, qui dirige Nelly Wenger Associates, a été chargée par M. Bouvier de la promotion de R4. A ce titre, elle est également présidente de la Société Civile Immobilière R4 créée pour réaliser le projet.
Depuis le recours gracieux déposé par deux associations contre le permis de construire de R4, Mme Wenger n’a pas ménagé ses efforts. Loin du comportement du maire de Boulogne-Billancourt, qui a interrompu toute la concertation avec les associations et les riverains, Mme Wenger a rencontré toutes les associations pour promouvoir son projet. Une conférence de presse tenue le 4 décembre à l’ambassade de Suisse a précédé une vaste campagne de presse abondamment reprise dans les media.
Avec une grande force de conviction, Mme Wenger nous affirme que la société suisse Natural le Coultre dont la fortune et la réputation se sont construites sur le transport international d’œuvres d’arts et la création de lucratifs « Ports Francs » (zones franches où les œuvres d’art peuvent être vendues hors taxes et hors droits de douanes), à Genève, Singapour et bientôt Luxembourg, agit uniquement dans un but de mécénat et malgré le caractère 100% privé de l’opération, sans objectif de profit. Bref, un mécène totalement désintéressé.
Si le but de M. Bouvier est si clair, pourquoi ne procède-t-il pas à travers une fondation d’entreprise ? La Fondation Pinault, la Fondation Cartier, qu’on nous a promis sur l’Ile Seguin, ou en encore la Fondation Vuitton qui ouvrira en 2014 dans le Bois de Boulogne, sont les véhicules habituels des mécènes.
Une belle opération immobilière ? Sans doute …
Outre son métier international de transport d’œuvres d’art, qui se traduira par des équipements logistiques et de manutention qui seront installés sur l’Ile, ainsi que des réserves « en partie visitables », la société civile immobilière R4 est avant tout promoteur de la commercialisation d’un ensemble constitué de commerces, de bureaux, d’une résidence hôtelière. Un accord, dont la teneur exacte n’a pas été dévoilée, obligerait la société à conserver le caractère culturel de ces équipements pour 20 ans au minimum… Encore faut-il apprécier les conditions de définition de ce caractère « culturel » et réaliser que dans l’immobilier une grosse plus-value sur 20 ans est un horizon ordinaire.
M. Bouvier est un excellent entrepreneur. Si les conditions consenties par la Ville de Boulogne-Billancourt sont attractives, nul doute qu’il aura su les saisir !
Un mur de béton ? A coup sûr…
L’architecte de R4 est l’incontournable Jean Nouvel. En toute cohérence avec son projet de bétonnage de l’Ile Seguin, l’architecture de R4 est une prolongation directe de la muraille de béton gris qu’il veut élever sur toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt, comme le montre la juxtaposition des illustrations ci-dessous.

Ile Seguin Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

R4 n’est que la prolongation de la muraille de béton

A noter que si cette horrible muraille de béton ôtera à tout jamais aux Boulonnais la vue apaisante des verdoyants Coteaux de Meudon qui est le propre de ce site unique, Mme Wenger devrait se voir récompensée car sera édifié le plus beau logement de fonction de tout Boulogne-Billancourt, 6 pièces au dernier étage avec vue sur tout Paris et les fameux coteaux.

Le problème du PLU

Pierre-Christophe Baguet a plongé par ses projets délirants l’Ile Seguin dans une impasse juridique. Pour imposer ses projets de bétonnage, il a fait voter en 2011 une révision du Plan Local d’urbanisme, puis une adaptation de ce PLU en 2013. Or le tribunal administratif a annulé le PLU de 2011, et de facto son adaptation de 2013. Le seul PLU valable pour l’Ile Seguin est donc celui de 2004/2005, qui avait fait l’objet d’un vaste consensus et était purgé de tout recours.
Or R4 n’est pas prévu dans ce PLU et n’est pas compatible avec lui. Le « gros cube » de béton  qui doit abriter les réserves dépasse ainsi la limite de hauteur du PLU 2004. Beaucoup de riverains d’ailleurs ont du mal à discerner le génie architectural qui se cache derrière ce gros cube !

Ile Seguin R4 : le gros cube de béton

R4 : le gros cube de béton

Les associations qui ont déposé un recours gracieux contre le permis de construire accordé à R4 risquent de soulever cet obstacle de non-compatibilité avec le PLU en le transformant le recours gracieux en recours contentieux.

Liens utiles :

Ile Seguin : pas de Cartier plus de Nouvel

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-pas-de-cartier-encore-plus-de-nouvel/

Les liens étroits entre Nelly Wenger et Jean Nouvel

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-jean-nouvel-vrai-patron-de-la-culture-a-boulogne-billancourt/

La préfiguration du projet R4

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-le-lancement-du-pole-d%E2%80%99art-contemporain-r4-comme-si-vous-y-etiez/

 

 

 

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

Posted by on nov 3, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

A Boulogne-Billancourt, le patron c’est Jean Nouvel

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Mais quelle mouche a piqué Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt ?

En 2008, quand il est élu, l’homme hérite d’une Ile Seguin enfin apaisée. Elle est dotée d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) purgé de tout recours. Bien plus, les premiers permis de construire sont accordés. L’Ile est prête à construire et à sortir de son état de friche.

Cependant, Pierre Christophe Baguet a promis une évolution radicale du projet par rapport à ses prédécesseurs dont il qualifie le projet de « bétonnage ». En lieu et place des 175 000m2 de droits à construire prévus, il a promis de réduire la densité de 30% et de ramener les droits à construire à 110 000m2. Aussi quand il dénonce les permis de construire accordés, tout le monde pense qu’il s’agit pour lui d’exécuter sa promesse.

C’est là que les citoyens de Boulogne se font duper. Dans des conditions d’opacité assez remarquables, Jean Nouvel a été nommé architecte coordinateur du projet de l’Ile Seguin. En juillet 2010, soit un an et demi seulement après l’élection de PCB, Jean Nouvel sort de sa poche un nouveau projet dont les chiffres sidèrent les habitants : 5 tours, 337 000m2 de droits à construire, soit trois fois les promesses du maire !

La colère des riverains et des habitants se fait immédiatement sentir. Le PLU révisé de l’Ile Seguin, voté le 16 juin 2011, est aussitôt attaqué. Ce PLU de 2011 vient d’être annulé par le tribunal administratif le 9 juillet 2013. Son adaptation à 255 000m2, avec une triple tour, fait elle aussi l’objet de recours. PCB vient de nouveau par ses provocations bétonnières de paralyser l’Ile Seguin !

Mais quelle mouche a piqué PCB pour ainsi, au mépris de toute morale, se renier complètement et trahir radicalement ses promesses ? D’après les proches du dossier, la vraie raison ne serait autre que la fascination qu’exerce sur le Maire le starchitecte Jean Nouvel. Éperdu,  fasciné, le Maire a confié les clés de l’Ile Seguin à une star. Le seul nom du grand homme est supposé clouer le bec à tous les opposants au projet qui dénoncent un bétonnage saugrenu sur un site d’exception.

Jean Nouvel, l’obsession de la tour à Paris

Ile Seguin La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

Jean Nouvel a beau être riche, célèbre, couronné, le starchitecte a une blessure : il a échoué successivement dans deux projets de tours à la Défense qui n’ont pu trouver de financement, la Tour sans fin et la  tour Signal. C’est devenu une obsession, il lui faut sa tour à Paris. Quand il comprend la personnalité de PCB, et la malléabilité de l’intéressé, le starchitecte parvient à lui vendre non pas une tour, mais bien cinq d’un coup !

Hélas pour Nouvel le maire de Boulogne-Billancourt recule devant la colère de ses administrés et lui demande de supprimer des tours de son projet. Nouvel accepte de mauvaise grâce et revient avec une tour seulement, mais quelle tour ! Une triple tour, massive, surmontant une muraille de béton. A 146 m de hauteur NGF, le colosse écrase de sa masse l’Ile Seguin et les coteaux de Meudon, qui culminent à 89m. Le starchitecte s’est déjà octroyé des morceaux de choix dans le programme de réhabilitation des terrains Renault. Outre la coordination générale du projet, qui lui a déjà rapporté plus de 3 millions d’€ d’honoraires, le starchitecte a réalisé la tour Horizon dans le quartier du Trapèze, et emporté le Projet R4  qui annonce bien la préfiguration du mur de béton qui va courir tout le long de l’Ile, face à Boulogne-Billancourt.

Ile Seguin Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

La fin des starchitectes ?

Au moment où Pierre-Christophe Baguet abandonne l’Ile à Jean Nouvel, le Figaro du 21 octobre 2013 sous le titre « La fin des starchichectes » épingle la gestion calamiteuse du chantier de la Philharmonie de Paris par le grand homme :

« Ambiance tendue sur le chantier de la future Philharmonie de Paris, porte de la Villette. Jean Nouvel ne décolère pas: comme d’habitude, il a eu des repentirs et a revu sa copie pour améliorer son projet de salle de concert. Mais cette fois, personne n’a voulu entendre ses propositions. Ni François Hollande  qui ne l’a pas reçu. Ni Aurélie Filipetti, ni Bertrand Delanoë. L’architecte star se heurte toujours à la même réponse: on ne rallonge plus.

C’en est fini de la pure beauté du geste: il faut tenir les budgets (passés en l’espèce de 110 à plus de 387 millions d’euros avec les travaux d’études) et les délais (repoussés de 2013 à 2015). Pour Nouvel, c’est un véritable coup de semonce. »

Citant l’Ile Seguin, le même article évoque la fâcheuse tendance qu’ont les émules de M. Baguet à convoquer une grande signature de l’architecture, censée clouer le bec au bon public des citoyens sommés de s’incliner béatement devant le génie.

« Les maires sont convaincus qu’un projet d’architecture réussi peut leur faire gagner une élection», indique ­François de Mazières, député maire de Versailles. «Au lieu de pratiquer l’acupuncture urbaine avec de multiples interventions qui tiennent compte de la réalité de leur tissu urbain, ils préfèrent convoquer une grande signature, convaincus qu’elle emportera les suffrages», ­reprend celui qui a porté la Cité de l’Architecture et le Grand Paris  sur les fonds baptismaux. Dans le projet de la ville de Lyon Confluence, dans celui de l’île Seguin à Boulogne, l’enjeu est politique, comme chaque fois qu’une ville refait un quartier ou même un bâtiment plus humble.

L’arme est à double tranchant. À Rouen, Pierre ­Albertini a été battu aux municipales en 2008 pour avoir commandé à Rudy Ricciotti une médiathèque à 44 millions d’euros, et à Jean-Paul Viguier un projet nommé «espace Monet cathédrale», qui suscitait la colère d’une immense majorité de la population rouennaise ».

La crise rattrape les starchitectes et leur impose d’être réalistes. Ce sera le cas avec le projet Nouvel/Baguet qui prétend bétonner l’Ile avec 112 000m2 de bureaux sur un marché déjà déprimé, et qui devra bien retrouver une forme plus équilibrée, humaine et respectueuse de son environnement.

« Peu à peu, la réalité rattrape l’architecture et ses prestigieux serviteurs. «La crise est une opportunité de remettre un peu de sobriété, de sens et de poésie», dit Éric Lapierre, architecte, professeur à Sciences Po et auteur de L’Architecture du réel (Le Moniteur). «Nous sommes face à une discipline de la durée qui doit traverser les millénaires. Or, on est train de la réduire à du marketing urbain, avec une surenchère dans le spectaculaire. »

L’Ile Seguin est notre bien commun, un site unique du Grand Paris. Elle ne sera pas le nouveau caprice du starchitecte qui veut la bétonner !

 

Liens utiles :

L’article complet du Figaro du 21 octobre 2013 : Jean Nouvel et la Philharmonie de Paris, la fin des starchitectes :

http://www.lefigaro.fr/culture/2013/10/21/03004-20131021ARTFIG00266-architecture-retour-sur-terre.php

Jean Nouvel, architecte à tout prix, Télérama mai 2012:

Jean Nouvel tour

http://www.telerama.fr/culture/jean-nouvel-architecte-a-tout-prix,81914.php

On assassine l’Ile Seguin, Libération, juin 2011 :

« On assiste ces jours-ci à un numéro d’illusionnisme assez spectaculaire autour de la malheureuse île Seguin de Boulogne-Billancourt. Le magicien s’appelle Jean Nouvel, il est architecte et doué pour vendre au chaland les projections de sa lanterne magique »…

http://www.liberation.fr/societe/2011/06/16/on-assassine-l-ile-seguin_742976

 

 

 

Read More

Ile Seguin : tours à Paris, avis négatif de l’UNESCO

Posted by on oct 20, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : tours à Paris, avis négatif de l’UNESCO

Les critiques se multiplient contre les tours isolées qui veulent défigurer le Grand Paris

Maquette du projet de triple tour de l’Ile Seguin exposée à Boulogne-Billancourt en décembre 2012

Maquette du projet de triple tour de l’Ile Seguin exposée à Boulogne-Billancourt en décembre 2012

Les tours isolées provoquent un rejet de plus en plus important. Le projet de triple tour de l’Ile Seguin, la Tour Triangle à Paris, les deux tours d’Issy-les-Moulineaux, autant d’aberrations architecturales qui provoquent un rejet de plus en plus fort. La dernière réaction notable provient de l’Unesco. Elle rejoint les critiques de politiques, d’urbanistes, d’architectes et d’économistes. Compréhensibles dans un ensemble cohérent comme le quartier d’affaires de la Défense, les tours menacent de ruiner l’harmonie et le cadre de vie du Grand Paris si elles sont implantées n’importe où.

M. Bandarin,  Sous-Directeur Général à la culture à l’UNESCO,  (AFP) :

« Si Paris veut être considérée comme une ville qui a des valeurs historiques et un cadre patrimonial, elle ne doit pas faire ça », a dit M. Bandarin. « C’est une très mauvaise idée de mettre des tours à chaque porte de Paris … Il y a des lieux où l’on peut créer des regroupements et il y a une question de hauteur », a expliqué le responsable de l’Unesco. « Il faut mesurer l’impact visuel que la hauteur peut avoir: il y a des techniques scientifiques qui permettent de le faire. L’idée de densifier en hauteur, c’est une fausse idée. Une tour, parce qu’elle a besoin de beaucoup de services, de parkings, n’est pas plus dense qu’une ville compacte. Une tour c’est quand même une machine qui consomme beaucoup d’énergie: les ascenseurs, l’eau qu’on pompe: vous ouvrez un robinet au 180e étage et l’eau doit être pompée. Ce n’est pas un bon modèle. Ce n’est pas le futur »

NKM : non aux tours isolées qui défigurent la ville

NKM contre les tours à Paris

Rem Koolhass, architecte de tours : pas à Paris !

Tour CCTV a Pekin par Rem Koolhass

Tour CCTV à Pékin par Rem Koolhass

Interview à Paris Match, octobre 2012.

Votre tour de la télévision chinoise (CCTV) domine Pékin.  A Paris, les tours font débat. En construiriez-vous ?

Quand je monte les escalators du Centre Pompidou, je me réjouis qu’il n’y ait pas trop de tours dans le paysage… Il y a dix ans, j’aurais peut-être trouvé cette réticence un peu rétrograde, aujourd’hui  je l’apprécie.

Même si les tours peuvent contribuer à une densification de la ville ?

C’est faux. Un théoricien des années 60 a démontré qu’on pouvait créer de la densité quelle que soit la hauteur.

Les tours, trop chères sur un marché de bureaux déprimé

« A la Défense, au total, plus de 500.000 m2 pourraient être livrés au cours des trois prochaines années dans le quartier d’affaires, dont le marché locatif cette année chute de 38 %. Alors que le marché de bureaux est, au mieux, stable depuis 2008, que les loyers faciaux ne montent plus – ce qui signifie que les valeurs locatives réellement payées par les utilisateurs diminuent, que des tours récemment livrées ont du mal à se remplir, quelle mouche pique les investisseurs ?

Une récente étude réalisée par le bureau d’études Setec montre que, rapportés au mètre carré utile, les coûts de construction d’immeubles dépassant 50 mètres de hauteur sont plus élevés de 30 à 35 % que ceux des bâtiments classiques. La même élasticité ne se retrouve pas sur le marché locatif.

Responsables de ces coûts : la moindre efficacité des surfaces occupées par un noyau épais qui maintient l’immeuble, le poste des installations de chantier [jusqu’à 225 euros par mètre carré à comparer à une dépense presque marginale pour un immeuble classique, NDLR], les ascenseurs de plus en plus sophistiqués, et le standing plus haut de ce type d’immeuble ». Catherine Sabbah, les Echos, 4/10/2012.

Rappellons que le projet Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin, c’est vouloir ajouter 112 000M2 de bureaux sur un marché déjà sur-excédentaire à Boulogne-Billancourt, et ceci avec le recours à une triple tour de 146 m de hauteur !

La triple tour de l’Ile Seguin, c’est tout à la fois commettre une erreur d’urbanisme, défigurer un site unique du Grand Paris,  et une stupidité économique sur un marché de bureaux excédentaire à Boulogne-Billancourt.

Liens utiles :

Avis négatif de l’UNESCO :

http://www.finances.net/infos/actions/Projets-de-tours-%C3%A0-Paris–avis-n%C3%A9gatif-de-lUnesco-678321

Analyse économique des tours :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/dossier/0201510934131/0202306846581-la-nouvelle-vague-de-la-defense-369094.php

Contre la tour triangle à Paris :

http://www.contrelatourtriangle.com/

Bureaux à Boulogne-Billancourt, la fuite en avant :

L’analyse de Pierre-Mathieu Duhamel

http://www.pmduhamel.fr/notre-ville/83-bureaux-la-fuite-en-avant-continue#.UmQQ0OKHZVI

L’analyse de Pierre Gaborit

http://www.pierregaborit2014.fr/2013/10/bureaux-vers-la-catastrophe.html

 

 

 

Read More

Ile Seguin : la Cité Musicale se lance, R4 frappé d’un recours

Posted by on sept 26, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : la Cité Musicale se lance, R4 frappé d’un recours

2 associations réclament le retrait du permis de construire R4, illégal

Cité musicale de l'Ile Seguin

Cité musicale de l’Ile Seguin, capture d’écran de la vidéo officielle

Deux événements d’importance cette semaine pour l’Ile Seguin.

Démarrage du chantier de la Cité Musicale
D’une part, la pointe de l’ile sera fermée jusqu’au 27 septembre afin de permettre des sondages géophysiques préliminaires au chantier de construction de la Cité Musicale du Conseil Général des Hauts de Seine. Cet équipement fait l’objet d’un consensus large. Le conseil général lors des différentes réunions d’information et de concertation a donné des garanties importantes aux riverains : intégration dans le paysage remarquable des coteaux de la Seine, limitation de hauteur des constructions, recours à un architecte de renom, limitation des circulations automobiles sur l’Ile, bâtiment en pointe pour le recours aux énergies renouvelables, insonorisation évitant toute pollution sonore.

Dans ce partenariat Public-Privé, les critiques ont pu porter sur la concession à TF1 de la programmation, jugée par certains comme peu garante de la qualité culturelle, mais par d’autres comme garantie de succès commercial.
Néanmoins, ce grand équipement culturel est totalement conforme au Plan Local d’Urbanisme de 2004, le seul en vigueur aujourd’hui, maintenant que la révision bétonnière voulue en 2011 par le Maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a été annulée par le tribunal administratif.
Ce PLU avait fait l’objet d’une large concertation, et était purgé de tout recours. C’est donc tout à fait logiquement qu’aucune opposition ne s’est  manifestée au permis de construire de la Cité Musicale. Cette semaine démarre donc vraiment le chantier de la Cité, dont la livraison est promise pour 2016. Les citoyens resteront attentifs au respect du budget, en espérant qu’il évite les dépassements pharaoniques d’un autre grand lieu musical, la Philarmonique de Paris confiée à Jean Nouvel, qui vient de faire l’actualité avec un budget dépassé à 600 % !

Recours contre le permis de construire R4

Ile Seguin maquette R4

Ile Seguin maquette R4

 

Cette même semaine, le 24 septembre, 2 associations, Actions Environnement Boulogne-Billancourt et Boulogne-Environnement, par la voix de leurs présidents, Anne-Henri Chombart de Lauwe et Jean-Louis Tourlière, viennent de demander au Maire de Boulogne-Billancourt le retrait du permis de construire accordé au pôle culturel R4 dont le propriétaire est une société immobilière appartenant à la société suisse Natural-le-Coultre et l’architecte l’inévitable Jean Nouvel.

Extrait du texte du recours :

« Tout permis de construire délivré par une autorité publique doit respecter les documents d’urbanisme relatifs à la zone dans laquelle est située l’opération.
S’agissant de l’Ile Seguin, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) adopté le 8 avril 2004, a fait l’objet d’une révision simplifiée votée par le Conseil Municipal de Boulogne-Billancourt le 16 juin 2011. […]

Vous n’ignorez pas que le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a décidé, par jugement du 9 juillet 2013, d’annuler la délibération du 16 juin 2011 portant sur la révision du PLU ».

Les associations poursuivent la démonstration que l’adaptation de ce PLU révisé votée le 4 juillet 2013 est illégale car elle s’appuyait sur un PLU annulé. En conséquence,

« Nous observons que le permis de construire délivré pour le bâtiment R4 est en contradiction avec plusieurs dispositions du PLU de 2004, seul document d’urbanisme aujourd’hui avec force réglementaire.
Ce permis de construire est en conséquence illégal et vous devez en opérer le retrait ».

Enfin, les deux présidents demandent au Maire de dévoiler les conditions financières de vente du terrain à la société Natural-le-Coultre :

« Nous tenons à souligner au surplus que les conditions financières de la vente du terrain par la SAEM à la société civile immobilière promotrice du projet R4 a eu lieu, d’après nos informations, pour un prix très faible, ce qui obère tout l’ensemble de l’opération d’urbanisme pour l’Ile Seguin, car ce n’est malheureusement qu’au prix de constructions massives de bureaux, situés dans des immeubles de grande hauteur, que l’opération pourrait être financièrement équilibré du fait, notamment, de cette vente à un prix très éloigné de celui du marché ».

Les deux associations posent donc une question de fond : tout à son inquiétude de ne pouvoir rien annoncer de concret sur l’Ile Seguin, dont il a paralysé le développement depuis 5 ans, le maire de Boulogne-Billancourt aurait-il consenti des conditions trop favorables à un investisseur privé. Intérêt général ou intérêt très particulier ?

La question est donc maintenant officiellement posée. Elle rejoint « les mystères de R4 » que nous évoquions il y a peu et auquel tous les Boulonnais ont droit d’avoir réponse.

Lien utile :

Les mystères de R4, intérêt général ou intérêt très privé ?

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-pas-de-cartier-encore-plus-de-nouvel/

 

 

 

 

Read More
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us