Derniers Articles

Sauvons l’Ile Seguin !

Posted by on sept 22, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Sauvons l’Ile Seguin !

Une perspective panoramique…

Ile Seguin Panoramique

Photo panoramique : Collectif « Ni Béton, ni Soumise »

Le Collectif « ni Béton, ni Soumise», défenseur de l’Ile Seguin, nous livre cette photo panoramique que nous vous montrons en exclusivité.

Cette splendide photo montre dans toute sa majesté le site exceptionnel de l’Ile Seguin, vu depuis Boulogne-Billancourt. Lové dans cette belle boucle de la Seine, ouvert sur les coteaux de Meudon, à proximité du Parc de Saint-Cloud, vous pouvez le contempler dans toute sa beauté.

Vous avez été nombreux à profiter cet été du jardin, à vous y promener en compagnie de vos enfants, à ressentir tout le potentiel d’un tel endroit pour faire quelque chose d’exceptionnel, préservant son caractère et son environnement.

Le Jardin éphémère de l'Ile Seguin

Le Jardin éphémère de l’Ile Seguin

Hélas, tout ce que vous avez pu apprécier est destiné à être détruit : éphémère, le jardin, éphémère, le Pavillon, éphémère, le restaurant, éphémère les pelouses où vous avez dressé votre pic-nic. Tout doit être détruit pour laisser place au béton.

On ne saurait imaginer que ce site soit défiguré et livré au bétonnage du projet actuel de M. Baguet, maire de Boulogne-Billancourt et son complice Jean Nouvel.

On ne saurait tolérer que se de dresse devant  Boulogne Billancourt une muraille de béton qui occulte toute la transparence entre les rives de la Seine et cache à jamais les  verdoyants coteaux de Meudon .

On ne saurait permettre que s’érige une énorme triple tour de 146 m de hauteur (NGF)  écrasant de sa masse les coteaux de Meudon. Regardez notre photo et imaginez : le haut des coteaux de Meudon culmine à 89 m ! Quelle disproportion, quelle absurdité !

Ile Seguin :  mur de béton et triple tour

Ile Seguin : mur de béton et triple tour

Les associations se battent pour vous et votre ile. Soutenez-les. Tous ensemble, sauvons l’Ile Seguin !

Les associations engagées dans les recours :

Actions Environnement Boulogne-Billancourt

Boulogne Environnement, partenaire de l’Association des Riverains de l’Ile Seguin

Intégrer Billancourt

Val de Seine Vert

Vivre à Meudon

Collectif Vue sur l’Ile Seguin

Liens utiles :

Nouveau recours contre le bétonnage de l’Ile Seguin :

http://www.sauvonslileseguin.com/nouveau-recours-contre-le-projet-de-betonnage-de-lile-seguin/

Ile Seguin : dépêchez –vous d’en profiter, tout doit être détruit ! Le jardin, le Pavillon, le restaurant, le cirque, tout est éphémère…

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-depechez-vous-d%E2%80%99en-profiter%E2%80%A6-tout-sera-detruit/

 

 

 

Read More

FR 3 : L’Ile Seguin au cœur des municipales 2014

Posted by on sept 10, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur FR 3 : L’Ile Seguin au cœur des municipales 2014

FR3 Ile de France a diffusé le 8 septembre un reportage sur la bataille municipale a Boulogne-Billancourt.

L’Ile Seguin demeure un enjeu majeur.

Association strictement apolitique, nous ne soutenons aucun candidat particulier, mais nous je pouvons que constater que le désastre actuel à entièrement été créé par le maire actuel.
Sans M. Baguet, ses 5 ans d’errance et ses 4 projets successifs ( voir notre lien), l’Ile Seguin serait déjà construite car il avait hérité en 2008 d’un PLU purgé de tout recours.
À s’acharner à imposer un projet de bétonnage, malgré l’annulation de son PLU prononcée le 9 juillet par le tribunal administratif, le Maire actuel précipite l’Ile dans une impasse sont il est seul responsable.

Liens utiles

Nouveau recours contre le bétonnage de l’Ile Seguin :

http://www.sauvonslileseguin.com/nouveau-recours-contre-le-projet-de-betonnage-de-lile-seguin/

Read More

Nouveau Recours contre le projet de bétonnage de l’Ile Seguin

Posted by on sept 6, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Nouveau Recours contre le projet de bétonnage de l’Ile Seguin

Les arguments des associations de défense de l’environnement

Ile Seguin : La triple tour et la muraille de béton du projet Nouvel/Baguet : capture d’écran de la vidéo officielle

Ile Seguin : La triple tour et la muraille de béton du projet Nouvel/Baguet : capture d’écran de la vidéo officielle

 

Très logiquement les associations de défense de l’environnement (Actions Environnement Boulogne-Billancourt-AEBB, Boulogne Envrionnement, Intégrer Billancourt, Val de Seine Vert et Vivre à Meudon) ont déposé un recours gracieux contre la nouvelle mouture du projet de bétonnage de l’Ile Seguin qu’a fait adopter  Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt  par son conseil municipal le 4 juillet.

Les principaux arguments des associations dans le recours gracieux qu’elles viennent d’adresser au maire, par la voix de leur avocat Maître Gaborit, sont les suivants :

1)      Les associations avaient contesté par un recours gracieux, puis contentieux, la révision simplifiée du PLU de 2011, proposant une constructibilité de 310 000m2 et la construction de tours culminant à 120m. Le tribunal administratif leur a donné raison par sa décision du 9 juillet 2013, annulant le PLU de 2011.

2)      Le Maire de Boulogne-Billancourt a cru bon de procéder à une soi-disant consultation de la population de Boulogne-Billancourt  selon une procédure de « votation citoyenne » » dont les associations contestent la validité. Extrait du recours de Maître Gaborit:  « Mes clientes contestent l’usage de cette procédure, qui n’est prévue par aucun texte et qui ne donnait pas la possibilité de rejeter les 3 projets, ce que n’auraient pas manqué de faire ceux des Boulonnais qui estiment qu’aucun des 3 croquis ne correspondent à ceux qu’ils souhaitent pour l’Ile Seguin. Quoi qu’il en soit, vous avez décidé que le projet N°2 avait été choisi par les Boulonnais et que ce serait sur cette base qu’aurait lieu la mise en compatibilité du PLU pour sa partie concernant l’Ile Seguin ».

3)      En faisant adopter le 4 juillet 2013 une mise en compatibilité d’un PLU qui devait être annulé 5 jours plus tard par le tribunal administratif, le Maire de Boulogne-Billancourt s’est mis dans une impasse juridique. Extrait : « L’annulation contentieuse est rétroactive,[…], Il n’est donc pas possible d’adapter un projet d’urbanisme qui a disparu intégralement de l’ordonnancement juridique »

4)      Enfin, parmi les motifs qui ont conduit l’annulation du PLU de 2011, des carences importantes peuvent être relevées qui n’ont pas été comblées par le nouveau projet d’adaptation ;

  • L’absence d’étude sur la sécurité des personnes et des biens, pourtant indispensable pour un lieu qui, compte tenu de l’ampleur de son programme, sera amené dans tous les cas de figures à recevoir un vaste public. « L’étude de sécurité publique doit intervenir si l’opération est située dans une commune de plus de 100 000 habitants [Boulogne-Billancourt comprend 110 000 habitants] et a pour effet de créer une SHON – surface hors œuvre nette- supérieure à 70 000m2, ce qui est le cas des projets concernant l’Ile Seguin ». Le projet de bétonnage s’élève à 255 000m2.
  • L’absence d’évaluation environnementale, or «  cette évaluation est prévue dès lors que le PLU s’applique à un territoire supérieur ou égal à 5000 hectares et comprenant une population supérieure ou égale à 10 000 habitants ». Le territoire impacté par le projet d’aménagement de l’Ile Seguin est bien plus grand, car outre Boulogne-Billancourt, il comprend les communes de Meudon, Sèvres et Issy les Moulineaux. Le tribunal administratif a d’ailleurs reconnu, lors de son jugement du 9 juillet, le bien fondé des associations situées sur ces dernières communes à agir en justice.
  • La non-compatibilité avec la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris et sur l’obligation de logements sociaux à proximité des  gares du futur réseau.

 

Le maire de Boulogne-Billancourt a d’ores et déjà reconnu le bien fondé des arguments des associations en déposant un recours contre l’annulation du PLU de 2011, dont le PLU voté en 2013 n’est qu’une adaptation.
Nul doute que le maire va malheureusement rejeter une nouvelle fois le recours gracieux qui lui est présenté. Dès lors, les associations n’auront d’autre choix que de déposer de nouveaux recours contentieux.

Le Maire a choisi de lancer de nouvelles batailles juridiques qui vont entrainer de couteuses pertes de temps pour un projet paralysé depuis plus de 20 ans.
Il est temps d’aller de l’avant, en débloquant la situation par une solution simple : revenir au PLU de 175 000m2, sans tour, qui pourrait être mis immédiatement en œuvre.

Chronologie : 4 projets en 5 ans, et toujours l’impasse !

–          En 2008, avant l’élection de M. Baguet, le PLU de l’Ile Seguin, adopté en 2004,  offre une constructibilité de 175 000m2, a fait l’objet d’une vaste concertation et est purgé de tout recours. L’île est prête à construire. Les premiers permis de construire sont accordés.

 

Projet Baguet 1 : pour conquérir la mairie de Boulogne-Billancourt, M. Baguet mène une violente campagne contre le projet de ses prédécesseurs qu’il qualifie de bétonnage. Il promet une Ile Verte et Bleue, et des droits à construire réduits à 110 000m2.

Site officiel de campagne de M. Baguet en 2008 : « Pierre-Christophe Baguet fournit un dessin susceptible d’intéresser les écologistes et les associations de riverains. Il annonce plus de verdure et moins 35% de béton, faisant passer les surfaces d’usage des bâtiments de 175 000m2 à 110 000m2. »

Site officiel de campagne de M. Baguet en 2008 : « Pierre-Christophe Baguet fournit un dessin susceptible d’intéresser les écologistes et les associations de riverains. Il annonce plus de verdure et moins 35% de béton, faisant passer les surfaces d’usage des bâtiments de 175 000m2 à 110 000m2. »

–          Projet Baguet 2 : à peine élu, le nouveau maire dénonce tous les permis de construire. La plupart de ses électeurs croient qu’il s’agit pour lui d’honorer ses promesses. La stupéfaction est donc générale quand il révèle début 2011 lors de l’enquête d’utilité publique un nouveau PLU avec des droits à construire portés à 337 500m2 , avec 5 tours sans limite de hauteur. Malgré 84% d’avis négatifs, le commissaire-enquêteur très complaisant donne un avis favorable. Le projet est confié à Jean Nouvel qui est coordinateur général du projet.

 –          Projet Baguet 3 : M. Baguet enregistre une première contrariété. Le Conseil Général des Hauts-de-Seine refuse de céder toute parcelle de la pointe de l’Ile dont il est propriétaire, destiné à la Cité Musicale, et empêche donc la réalisation de l’une des 5 tours. Espérant calmer un peu la colère qui s’élève chez les riverains trahis, M. Baguet réduit la constructibilité à 310 000m2 et 4 tours. Il fait adopter ce PLU par son conseil municipal le 16 juin 2011.

Les associations de riverains et de défense de l’environnement déposent des recours contre ce PLU auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

 –          Projet Baguet 4 : La détermination et la colère des habitants ne faiblissent pas. M. Baguet décide de porter la constructibilité à 255000m2. Pour tenter de donner une légitimité à son projet, il se livre à une manœuvre ahurissante. Il monte en décembre 2012 un référendum local sans aucune valeur juridique, en ne proposant le choix qu’entre 3 variantes du projet Nouvel. Impossible de dire non, conditions de votes par internet et poste non sécurisées permettant les bourrages d’urne, confiscation des moyens municipaux pour une propagande sans bornes… La seule façon de dire non était de s’abstenir. Malgré tout cela, le projet Baguet 4 ne recueille que 7000 votes sur 67 000 électeurs inscrits, contre 50 000 abstentions. Cela n’empêche pas M. Baguet de faire adopter le projet Baguet 4 par son conseil municipal le 4 juillet 2013. Le nouveau projet Baguet élève une muraille de béton devant Boulogne-Billancourt, surmontée d’une triple tour de 146m de hauteur (NGF) écrasant la colline de Meudon (89m NGF). Entre Baguet 1 et Baguet 4, on trouve 2,5 fois plus de béton ! (voir notre photo).

 –      Le 9 juillet 2013 annulation du PLU de 2011 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise

–       Le 10 juillet 2013, l’avocat de la ville  annonce sur le site de la mairie que le PLU de 2011 était « obsolète » et que la délibération du 3 juillet constituerait « un nouveau PLU ». et non une adaptation du précédent.

–      Le 11 juillet 2013, le Conseil Général révèle les contours de la Cité Musicale, qui ne devrait pas être contestée car déjà prévue dans le PLU de 2004.

–      Le 24 juillet 2013, M. Baguet accorde un permis de construire au projet R4, non prévu au PLU de 2004  et donc soumis aux aléas des PLU 2011/2013. Il annonce en outre une promesse de vente de 48000m2 supplémentaires de terrain à l’investisseur M. Bouvier et son architecte Jean Nouvel, s’ajoutant aux 8000m2 déjà attribués pour le projet R4. L’Ile Seguin devient de plus en plus l’Ile Nouvel.

–       Le 26 juillet 2013, M. Baguet fait appel de l’annulation du PLU.

–       Le 30 aout 2013, les associations de défense de l’environnement adressent un recours gracieux au Maire de Boulogne-Billancourt, contre l’adaptation du PLU votée le 4 juillet 2013.

Liens utiles :

Baguet fait appel de l’annulation du PLU

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-baguet-fait-appel-de-lannulation-du-plu-par-le-tribunal-administratif/

 

 

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : pas de Cartier, encore plus de Nouvel

Posted by on sept 1, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : pas de Cartier, encore plus de Nouvel

Natural Le Coultre accroit son emprise sur l’Ile Seguin

Ile Seguin maquette R4

Ile Seguin maquette R4

Le grand illusionniste de Boulogne-Billancourt, Pierre- Christophe Baguet, l’avait juré et répété, il allait faire oublier le musée Pinault, enfui à Venise, par un projet de prestige égal. Ce serait la Fondation Cartier, qui était « très sérieusement intéressée ». Hélas, cette promesse, comme tant d’autres, est tombée dans l’eau de la Seine… A l’eau, comme tant d’autres promesses de M. Baguet, à commencer par sa fameuse « Ile verte et bleue » dédensifiée à 110 000m2, promesse sur laquelle il s’est fait élire en 2008.

Adieu Cartier, donc,  que faire à la place ?

Encore plus de Nouvel !

 En même temps qu’il annonçait le 24 juillet 2013 avoir signé le permis de construire du Pôle Culturel R4, M. Baguet révélait avoir signé une promesse de vente  pour 4800 m² supplémentaires de terrain à M. Bouvier, citoyen suisse,  et sa société, Natural-le-Coultre, propriétaire de R4. Ces 4800 m² seront aménagés par.. . Jean Nouvel !

Déjà propriétaire de 8000 m² de notre belle île, sur lesquels il aménagerait R4, M. Bouvier se retrouvera donc propriétaire de 12 800 m² de terrain, soit 1, 28 ha.

Sur les 11,5 hectares de l’île qu’elle a racheté à Renault, la ville de Boulogne-Billancourt n’est plus propriétaire que de 9 hectares. En effet, elle a cédé pour un euro la pointe aval au Conseil Général des Hauts-de-Seine pour que celui-ci puisse y construire la Cité Musicale.

La ville vend donc près de 15% de son patrimoine foncier disponible à un seul investisseur privé, avec un seul architecte : Jean Nouvel.

 Ceci nous amène à poser 5 questions en espérant  avoir des réponses claires pour dissiper les mystères de R4.

Les mystères de R4

 1)      A quel prix se sont faites ces transactions ?

On sait que le Maire est aux abois. Par sa seule faute, il a paralysé un projet qui, sans lui, serait déjà terminé. Rappelons qu’en 2008 quand il a été élu, il héritait d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui avait fait l’objet d’une large concertation et qui était purgé de tout recours. Hélas, en trahissant ses promesses et en sortant de son chapeau son absurde projet de bétonnage, il a tout paralysé, et fait perdre au minimum 5 ans à l’Ile Seguin.

Certes, le Conseil Général, dont la Cité Musicale était déjà prévue par l’ancien PLU à fait avancer son projet. Elle devrait ouvrir en 2016.

Mais du côté mairie, rien, et  les élections municipales de 2014 approchent. Il lui faut donc à tout prix annoncer qu’il se passe quelque chose sur l’Ile.

En grandes pompes est donc annoncé le premier permis de construire : le projet R4.

À quel prix se sont faites les cessions successives des 8000 m² et 4800 m² vendus à Natural Le Coultre ? Certains disent que les conditions seraient TRÈS favorables. Assez favorables pour entraîner deux acquisitions et un dépôt de permis de construire rapides. Le conseil municipal de Boulogne-Billancourt doit exiger la transparence sur cette transaction, et vérifier ses conditions par rapport au marché et au reste du programme prévu sur l’Ile.

 2) Que fait sur l’île cette société spécialisée dans le transport et les ports francs ?

Le maire se targue d’un grand projet culturel bénéficiant à tous. Il s’agit pourtant d’une opération 100% privée provenant d’une société qui n’est pas réputée pour sa  philanthropie. Quelle est en effet l’origine de la prospérité de la société Natural Le Coultre ? Il ne s’agit en rien d’un opérateur de lieux de cultures, comme des musées privés ou expositions. Il s’agit d’une société spécialisée dans le transport d’œuvres d’art et qui s’est ensuite étendue à la création de ports francs, c’est à dire de lieux où les œuvres d’art peuvent être stockées, sous douane, et entrer et ressortir sans acquitter de taxes. Une belle niche fiscale destinée à une clientèle internationale très haut de gamme désireuse d’acheter dans des conditions optimisées. La société Natural Le Coultre a fondé sa prospérité sur le plus grand port franc du monde, situé à Genève, et développé depuis 2008 celui de Singapour. Un autre port franc est en cours de construction à Luxembourg.

« le « freeport » est un lieu privilégié pour présenter à nos clients des œuvres d’art dans les meilleures conditions, en toute confidentialité et hors douane ». « Fondateur de la foire Art Stage, Rudoph Lorenzo pose la question : « Où se situe le marché de l’art dans le monde ? » Et y répond : « Là où il n’y a pas de taxes, ou des taxes faibles. » La maison de vente Christie’s ne s’y est pas trompée : afin d’offrir ce service à ses clients, elle loue un étage entier du « freeport » de Singapour, à son propriétaire et gestionnaire, la société Natural Le Coultre, déjà opérateur du port franc de Genève, le plus grand du monde avec ses 50.000 mètres carrés et son million d’objets d’art stockés, dont certains valent plusieurs millions d’euros » Les Echos, 29 janvier 2013.

 3) Intérêt Général ou Intérêt très privé ?

 Les deux « éléments de langage  » qui reviennent en boucle dans le torrent de communication de la mairie pour justifier le bétonnage de l’Ile Seguin sont « Culture » et « Intérêt général » au nom desquels on sacrifierait sans état d’âme notre environnement et notre cadre de vie.

Sur l’Ile Seguin, la Société Natural le Coultre va exercer son cœur de métier : l’entreposage d’œuvres d’art d’exception avec comme clientèle les grandes institutions organisatrices d’expositions et les très riches particuliers du monde entier. Ces réserves seront-elles visitables ? Certainement pas pour les entrepôts qui abriteront les plus belles œuvres. Ces lieux sont en effet sécurisés à l’extrême. Voici l’exemple des conditions de sécurité du port franc de Natural Le Coultre à Singapour :

« Aucun musée au monde n’est équipé et sécurisé de manière aussi renforcée, à en croire le maître de maison. Toute pièce déposée ici est scannée, inventoriée. « C’est bien le dernier endroit où venir cacher un tableau volé, car il serait immédiatement retrouvé », commente Yves Bouvier. Et les visiteurs ne sont jamais autorisés à se rendre dans les zones de stockage emplies de chefs-d’œuvre » Les Echos du 29 janvier 2013.

Autour de son entrepôt R4 de l’Ile Seguin, M. Bouvier entend cependant développer un projet ambitieux : une activité économique périphérique dénommée « micro-ville artistique ». A savoir attirer galeries d’art, métiers d’art, salles de ventes, restaurants, commerces. Bref développer un business culturel et de loisirs dont il sera le promoteur, en louant à des activités artistiques les locaux dont il deviendrait propriétaire.

Pour le nouveau lot de 4800 m2 qu’il vient d’acquérir, le but de M. Bouvier est encore plus prosaïque. Y construire un hôtel.

Nous n’avons rien contre le développement d’une entreprise de promotion d’un « business artistique » sur l’Ile Seguin. On est pourtant très loin des mécènes Pinault ou Cartier créant un musée ouvert au grand public pour y exposer leurs collections et y organiser des expositions de prestige, ce qui aurait fait de l’Ile Seguin un lieu de destination exceptionnel.
M. Bouvier est un investisseur avisé, qui veut réaliser une belle opération immobilière. Nous lui faisons confiance compte tenu de ses succès à Genève, Singapour et bientôt Luxembourg, pour avoir réuni les conditions d’une nouvelle bonne affaire sur l’Ile Seguin, R4 et hôtel réunis. Nous attendons avec curiosité si il réussira à faire de son entrepôt de l’Ile Seguin un port franc à l’instar de ceux qu’il opère en Suisse et Singapour.

 

4) Un permis de construire au sein d’un PLU annulé et qui va être frappé de nouveaux recours.

R4 est l’alibi culturel du maire de Boulogne. Cependant dans sa hâte de signer quelque chose de concret  après avoir paralysé l’ile par ses manœuvres absurdes, le Maire néglige un facteur important : son PLU de 2011 a été annulé par le tribunal administratif, et le vote du 16 juillet 2013 adoptant une adaptation du-dit PLU va être de nouveau frappé de recours. Contrairement à la Cité Musicale du Conseil Général, qui était déjà prévue dans le PLU de 2008, R4 est lié à l’adoption du PLU de 2011, adapté en 2013. Il y a donc une insécurité juridique sur ce projet.

5) Nouvel, toujours Nouvel

Pour conduire son projet R4, M. Bouvier a fait appel à sa compatriote suisse Nelly Wenger. Cette dernière est très liée à Jean Nouvel, avec qui elle a déjà commis quelques réalisations qui ont fait polémique en Suisse (voir nos liens ci-dessous).
Nouvel, déjà coordinateur général du projet de l’Ile Seguin, auteur de la Tour Horizon sur la rive, emporte ainsi la réalisation complète du projet R4 et de l’Hotel. Il nous propose en toute logique un projet très bétonné pour R4 (notre photo)…  On attend avec intérêt son hôtel.

M. Nouvel fait chaque jour de plus en plus main basse sur l’Ile Seguin, en coordonne le bétonnage et le réalise lui-même de plus en plus.  R4 ne peut en aucun cas servir « d’alibi culturel » au bétonnage généralisé de l’Ile.

 Liens utiles :

Les Echos du 29 janvier 2013 : les ports francs pour œuvres d’art, un créneau en plein essor

http://www.lesechos.fr/29/01/2013/LesEchos/21364-093-ECH_les-ports-francs-pour-oeuvres-d-art–un-creneau-en-plein-essor.htm?texte=natural-le-coultre

http://www.lesechos.fr/29/01/2013/LesEchos/21364-095-ECH_des-coffres-forts-exceptionnels.htm?texte=natural-le-coultre

Le Monde du 29 janvier 2013 : Singapour et Genève, le business des ports francs

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/01/29/a-singapour-et-a-geneve-le-business-des-ports-francs_1823968_3246.html

Les liens entre Jean Nouvel et Nelly Wenger

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-jean-nouvel-vrai-patron-de-la-culture-a-boulogne-billancourt/

 La préfiguration du projet R4

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-le-lancement-du-pole-d%E2%80%99art-contemporain-r4-comme-si-vous-y-etiez/

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : Baguet fait appel de l’annulation du PLU par le tribunal administratif

Posted by on juil 28, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : Baguet fait appel de l’annulation du PLU par le tribunal administratif

4 projets en 5 ans, et toujours dans l’impasse

Ile Seguin Projet Baguet 4 : un mur de béton et une triple tour. Capture d’écran de la video officielle.

Ile Seguin Projet Baguet 4 : un mur de béton et une triple tour. Capture d’écran de la video officielle.

 

Le 9 juillet 2013, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise annulait le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de l’ile Seguin voté le 16 juin 2011 par le conseil municipal de Boulogne-Billancourt, donnant ainsi suite aux recours émis par les associations de défense de l’environnement et les riverains.

Cependant, le 4 juillet 2013, M. Baguet faisait adopter par son conseil municipal une adaptation du-dit projet. La Mairie se targuait de son mépris de l’annulation du PLU de 2011 par le tribunal administratif en qualifiant le dit-PLU « d’ancien PLU », ou même de « PLU obsolète » par la voix de son avocat sur le site de la Mairie et dans la Presse.
Pour l’avocat des associations, il n’en est rien. Maitre Gaborit déclare :

« Ceux qui pensent, comme l’avocat de la ville, que la nouvelle procédure, adoptée le 4 juillet dernier (déclaration de projet valant mise en compatibilité du PLU), rend sans intérêt le jugement intervenu n’ont guère d’arguments à faire valoir. Dans l’ancienne procédure, il n’y avait pas eu d’étude de sécurité publique préalable, il n’y en a pas davantage dans la nouvelle procédure. Dans l’ancienne procédure, il n’y avait eu pas d’évaluation environnementale, il n’y en a pas davantage dans la nouvelle. Dans l’ancienne procédure, l’absence de toute implantation de logements sociaux rendait illégale la révision du PLU par rapport à la loi sur le Grand Paris, il en est exactement de même dans la nouvelle procédure.

On peut ajouter qu’on voit mal comment il serait possible d’adapter un document d’urbanisme qui, du fait de l’annulation intervenue, est anéanti rétroactivement à la date de la décision annulée, soit le 16 juin 2011.

Pourquoi donc, si ce jugement n’avait aucune influence sur la délibération adoptée le 4 juillet 2013, l’avocat de la ville propose-il au maire, non seulement d’interjeter appel du jugement, mais aussi de demander la suspension de son exécution ? »

En faisant appel de l’annulation du jugement du Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, le maire de Boulogne-Billancourt donne raison à l’avocat des associations et avoue la faiblesse de son projet d’adaptation voté le 4 juillet 2013, soit 5 jours avant la décision du tribunal administratif.

Faiblesses d’autant plus criantes que plusieurs associations ont déjà déclaré vouloir déposer de nouveaux recours contre le projet d’adaptation du PLU voté le 4 juillet 2013.

Plutôt que de s’acharner sur son projet de bétonnage,  ce mur de béton surmonté d’une triple tour (voir notre photo, capture d’écran de la vidéo officielle de propagande sur l’Ile Seguin), n’est- il pas temps d’aller de l’avant, de débloquer la situation et de revenir au PLU de 2004, qui avait fait l’objet d’une large concertation et  était purgé de tout recours. Stoppons les batailles juridiques, arrêtons de perdre du temps !

Chronologie : 4 projets en 5 ans !

–          En 2008, avant l’élection de M. Baguet, le PLU de l’Ile Seguin, adopté en 2004,  offre une constructibilité de 175 000m2, a fait l’objet d’une vaste concertation et est purgé de tout recours. L’ile est prête à construire. Les premiers permis sont accordés .

 

Projet Baguet 1 : pour conquérir la mairie de Boulogne-Billancourt, M. Baguet mène une violente campagne contre le projet de ses prédécesseurs qu’il qualifie de bétonnage. Il promet une Ile Verte et Bleue, et des droits à construire réduits à 110 000m2.

Site officiel de campagne de M. Baguet en 2008 : « Pierre-Christophe Baguet fournit un dessin susceptible d’intéresser les écologistes et les associations de riverains. Il annonce plus de verdure et moins 35% de béton, faisant passer les surfaces d’usage des bâtiments de 175 000m2 à 110 000m2. »

Site officiel de campagne de M. Baguet en 2008 : « Pierre-Christophe Baguet fournit un dessin susceptible d’intéresser les écologistes et les associations de riverains. Il annonce plus de verdure et moins 35% de béton, faisant passer les surfaces d’usage des bâtiments de 175 000m2 à 110 000m2. »

–          Projet Baguet 2 : à peine élu, le nouveau maire dénonce tous les permis de construire. La plupart de ses électeurs croient qu’il s’agit pour lui d’honorer ses promesses. La stupéfaction est donc générale quand il révèle début 2011 lors de l’enquête d’utilité publique un nouveau PLU avec des droits à construire portés à 337 500m2 , avec 5 tours sans limite de hauteur. Malgré 84% d’avis négatifs, le commissaire-enquêteur très complaisant donne un avis favorable. Le projet est confié à Jean Nouvel qui est coordinateur général du projet.

 

–          Projet Baguet 3 : M. Baguet enregistre une première contrariété. Le Conseil Général des Hauts-de-Seine refuse de céder toute parcelle de la pointe de l’Ile dont il est propriétaire, destiné à la Cité Musicale, et empêche donc la réalisation de l’une des 5 tours. Espérant calmer un peu la colère qui s’élève chez les riverains trahis, M. Baguet réduit la constructibilité à 310 000m2 et 4 tours. Il fait adopter ce PLU par son conseil municipal le 16 juin 2011.

Les associations de riverains et de défense de l’environnement déposent des recours contre ce PLU auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

 

–          Projet Baguet 4 : La détermination et la colère des habitants ne faiblissent pas. M. Baguet décide de porter la constructibilité à 255000m2. Pour tenter de donner une légitimité à son projet, il se livre à une manœuvre ahurissante. Il monte en décembre 2012 un référendum local sans aucune valeur juridique, en ne proposant le choix qu’entre 3 variantes du projet Nouvel. Impossible de dire non, conditions de votes par internet et poste non sécurisées permettant les bourrages d’urne, confiscation des moyens municipaux pour une propagande sans bornes… La seule façon de dire non était de s’abstenir. Malgré tout cela, le projet Baguet 4 ne recueille que 7000 votes sur 67 000 électeurs inscrits, contre 50 000 abstentions. Cela n’empêche pas M. Baguet de faire adopter le projet Baguet 4 par son conseil municipal le 4 juillet 2013. Le nouveau projet Baguet élève une muraille de béton devant Boulogne-Billancourt, surmontée d’une triple tour de 146m de hauteur (NGF) écrasant la colline de Meudon (89m NGF). Entre Baguet 1 et Baguet 4, on trouve 2,5 fois plus de béton !

 

–          Le 9 juillet 2013 annulation du PLU de 2011 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise

–          Le 10 juillet 2013, l’avocat de la ville  annonce sur le site de la mairie que le PLU de 2011 était « obsolète » et que la délibération du 3 juillet constituerait « un nouveau PLU ». et non une adaptation du précédent.

–          Le 11 juillet 2013, le Conseil Général révèle les contours de la Cité Musicale, qui ne devrait pas être contestée car déjà prévue dans le PLU de 2004.

–          Le 12 juillet 2013, les associations annoncent qu’elles déposeront des recours contre la délibération du 4 juillet 2013 portant sur l’adaptation du PLU.

–          Le 24 juillet 2013, M. Baguet accorde un permis de construire au projet R4, non prévu au PLU de 2004  et donc soumis aux aléas des PLU 2011/2013. Il annonce en outre une promesse de vente de 48000m2 supplémentaires de terrain à l’investisseur M. Bouvier et son architecte Jean Nouvel, s’ajoutant aux 8000m2 déjà attribués pour le projet R4. L’Ile Seguin devient de plus en plus l’Ile Nouvel.

–          Le 26 juillet 2013, M. Baguet fait appel de l’annulation du PLU.

4 projets en 5 ans, 5 ans gaspillés et encore de nouvelles passes d’armes judiciaires en vue. Il est temps de revenir à la raison !

Liens utiles :

Ile Seguin : un pas en avant, 6 ans en arrière, article des Echos :

http://www.sauvonslileseguin.com/lile-seguin-un-pas-en-avant-six-ans-en-arriere-les-echos/

 

 

Read More
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us