Bolloré va-t-il sauver l’Ile Seguin ?

Posted by on jan 10, 2018 in Actualité | 0 comments

Le campus Vivendi, un espoir pour sortir de l’impasse

Emplacement du campus Vivendi au centre de  l'Ile Seguin

Emplacement du campus Vivendi au centre de l’Ile

En mars 2017, le groupe Vivendi dirigé par Vincent Bolloré signait une promesse de vente pour les 4,5 hectares située au centre de l’Ile, pour y édifier un campus, un « village numérique » regroupant l’ensemble de ses activités dans les médias et les contenus. L’ensemble représente un investissement de plus de 300 millions d’€ dont 70 millions versés à titre d’acompte. Autant dire une excellente affaire pour la ville de Boulogne-Billancourt.

Le groupe Vivendi y réunirait ainsi des sociétés aussi renommées que Canal +, Havas ou Universal Music.

Concertation

Rompant avec la politique des coups de force et des diktats qui avaient prévalu jusqu’ici, Vincent Bolloré a entrepris une concertation avec les associations de défense de l’environnement qui sont actuellement toujours recours contre le PLU de l’Ile Seguin, Boulogne Environnement et AEBB. Ce sont plusieurs réunions de travail qui ont été tenus dans la plus grande discrétion en présence d’Anthony Béchu, lauréat du concours d’architectes lancé par Vivendi.

Dans l’esprit positif qui les a toujours animées, les associations ont fait part des aménagements qui permettraient de sortir de l’impasse :

  • Réduction de la densité visible
  • Aménagement des niveaux en terrasses diminuant l’effet de mur uniforme
  • Réduction de la hauteur maximale, prévue à 91 m NGF, en particulier de la tour prévue au centre de l’Ile.
  • Aménagement de transparences entre les rives
  • Aménagement des berges pour les transformer en lieu de promenade et de détente, au lieu de la muraille de béton prévue par Jean Nouvel
  • Agrandissement du jardin et verdissement généralisé du paysage urbain

 

Le projet Béchu

Anthony Béchu n’a pas peur des tours, quand elles s’inscrivent dans un environnement qui le réclame. Ce grand architecte est ainsi l’auteur de la Tour D2 à la Défense dont la silhouette élégante est devenue emblématique du quartier d’affaires, avec son exo-structure innovante en acier.

La Tour D2 à la Défense

La Tour D2 à la Défense

Pour l’Ile Seguin, Anthony Béchu a tenu au contraire à concevoir un ensemble qui s’insère le plus harmonieusement possible dans l’environnement de ce site remarquable au cœur d’une boucle de la Seine.

La surface de jardin a été augmentée, le projet aménagé progressivement au cours de ces plusieurs séances de travail et de concertation.

Grand jardin, transparences entre les rives, promenades verdies sur les berges, immeubles en gradins et terrasse verdoyantes, hauteur maximale à 71 m NGF aligné sur le dôme de la Cité Musicale et le faîte de la fondation Emerige, avec un seul immeuble de grande hauteur au niveau abaissé à la hauteur de la voile solaire de la Seine Musicale. L’ensemble respecte les hauteurs maximales déjà acceptées par les associations pour la Seine Musicale et la Fondation d’Art Emerige.

Malgré une densité importante, le projet de campus Vivendi offre à l’Ile Seguin un projet contemporain dédié aux créations d’aujourd’hui dans une architecture humaine et maitrisée qui s’inscrit harmonieusement dans le paysage .

La circulation automobile sera extrêmement restreinte sur l’Ile, les accès réservés au personnel étant situés à l’extrémité des ponts menant à l’Ile. L’ile sera desservie par un tramway électrique en site propre conçu par le groupe Bolloré, animé par un système révolutionnaire de recharge par induction.

Liés par la confidentialité qui a permis à l’équipe de Vivendi de travailler avec nous dans la sérénité et à l’abri des pressions, nous espérons pouvoir révéler prochainement les premières images du projet afin que l’ensemble des habitants et des riverains puisse se forger une opinion.

 

Un projet innovant bien inscrit dans la Vallée de la Culture

Vivendi est le leader français de la communication de l’industrie culturelle. Universal Music, leader mondial de l’industrie musicale, est riche d’un catalogue réunissant les plus grandes stars populaires (Elton John, U2, Lady Gaga, Rolling Stones , Kanye West, Louane,  etc …) et le label classique de référence avec Deutsche Grammophon. La complémentarité avec les deux salles de la Seine Musicale est évidente, tant avec la grande salle de 5000 places qu’avec le splendide auditorium de Shigeru Ban dédié à la musique classique. Canal Plus devrait installer ses plateaux de tournage sur l’Ile, complétant ainsi l’offre par la création audiovisuelle. Le groupe Havas, puissant dans les média et la communication viendra compléter un véritable « village numérique », où toutes ces équipes fonctionneront en synergie créative. Une grande rue centrale couverte par un toit transparent traversera le village, reliant la Seine Musicale à la Fondation d’Art Emerige et aux Cinémas de la pointe amont.

Le Campus de l’Ile Seguin permettrait ainsi 25 ans après la sortie de la dernière automobile des usines Renault de faire renaitre sur l’Ile une industrie culturelle d’aujourd’hui, digitale et innovante.

 

 

Un nouveau caprice de la Mairie qui peut tout faire capoter

Jamais donc l’issue de ce feuilleton qui n’a que trop duré n’a parue si proche.

Un accord avec Vivendi permettrait aux associations de le faire transcrire dans le cadre de la médiation en cours sous les auspices du Président du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, sous la forme d’une révision du PLU.
Cependant par un de ces coups de théâtre dont il est coutumier, le maire de Boulogne-Billancourt a sorti de son chapeau un de ses projets pharaoniques et improvisés dont il a le secret. Alors que le protocole d’accord avec le groupe Vivendi incluait la construction d’une salle réservée aux sports de 3000 places, le Parisien du 19 décembre nous révèle que le Maire veut maintenant imposer une salle d’un minimum de 5000 places, pouvant monter jusqu’à 8000 places. Tout cela pour accueillir le  club de basket … de Levallois !

Le Parisien du 19 décembre 2017

Le Parisien du 19 décembre 2017

Cette salle serait bien plus grande que la grande salle de la Cité Musicale, totalement en doublon avec elle pour les grands événements, et poserait inévitablement des problèmes de sécurité, d’accès et de nuisances sur cette petite ile brutalement contrainte à accueillir des foules qu’elle ne peut accepter. Quant au club de basket de Levallois, M. Balkany a sans doute les moyens de le faire payer par d’autres contribuables que les boulonnais !

La réalisation de ce mastodonte ne pourrait se faire qu’en empiétant une nouvelle fois sur le jardin et l’espace public, à savoir la grande esplanade verte de la Fondation d’Art. La mairie qui vient d’amputer le parc de Billancourt sur le Trapèze pour y réaliser un terrain de football, au grand dam des riverains, récidiverait. Décidément le maire de Boulogne hait les espaces verts !

D’ores et déjà les associations annoncent qu’elles refuseront qu’on augmente de nouveau la densité de construction sur l’Ile, qu’on mette en jeu la sécurité, qu’on augmente les nuisances et qu’on ampute le jardin.

Le Maire de Boulogne qui a signé en mars 2017 une promesse de vente dont le cahier des charges impliquait la création d’une salle de 3000 places, se renie quelques mois après… Pas sérieux …

Ce faisant, le maire de Boulogne prendrait la lourde responsabilité de faire échouer une solution qui semble si proche pour l’aménagement de l’ile Seguin. Après avoir paralysé toute construction sur l’Ile depuis 10 ans par son projet de tours avec Jean Nouvel, qui a entrainé l’annulation par le tribunal administratif de son plan local d’urbanisme, il ne pourrait en agissant de la sorte que saboter une nouvelle fois l’avenir de l’ile Seguin.

 

Conclusion des Présidents des Associations Boulogne Environnement et AEBB

Jean-Louis Tourlière, Président de Boulogne Environnement et Agnès Bauche, Présidente d’AEBB déclarent dans un communiqué commun :

« Nous avons toujours milité en faveur de la mise en place d’une concertation effective sur les projets d’aménagement de l’Ile Seguin.

2018 se présente sous de bons augures :

  • La conciliation proposée par la mairie en octobre 2016 débouche enfin sur des réunions concrètes sous la médiation du Président du Tribunal Administratif
  • Les porteurs de projets que sont le groupe Emerige, dirigé par Laurent Dumas, pour la Pointe amont, et le groupe Vivendi dirigé par Vincent Bolloré pour le centre de l’Ile ont initié des rencontres afin de concilier leurs désirs et leurs contraintes avec nos attentes en matière de cadre de vie, telles que nous les avons exprimées depuis plus de 20 ans pour les boulonnais et les riverains sévriens et meudonnais.

Nous saurons saisir ces opportunités. »

Liens utiles

La Fondation d’Art Emerige et l’aménagement de la pointe Amont

La Seine Musicale, des scènes d’exception

Annulation du PLU par le tribunal administratif

Read More

Ile Seguin : pas d’accord au 31 juillet 2015

Posted by on juil 26, 2015 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : pas d’accord au 31 juillet 2015

L’avis des associations : la concertation doit se poursuivre autour d’un vrai projet

Le chantier de la Cité Musicale de l'Ile Seguin

Le chantier de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Le Maire de Boulogne-Billancourt avait convié début juin les associations parties prenantes au recours en justice contre le PLU (Plan Local d’Urbanisme) de l’Ile Seguin, à une concertation pour tenter de sortir de l’impasse. Il faut dire que ces recours avaient déjà réussi à faire annuler par le tribunal administratif le PLU de 2011, et que l’adaptation dudit PLU en 2013 est elle aussi frappée de recours, avec de fortes chances d’aboutir au même résultat.
A l’issue d’un marathon de réunions menées en 3 semaines, le maire de Boulogne-Billancourt proposait à son conseil municipal du   9 juillet une modification de son projet, sous forme d’une légère réduction de la densité (240 000m2 contre 255 000m2) et une limitation de la hauteur à 50 m (dernier plancher, ce qui équivaut à une hauteur d’environ 65 m soit 18 étages).

Il demandait à la même occasion aux associations de retirer leurs recours avant le 31 juillet 2015.
A quelques jours de l’échéance nous avons voulu connaitre l’opinion des associations AEBB (Actions Environnement Boulogne-Billancourt) et Boulogne Environnement, qui ont toutes les deux pris part à la concertation.

 

Agnès Bauche, présidente d’AEBB : « si accord il y a, ce sera après le 31 juillet ».

Cela faisait 4 ans, voire 7 ans depuis l’élection de Pierre-Christophe Baguet en 2008 ,  qu’on attendait ça : une rencontre avec le maire pour parler de ses projets sur l’Ile Seguin.

En 2008, il arrête le projet en cours de ses prédécesseurs pour lui substituer, 2 ans plus tard, « Manhattan sur Seine », projet de Jean Nouvel à 335000 m² construits et des « tours châteaux ».

Depuis, les habitants des deux rives et les associations d’environnement et d’urbanisme cherchent le dialogue avec  lui pour en évaluer le retentissement sur la ville. Quand on ne peut pas parler directement, on ne peut le faire que par l’intermédiaire d’avocats. C’est ce à quoi ont été acculées les associations. Elles ont été contraintes à déposer des recours, d’abord « gracieux », puis, sans réponse, contentieux.

En 2013, le tribunal leur donne raison une première fois en déclarant illégal le PLU 2011. On attend sa décision pour la suite et le PLU 2013

Enfin, début juin 2015, pour la première fois, le maire nous invite tous autour d’une table. Pour parler ? Non, pour négocier sous la pression d’une horloge infernale : entre le 9 et le 30 juin, il faut que nous retirions nos recours, sinon, la métropole du Grand Paris, ou le territoire de GPSO pourraient décider à la place du maire !

Quel dommage que ce travail d’écoute et de parole n’ait pas été ouvert plus tôt ! On ne fait rien de bien dans l’urgence, et si c’était chose simple, le problème serait résolu depuis 10 ou 20 ans.

 

Néanmoins, lors du Conseil Municipal du 9 juillet, le maire a pu reconnaître que même son projet actuel de 255000 m² , bien que trop dense, n’était pas équilibré financièrement, mais qu’il était prêt à consentir un  sacrifice supplémentaire de 15000 m² de constructions.

 Pour AEBB, ce n’est pas ainsi que le problème se pose. On construit une ville pour 100 ans et plus. Elle doit réunir le maximum d’atouts pour être agréable et saine à vivre durablement. Sans négliger la composante financière, nous pensons que ce n’est pas l’impasse budgétaire d’aujourd’hui  qui doit décider de la ville de demain. Nous déciderons sur un projet, une vision à long terme de cette entrée par notre ville au cœur de la métropole nationale.

A ce nœud stratégique, nous ne voulons pas ajouter de pollution et de complication. Nous pensons en outre que les équipements et infrastructures prévues dépassent l’échelle boulonnaise, et qu’il n’y a pas de raison que leur financement soit exclusivement assumé par les Boulonnais.

On parle… c’est très positif.

Cette mi-juillet, deux négociations ont été menées à leur terme : celle de Tsipras avec les créanciers de la Grèce, et celle sur le nucléaire iranien. Pour une heureuse conclusion sur l’Ile Seguin, après avoir fait entendre nos arguments, nous attendons le projet consensuel que la mairie ou la SPL (société publique locale remplaçant la SAEM) nous proposera. Depuis notre dernière réunion du 30 juin, nous n’avons aucune nouvelle, donc, si accord il y a, ce sera après le 31 juillet.

 

 Jean-Christophe Haemmerlé, président de Boulogne Environnement : « nous ne ferons pas un Lego baclé sur l’Ile Seguin »

L’initiative tardive du maire de commencer à parler avec les associations est saluée par BE comme un début de bonnes pratiques de démocratie de proximité.

L’association a détaillé les sujets qui lui tiennent à cœur et les représentants de la mairie et de la SAEM semblent en avoir pris notes. 

Le communiqué du maire lors du rapport de la SAEM au conseil municipal dissipe les doutes : les 6 ans qui viennent de s’écouler dans le provisoire et les scénarios irréalistes ont coûté beaucoup d’argent. Revenir à des projets humains et vivables, même au détriment de l’équilibre financier immédiat semble maintenant un objectif partagé par la municipalité. BE espère que la mairie et la SAEM vont revenir au plus tôt devant les associations d’urbanisme et d’environnement avec des améliorations sensibles sur lesquelles il sera possible de trouver un consensus. 

En tout état de cause, après 4 ans d’immobilisme, les ultimatums et l’urgence ne tiendront lieu ni de prétexte, ni de projet. La ville se construit pour les générations futures autant ou plus que pour l’actuelle. Les politiques ont pour échelle du temps celui de leur mandat, les associations réfléchissent sur le long terme. Nous ne ferons pas un LEGO bâclé sur l’Ile Seguin. 

 

L’avis des riverains de l’Ile Seguin :

Nous partageons la position des deux associations. La municipalité de Boulogne-Billancourt est entièrement responsable du blocage du projet de l’Ile. Elle avait hérité en 2008 d’un PLU de 175 000m2, purgé de tout recours, et qui aurait permis à l’Ile de commencer à se construire.

En voulant imposer le ridicule projet Nouvel, ses tours et son bétonnage massif, le maire de Boulogne a fait perdre 7 ans, et réussi à plonger le projet dans l’impasse avec un PLU illégal.

Cela a couté beaucoup d’argent, fait gagner plusieurs millions d’euros en honoraires à M. Nouvel, et gaspillé l’argent public en réalisations éphémères.

Le maire entend aujourd’hui après 7 ans perdus imposer en 3 semaines un accord sur un projet très flou, sans aucune garantie et encore très dense. Que diraient les habitants des deux rives si en lieu et place des tours se dressait une muraille de 65 m de haut sur toute la longueur de l’Ile ? En demandant la vision d’un véritable projet, et la poursuite de la concertation retrouvée, les deux associations ne font qu’exprimer un point de vue de pur bon sens.

Voir aussi :

Il n’y aura pas de tour sur l’Ile Seguin

http://www.sauvonslileseguin.com/il-ny-aura-pas-de-tour-sur-lile-seguin/

La concertation reprend pour sortir de l’impasse

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-la-concertation-reprend-pour-sortir-de-limpasse/

 

 

Read More

Municipales 2014 : Comparez les projets pour l’Ile Seguin

Posted by on mar 4, 2014 in Actualité | Commentaires fermés sur Municipales 2014 : Comparez les projets pour l’Ile Seguin

Les projets Baguet, Duhamel et Gaborit pour l’Ile Seguin

La Cité Musicale, commune aux 3 projets. Capture d’écran site d’information.

La Cité Musicale, commune aux 3 projets. Capture d’écran site d’information.

Les 3 principaux candidats aux municipales 2014 pour Boulogne-Billancourt ont publié leur projet pour l’Ile Seguin. Chacun peut donc se faire une opinion sur le meilleur choix pour ce projet majeur.

Le point commun : la cité musicale

La Cité Musicale du Conseil Général des Hauts-de-Seine fait l’unanimité parmi les candidats. Elle est intégrée dans les projets des 3 candidats. Conforme au PLU de 2005, elle ne devrait pas rencontrer d’opposition. Ouverture prévue en 2016.

Le projet Baguet

M. Baguet, si prolixe en 2008 sur son projet d’Ile verte et bleue, reste curieusement discret sur son site de campagne 2014, où il ne montre que la Cité Musicale, commune à ses concurrents, et le projet R4. Mutisme absolu sur le cœur de béton et la muraille qu’il veut imposer…

Pour voir le vrai visage du projet Baguet, il faut donc consulter notre site. A partir des cotes fournies dans les différentes enquêtes d’utilité publique, les permis de construire de la Cité Musicale et de R4, et les illustrations des ateliers Jean Nouvel, nous avons rigoureusement reconstitué le vrai visage du projet Baguet.

 

Projet Baguet : la muraille de béton et la triple tour vus de Boulogne-Billancourt

Projet Baguet : la muraille de béton et la triple tour vus de Boulogne-Billancourt

Projet Baguet : le Pôle Culturel R4 est la prolongation de la muraille de béton.

Projet Baguet : le Pôle Culturel R4 est la prolongation de la muraille de béton.

Les grandes lignes du projet Baguet :

–        255 000m2 de droits à construire (adaptation du PLU de 2011 votée en juillet 2013)

–        112 000m2 de bureaux

–        Une muraille continue de béton courant d’une pointe à l’autre, et obturant toute vue du l’autre rive.

–        Une tour massive de 110 m de haut

–        Le projet de pôle artistique R4

–        Un jardin artificiel étroit couvert d’une verrière.

 

En reniant totalement ses promesses de campagne de 2008, Pierre-Christophe Baguet a jeté l’Ile Seguin dans une impasse. Le PLU que M. Baguet a fait adopter en 2011 pour servir de base au projet de bétonnage de Jean Nouvel  a été annulé par le tribunal administratif en juillet 2013. Son adaptation en 2013 est elle aussi attaquée pour illégalité. L’opacité financière du projet R4  fait enfin l’objet de nombreuses questions. Le  permis de construire de R4 est également attaqué. Enfin le choix du tout bureaux est une énorme erreur sur un marché saturé aussi bien à Boulogne-Billancourt que dans tout l’Ouest Parisien.

Pour en savoir plus sur le projet Baguet et son histoire mouvementée (4 projets différents en 6ans), lire ici :

http://www.sauvonslileseguin.com/baguet-4-projets-en-6-ans-pour-lile-seguin-et-toujours-limpasse/

 

Le projet Duhamel

Projet Duhamel : plan d’ensemble

Projet Duhamel : plan d’ensemble

Projet Duhamel : vu de Boulogne-Billancourt

Projet Duhamel : vu de Boulogne-Billancourt

Décrit comme une petite cité vivante et équilibrée, voici les grandes lignes du projet Duhamel :

–        175 000m2 maximum de droits à construire, conformité avec le PLU de 2005

–        Pas de bureaux, mais des logements pour environ 3000 habitants, accompagnés des équipements nécessaires : crèches, commerces, écoles…

–        Un établissement d’enseignement supérieur et de recherche

–        Espaces sportifs avec 12 courts de tennis

–        45 000m2 d’espaces verts, percées transversales pour permettre la vue sur les coteaux de Meudon et Sèvres.

–        Promenade au bord de l’eau

–        Règlement d’urbanisme consensuel

–        Equilibre financier et résorption de la dette de la SAEM

Pour en savoir plus sur le projet Duhamel :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-municipales-2014-le-projet-de-pierre-mathieu-duhamel/

 

Le projet Gaborit

Projet Gaborit : vue d’ensemble

Projet Gaborit : vue d’ensemble

Projet Gaborit : plan de masse

Projet Gaborit : plan de masse

Les grandes lignes du projet Gaborit :

–        Constructibilité réduite, donc en tout état de cause compatible avec le PLU de 2005 (175 000m2 maximum, sans doute plus près de 110 000m2).

–        Zéro bureau, zéro voiture

–        Un grand parc de 3 ha

–        2 villages de 700 logements en tout, à énergie positive ou faible empreinte carbone, dont 1/3 de logements sociaux, avec commerces.

–        Equipements sportifs sur 1ha, avec une piscine.

–        R4 réalisé à condition que les promoteurs payent un complément de prix pour parvenir à la valeur réelle des terrains et droits à construire.

–        Audit financier de la SAEM et renégociation de la dette, avec le support du Conseil Général, qui est garant d’une partie de la dette.

Pour en savoir plus sur le projet Gaborit :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-municipales-2014-le-projet-de-p-gaborit/

 

 

Notre analyse :

Le projet de M. Baguet est une triple impasse :

–        Impasse d’urbanisme, en dressant une muraille de béton devant Boulogne, en élevant une tour massive et disproportionnée qui va détruire un site admirable

–        Impasse juridique, car le Plan Local d’Urbanisme 2011  sur lequel ce projet et son adaptation de 2013 ont été fondés a été annulé par le tribunal administratif.

–        Impasse économique, car l’option tout bureau prévue est catastrophique dans un marché boulonnais saturé, et un marché de l’Ouest Parisien sinistré. Le seul permis de construire accordé, celui du projet R4, suscite de nombreuses questions sur les conditions financières de la cession, que M. Gaborit exige de renégocier.

Face à cette impasse, les 2 projets concurrents de MM. Duhamel et Gaborit ont en commun :

–        Le choix du logement par rapport aux bureaux qui parait fondé, car il est clair que Boulogne manque plus de logements que de bureaux

–        Beaucoup plus d’espaces verts qui ne peuvent qu’être bienvenus dans une ville qui est déjà l’une des plus denses de France.

Ces 2 projets entre lesquels chacun peut se déterminer ont le mérite de démontrer qu’il existe bien une alternative crédible au tout béton de M. Baguet, à sa muraille et à sa tour.

Pour qu’aucun doute ne subsiste, nous répétons notre position totalement apolitique, et rappelons à M. Baguet que si il n’avait pas si honteusement trahi ses promesses de 2008 d’une Ile Seguin « verte et bleue », il n’aurait jamais entendu parler de nous.

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, certes, mais c’est l’avenir d’une ville et du cadre de vie que nous léguerons aux générations qui viennent qui se joue.

 

Liens utiles :

Le vrai visage du projet Baguet :

http://www.sauvonslileseguin.com/exclusif-voici-la-muraille-de-beton-baguetnouvel-pour-lile-seguin/

Recours contre le projet R4 :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-pourquoi-nous-maintenons-notre-recours-contre-le-projet-r4/

Annulation du PLU 2011 par le tribunal administratif :

http://www.sauvonslileseguin.com/le-tribunal-administratif-annule-le-plu-de-lile-seguin/

 

 

 

 

 

 

 

Read More

Exclusif : Voici la muraille de béton Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin

Posted by on jan 22, 2014 in Actualité, Le vrai visage du Projet Nouvel | Commentaires fermés sur Exclusif : Voici la muraille de béton Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin

Le vrai visage du projet Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin (II)

Ile Seguin – Projet Nouvel : la muraille et la triple tour vue du quai Georges Gorse à Boulogne-Billancourt

Ile Seguin – Projet Nouvel : la muraille et la triple tour vue du quai Georges Gorse à Boulogne-Billancourt

Une vue réaliste

Jusqu’ici il fallait se contenter de maquettes en plastique transparent ou de vues aériennes où l’impact de la triple tour était volontairement diminué par un effet de perspective. Comme l’Ile se présentera aux regards plus souvent vue des berges que d’hélicoptère, notre illustrateur vous montre pour la première fois la muraille de béton telle qu’elle se présentera  vue du Quai le Gallo, et l’imposante triple tour de 110 m de haut dans ses proportions réelles. L’auteur de cette image est un dessinateur spécialisé qui a travaillé sous la direction d’un architecte, à partir des cotes exactes rendues disponibles par le dépôt du permis de construire R4 et l’enquête d’utilité publique. C’est le vrai visage qui se présentera aux habitants de Boulogne-Billancourt depuis la rive.

 

Adieu, Coteaux de Meudon

Le site de l’Ile Seguin s’inscrit dans une boucle de la Seine verdoyante. Désormais, ce sera une muraille de béton qui se dressera devant Boulogne. Qu’on en juge par ces illustrations :

Ile Seguin : vue d'un appartement de la rive, avant

Ile Seguin : vue d’un appartement de la rive, avant

Ile Seguin, vue d'un appartement de la rive, après

Ile Seguin, vue d’un appartement de la rive, après

Une longue muraille de béton

Pour se faire élire en 2008, M. Baguet avait promis une île verte et bleue, avec des guinguettes et des rives champêtres. Voici ce qu’il nous offre : une longue et haute muraille de béton face à Boulogne, qui englobe le Pôle R4 et court jusqu’à la Cité musicale du Conseil Général. Plus haute que la Cité Musicale, elle vient la coiffer à son extrémité.

Ile Seguin : la muraille se prolonge jusqu'à la Cité musicale qu'elle vient coiffer

Ile Seguin : la muraille se prolonge jusqu’à la Cité musicale qu’elle vient coiffer

Qu’elles sont loin les promesses de 2008 !

Ile Seguin : Capture d'écran du site officiel de campagne 2008 de M. Baguet

Capture d’écran du site officiel de campagne 2008 de M. Baguet

Dans le programme sur lequel il s’est fait élire maire de Boulogne-Billancourt en 2008,  Pierre-Christophe Baguet ne tarissait pas de critiques contre le projet de son prédécesseur pour l’Ile Seguin qui comprenait un « mur enceinte » de 18m de haut . Qu’on en juge :

Ile Seguin Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

En 2014, oubliée l’île verte et bleue, oubliée la vue sur les coteaux de Meudon. Pierre-Christophe Baguet entend nous imposer une muraille de béton de 30 mètres de haut, soit 39m au-dessus du niveau de la Seine (voir croquis).

Ile Seguin Source : plans du Pole artistique R4 dont le mur extérieur est aligné sur la muraille de béton.

Source : plans du Pole artistique R4 dont le mur extérieur est aligné sur la muraille de béton.

Finie la vue sur les coteaux de Meudon ! Pour caser ses 112 000m2 de bureaux, Pierre-Christophe Baguet impose aux Boulonnais la vue sur un long et morne mur de béton.

 

Ile Seguin Une très très longue muraille de béton face à Boulogne-Billancourt

Une très très longue muraille de béton face à Boulogne-Billancourt

Et côté Meudon ?

Autant grâce au projet R4 et à la Cité Musicale, nous disposons de cotes précises et qui permettent donc de donner une représentation fidèle de l’apparence de l’île, autant, coté Meudon, nous manquent les cotes des bâtiments que Jean Nouvel veut ériger. Notre dessinateur est donc parti d’une estimation basée sur les  maquettes, donc moins précise. Néanmoins, côté Meudon, qui est le côté sud, même parti-pris pour le béton face au fleuve. Le jardin artificiel sous verrière ne sera pas au soleil, mais à l’ombre d’une autre muraille.

Ile Seguin coté Meudon

Ile Seguin coté Meudon

 

Rendre le fleuve aux habitants

Les deux berges du fleuve sont livrées aux véhicules, avec 2 routes bientôt toutes deux à 4 voies. Elles sont perdues pour les habitants.

Une île comme l’Ile Seguin peut devenir un lieu magique. Les rives de l’Ile Seguin sont l’occasion unique de rendre le fleuve aux Boulonnais et aux habitants des communes avoisinantes. Car les rives peuvent, doivent, devenir des lieux de promenade, de loisirs, de détente. Tout ce qu’on nous avait promis en 2008. Et c’était rentable !

Ile Seguin Copie du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet

Copie du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet

Oubliées, les promesses de Pierre-Christophe Baguet en 2008.  Personne n’ira se promener au pied de la monstrueuse muraille de béton qu’il entend maintenant ériger sur l’Ile Seguin.

En clin d’œil final, notre dessinateur, fatigué de tant de béton, vous invite dans ce petit croquis à une autre vision de ce que pourrait être l’Ile Seguin :

un petit port

Un rêve, Boulogne Plage, la Seine rendue aux habitants, les petits restos au bord de l’eau ? Pas forcément.

Le tribunal administratif a annulé le PLU de 2011 sur lequel Pierre-Christophe Baguet fondait son projet monstrueux.

C’est le moment où jamais de sortir de l’impasse en revenant au PLU de 2004, et à une version plus humaine, plus équilibrée et plus respectueuse du site.

Poursuivons notre mobilisation.

 

Lien utile :

Le vrai visage de l’Ile Seguin (I) : un cœur de béton

http://www.sauvonslileseguin.com/exclusif-le-vrai-visage-du-projet-nouvel-pour-lile-seguin-1/

Read More

Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

Posted by on nov 3, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

A Boulogne-Billancourt, le patron c’est Jean Nouvel

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Mais quelle mouche a piqué Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt ?

En 2008, quand il est élu, l’homme hérite d’une Ile Seguin enfin apaisée. Elle est dotée d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) purgé de tout recours. Bien plus, les premiers permis de construire sont accordés. L’Ile est prête à construire et à sortir de son état de friche.

Cependant, Pierre Christophe Baguet a promis une évolution radicale du projet par rapport à ses prédécesseurs dont il qualifie le projet de « bétonnage ». En lieu et place des 175 000m2 de droits à construire prévus, il a promis de réduire la densité de 30% et de ramener les droits à construire à 110 000m2. Aussi quand il dénonce les permis de construire accordés, tout le monde pense qu’il s’agit pour lui d’exécuter sa promesse.

C’est là que les citoyens de Boulogne se font duper. Dans des conditions d’opacité assez remarquables, Jean Nouvel a été nommé architecte coordinateur du projet de l’Ile Seguin. En juillet 2010, soit un an et demi seulement après l’élection de PCB, Jean Nouvel sort de sa poche un nouveau projet dont les chiffres sidèrent les habitants : 5 tours, 337 000m2 de droits à construire, soit trois fois les promesses du maire !

La colère des riverains et des habitants se fait immédiatement sentir. Le PLU révisé de l’Ile Seguin, voté le 16 juin 2011, est aussitôt attaqué. Ce PLU de 2011 vient d’être annulé par le tribunal administratif le 9 juillet 2013. Son adaptation à 255 000m2, avec une triple tour, fait elle aussi l’objet de recours. PCB vient de nouveau par ses provocations bétonnières de paralyser l’Ile Seguin !

Mais quelle mouche a piqué PCB pour ainsi, au mépris de toute morale, se renier complètement et trahir radicalement ses promesses ? D’après les proches du dossier, la vraie raison ne serait autre que la fascination qu’exerce sur le Maire le starchitecte Jean Nouvel. Éperdu,  fasciné, le Maire a confié les clés de l’Ile Seguin à une star. Le seul nom du grand homme est supposé clouer le bec à tous les opposants au projet qui dénoncent un bétonnage saugrenu sur un site d’exception.

Jean Nouvel, l’obsession de la tour à Paris

Ile Seguin La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

Jean Nouvel a beau être riche, célèbre, couronné, le starchitecte a une blessure : il a échoué successivement dans deux projets de tours à la Défense qui n’ont pu trouver de financement, la Tour sans fin et la  tour Signal. C’est devenu une obsession, il lui faut sa tour à Paris. Quand il comprend la personnalité de PCB, et la malléabilité de l’intéressé, le starchitecte parvient à lui vendre non pas une tour, mais bien cinq d’un coup !

Hélas pour Nouvel le maire de Boulogne-Billancourt recule devant la colère de ses administrés et lui demande de supprimer des tours de son projet. Nouvel accepte de mauvaise grâce et revient avec une tour seulement, mais quelle tour ! Une triple tour, massive, surmontant une muraille de béton. A 146 m de hauteur NGF, le colosse écrase de sa masse l’Ile Seguin et les coteaux de Meudon, qui culminent à 89m. Le starchitecte s’est déjà octroyé des morceaux de choix dans le programme de réhabilitation des terrains Renault. Outre la coordination générale du projet, qui lui a déjà rapporté plus de 3 millions d’€ d’honoraires, le starchitecte a réalisé la tour Horizon dans le quartier du Trapèze, et emporté le Projet R4  qui annonce bien la préfiguration du mur de béton qui va courir tout le long de l’Ile, face à Boulogne-Billancourt.

Ile Seguin Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

La fin des starchitectes ?

Au moment où Pierre-Christophe Baguet abandonne l’Ile à Jean Nouvel, le Figaro du 21 octobre 2013 sous le titre « La fin des starchichectes » épingle la gestion calamiteuse du chantier de la Philharmonie de Paris par le grand homme :

« Ambiance tendue sur le chantier de la future Philharmonie de Paris, porte de la Villette. Jean Nouvel ne décolère pas: comme d’habitude, il a eu des repentirs et a revu sa copie pour améliorer son projet de salle de concert. Mais cette fois, personne n’a voulu entendre ses propositions. Ni François Hollande  qui ne l’a pas reçu. Ni Aurélie Filipetti, ni Bertrand Delanoë. L’architecte star se heurte toujours à la même réponse: on ne rallonge plus.

C’en est fini de la pure beauté du geste: il faut tenir les budgets (passés en l’espèce de 110 à plus de 387 millions d’euros avec les travaux d’études) et les délais (repoussés de 2013 à 2015). Pour Nouvel, c’est un véritable coup de semonce. »

Citant l’Ile Seguin, le même article évoque la fâcheuse tendance qu’ont les émules de M. Baguet à convoquer une grande signature de l’architecture, censée clouer le bec au bon public des citoyens sommés de s’incliner béatement devant le génie.

« Les maires sont convaincus qu’un projet d’architecture réussi peut leur faire gagner une élection», indique ­François de Mazières, député maire de Versailles. «Au lieu de pratiquer l’acupuncture urbaine avec de multiples interventions qui tiennent compte de la réalité de leur tissu urbain, ils préfèrent convoquer une grande signature, convaincus qu’elle emportera les suffrages», ­reprend celui qui a porté la Cité de l’Architecture et le Grand Paris  sur les fonds baptismaux. Dans le projet de la ville de Lyon Confluence, dans celui de l’île Seguin à Boulogne, l’enjeu est politique, comme chaque fois qu’une ville refait un quartier ou même un bâtiment plus humble.

L’arme est à double tranchant. À Rouen, Pierre ­Albertini a été battu aux municipales en 2008 pour avoir commandé à Rudy Ricciotti une médiathèque à 44 millions d’euros, et à Jean-Paul Viguier un projet nommé «espace Monet cathédrale», qui suscitait la colère d’une immense majorité de la population rouennaise ».

La crise rattrape les starchitectes et leur impose d’être réalistes. Ce sera le cas avec le projet Nouvel/Baguet qui prétend bétonner l’Ile avec 112 000m2 de bureaux sur un marché déjà déprimé, et qui devra bien retrouver une forme plus équilibrée, humaine et respectueuse de son environnement.

« Peu à peu, la réalité rattrape l’architecture et ses prestigieux serviteurs. «La crise est une opportunité de remettre un peu de sobriété, de sens et de poésie», dit Éric Lapierre, architecte, professeur à Sciences Po et auteur de L’Architecture du réel (Le Moniteur). «Nous sommes face à une discipline de la durée qui doit traverser les millénaires. Or, on est train de la réduire à du marketing urbain, avec une surenchère dans le spectaculaire. »

L’Ile Seguin est notre bien commun, un site unique du Grand Paris. Elle ne sera pas le nouveau caprice du starchitecte qui veut la bétonner !

 

Liens utiles :

L’article complet du Figaro du 21 octobre 2013 : Jean Nouvel et la Philharmonie de Paris, la fin des starchitectes :

http://www.lefigaro.fr/culture/2013/10/21/03004-20131021ARTFIG00266-architecture-retour-sur-terre.php

Jean Nouvel, architecte à tout prix, Télérama mai 2012:

Jean Nouvel tour

http://www.telerama.fr/culture/jean-nouvel-architecte-a-tout-prix,81914.php

On assassine l’Ile Seguin, Libération, juin 2011 :

« On assiste ces jours-ci à un numéro d’illusionnisme assez spectaculaire autour de la malheureuse île Seguin de Boulogne-Billancourt. Le magicien s’appelle Jean Nouvel, il est architecte et doué pour vendre au chaland les projections de sa lanterne magique »…

http://www.liberation.fr/societe/2011/06/16/on-assassine-l-ile-seguin_742976

 

 

 

Read More
Page 1 sur 212
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us