Ile Seguin : La Seine Musicale, des scènes d’exception

Posted by on fév 11, 2017 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : La Seine Musicale, des scènes d’exception

Une visite en avant-première de la Cité Musicale

L'auditorium de la Seine Musicale de l'Ile Seguin

L’auditorium de la Seine Musicale de l’Ile Seguin

La Cité Musicale du conseil général, baptisée désormais La Seine Musicale, est un projet que nous avons toujours soutenu, et qui, rappelons-le n’a fait l’objet d’aucun recours.
Les riverains ont eu le privilège de participer à une visite en avant-première de ce lieu d’exception.

L’auditorium : une œuvre d’art en bois tressé

Coup de cœur pour le magnifique auditorium dessiné par Shigeru Ban, situé au cœur de l’ «l’œuf en bois » sur la pointe de la Cité. Non amplifié, d’une capacité modulable jusqu’à 1200 personnes, c’est une véritable œuvre d’art en bois tressé. On s’attarde avec bonheur à examiner la créativité et le soin extrême apporté à chaque détail de l’architecture intérieure. Les matériaux naturels, bois et carton, sculptés avec talent, apportent une atmosphère harmonieuse et chaleureuse. On comprend parfaitement l’expression de « Nid » utilisée par son créateur. L’auditorium qui sera dédié à la musique classique sera une des plus belles salles de France.Auditorium detail mur

Auditorium détail plafond

Détails des murs et du plafond de l'auditorium de la Seine Musicale de l'Ile Seguiin Détails des murs et du plafond de l’auditorium de la Seine Musicale de l’Ile Seguin

Le geste architectural fort est la construction du grand Dôme ovoïde en bois  bordé de l’immense voile solaire. Les coursives serpentent autour de l’auditorium à l’intérieur de la bulle avec de belles perspectives sur la Seine et les rives.

Aperçu de la voile solaire depuis les coursives

Aperçu de la voile solaire depuis les coursives

La Grande Seine : un plateau technique spectaculaire

La grande salle, dénommée la Grande Seine, d’ une capacité modulable jusqu’à 6000 places, est dotée d’un plateau technique high tech. Elle se reconfigure suivant les nécessités pour des configurations debout/assis. Sièges confortables, avec beaucoup de place pour les jambes, excellente vision depuis n’importe quel emplacement. Elle sera dédiée aux grands évènements.  La direction artistique est confiée à Jean-Luc Choplin, ex-directeur du Châtelet, qui vient de signer 3 triomphes de grands classiques de la comédie musicale américaine avec Un Américain à Paris (2014), Singing in the Rain (2015) et 42nd street (2016). Autant de triomphes qui font de la reprise de West Side Story annoncée pour le 60eme anniversaire de la comédie musicale l’un des événements majeurs qui devrait remplir la Grande Seine en 2017.

Grande salle

La Grande Seine, grande salle jusqu'à 6000 places

La Grande Seine, grande salle jusqu’à 6000 places

Grands espaces épurés, et circulations réfléchiesCoursive

Immense foyer commun aux deux salles, grandes galeries latérales qui accueilleront boutiques et restaurants, un restaurant étoilé, studios de répétitions et d’enregistrement, espace de réception. La Seine Musicale apparait extrêmement bien conçue, en particulier pour l’organisation en sécurité des flux importants de public qu’elle est destinée à recevoir. L’architecture intérieure de distingue par sa sobriété et son harmonie épurée.

Grande Galerie et porte latérale donnant sur le parvis

Porte latérale donnant sur le parvis, avec mécanisme d’ouverture vertical

Harmonie intérieure, brutalité extérieure ?

Si l’intérieur de la Seine Musicale fait l’unanimité, une inquiétude réelle se manifeste quant à son aspect extérieur. La plupart des habitants croient en effet que la Cité Musicale n’est pas terminée et qu’elle attend toujours son revêtement définitif.
Comme le confirme Shigeru Ban dans une interview à Bâti Actu le mur de béton brut de la Cité doit bien demeurer en l’état :

 « Dessiné en continuité du plan urbain conçu par Jean Nouvel pour l’ensemble de l’île, il fallait garder cette dimension industrielle. Il y a également cette orientation vers l’architecture brutaliste. Et ne vous inquiétez pas sur ce béton, il va vieillir. »

C’est bien de cet aspect industriel de béton brut et de la façon dont il va vieillir que les riverains s’inquiètent. Voici une photo assez claire de l’image qu’offre la Cité par jour gris, avec les coulures d’humidité sur le béton brut, photo transmise par l’association ACVPS qui regroupe les riverains du Pont de Sèvres :

Le mur en béton brut vu du Pont de Sèvres. Photo : ACVPS

Le mur en béton brut vu du Pont de Sèvres. Photo : ACVPS

La Cité musicale devait faire l’unanimité. Nul doute qu’il en sera ainsi quant à la qualité exceptionnelle de ses équipements, la beauté et l’harmonie de son architecture intérieure. La Seine Musicale sera un véritable lieu de destination, un lieu culturel d’importance majeure pour le Grand Paris. Il serait dommage de gâcher cette unanimité par une volonté « brutaliste »…

La Cité Musicale a aussi le mérite de faire bien percevoir le coté délirant du projet Nouvel pour le reste de l’Ile :

  • La Seine Musicale, ce grand navire pour lequel ont été coulées 45 000 m3 de béton, ne représente « que » 36 000 m2 constructibles. On veut nous imposer 240 000 m2, ce bétonnage massif, c’est déraisonnable. … à moins qu’on ne soit fabriquant de béton bien sûr !
  • On perçoit aujourd’hui mieux le projet Nouvel : ceinturer tout le pourtour de l’Ile d’une muraille de béton brut identique au mur de la Cité Musicale…. Si la « petite » portion de la Cité fait déjà débat, que dire du rejet profond par les habitants qu’une telle muraille entrainerait !

Nous souhaitons à la Seine Musicale le succès qu’elle mérite, avec ses équipements splendides, et de bien vieillir malgré l’inquiétude que suscite son béton brut.

Nous invitons également ses opérateurs à se joindre à nous pour que la Seine Musicale ne soit pas la proue d’une Ile Seguin défigurée par le béton et les tours de bureaux. Vos futurs spectateurs n’en seront que plus heureux !

A lire également :

Shigeru Ban : la Seine Musicale, un grand navire doté de longs murs en béton. Interview à Bati-Actu.

Ile Seguin : rejet massif des tours de bureaux par les boulonnais.

Consensus autour de la Cité Musicale de l’Ile Seguin (2014)

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : rejet massif des tours de bureaux par les Boulonnais

Posted by on jan 29, 2017 in Actualité | 1 comment

Un sondage sans ambiguïté affirme les choix des habitants

Ile Seguin

Photo : Ile Seguin, Le Point Spécial Boulogne, janvier 2017

Un sondage sur plus de 1200 personnes

L’association Boulogne-Environnement a fait réaliser un sondage exclusif sur un échantillon de plus de 1200 personnes résidant à Boulogne-Billancourt, dans tous les quartiers, ce qui le rend hautement représentatif. Les résultats ont été présentés le 25 janvier 2017 par Jean-Louis Tourlière, président de l’association, devant M. Gauthier Mougins, représentant la mairie. Tous les éléments représentant le cadre de vie à Boulogne ont été passés en revue : fusion Boulogne/Issy, circulation, services publics, urbanisme, vie culturelle, sécurité, propreté, grands projets (Roland Garros, Ile Seguin).

Pour l’Ile Seguin, un rejet massif des tours de bureaux

On se souvient qu’en 2012, la mairie avait fait réaliser une « votation » à caractère douteux imposant un faux choix entre 3 projets de bétonnage massif du même architecte Jean Nouvel. Le sondage a préféré donner une liberté de choix en demandant aux habitants de choisir librement les 3 aménagements qu’il fallait rejeter pour l’aménagement de l’Ile Seguin, et les 3 aménagements qu’il faudrait prioriser.

Les Boulonnais réclament des espaces verts, des équipements culturels et sportifs.

Ils veulent absolument éviter les tours et les bureaux.

Ile Seguin : les 3 priorités des Boulonnais

Ile Seguin : les 3 priorités des Boulonnais

Ile Seguin : les 3 aménagements à éviter

Ile Seguin : les 3 aménagements à éviter

Des choix logiques dans le cadre d’une ville jugée déjà trop dense et trop bâtie 

Boulogne-Billancourt est bien jugée comme une ville globalement agréable à vivre. Quelques points noirs comme la circulation, la propreté, la cohabitation des deux roues et des piétons sur les trottoirs, les transports en commun trop bondés, le bruit, ont été bien mis en lumière par le sondage. Ils feront l’objet de propositions à la mairie de la part de l’association. Il y a cependant un point qui fait l’unanimité des habitants : la ville est trop dense et trop bâtie. Ils réclament en toute logique que l’Ile Seguin,  le dernier grand aménagement qui reste à réaliser ne soit pas ultra-bétonné.

Boulogne-Billancourt : une ville trop dense selon ses habitants

Boulogne-Billancourt : une ville trop dense selon ses habitants

Et le projet actuel face à ces attentes ?

En ce qui concerne les équipements culturels, La Seine Musicale ouvrira ses portes en avril 2017, sur la pointe aval de l’Ile Seguin. Equipement de prestige, son esplanade est désormais ouverte au public. Ce projet a été rapidement mené, et à l’issue d’une concertation exemplaire, n’a fait l’objet d’aucun recours. Ce bâtiment imposant occupe à peu près le tiers de la surface de l’Ile.

En ce qui concerne la pointe amont, Yves Bouvier promoteur du projet R4, empêtré dans ses déboires judiciaires multiples, a cédé sa société au promoteur Emerige, dont le président Laurent Dumas est féru d’art contemporain et mécène d’un prix consacré aux jeunes artistes français. Un nouveau projet dont le permis de construire vient d’être déposé, doit y voir le jour. Il abriterait un hôtel haut de gamme, un grand centre d’art contemporain hébergeant  la fondation Emerige et un cinéma à écran géant. Exit l’architecte Jean Nouvel, place aux catalans RCR architectes, auteurs du musée Soulages à Rodez et au cabinet Baumschlager-Eberle qui a déjà signé le bâtiment Ardéko sur le Trapèze. Boulogne-Environnement a demandé au promoteur de réaliser une maquette montrant l’insertion de l’ensemble dans l’environnement, le point haut atteignant la hauteur du faîte du dôme de la Seine Musicale.

 2 pointes de culture, un cœur de béton massif

le Seguin dans le Point du 12 janvier 2017

Ile Seguin dans le Point du 12 janvier 2017

Dans le numéro du Point « Spécial Boulogne » du 12 janvier 2017, Audrey Emerit décrit bien la situation : « A quelques mois de l’inauguration de la Seine Musicale sur la pointe aval, le sort de l’Ile Seguin est en réalité loin d’être réglé. La partie centrale reste en effet déserte ».

En cause : la dernière mouture du projet d’aménagement de l’Ile Seguin qui est toujours aussi mauvaise.

Trop dense : le projet prévoit toujours 240 000 m2 de constructibilité sur l’ensemble de l’Ile. La Cité Musicale est un bâtiment dont chacun peut apprécier les imposantes dimensions. Maintenant qu’elle est construite, elle constitue un point de repère appréciable. Or la Cité musicale ne fait « que » 36 500m2 alors qu’elle occupe a peu près le tiers de la surface de l’Ile. On voit donc l’absurdité de vouloir tasser sur le reste de l’Ile plus de 200 000 m2, soit 6 fois plus.

Trop haut : le projet actuel prévoit de pouvoir édifier des tours de 55 m de haut, soit une hauteur NGF (norme permettant de comparer les hauteurs des bâtiments entre eux) de 91 m. Là encore un repère facile permet de visualiser : la hauteur des coteaux de Meudon n’est que de 86m NGF. Ce sont ces coteaux qui font l’intérêt de ce site exceptionnel.Il faut absolument éviter que leur vue soit totalement occultée par une muraille de béton depuis les rives de Boulogne-Billancourt. Le projet veut élever des tours plus hautes que les coteaux de Meudon.

Conciliation

Rappelons que l’impasse actuelle a été créée par la volonté d’imposer en force le délirant projet Nouvel pour l’Ile Seguin et son bétonnage massif. En 2008, l’Ile Seguin était dotée d’un PLU (plan local d’urbanisme) purgé de tout recours. Sans le projet Nouvel, l’Ile serait déjà construite.

Le projet Nouvel a suscité une forte opposition et des recours contentieux par les associations qui ont abouti à l’annulation en 2013 du PLU de l’Ile Seguin par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

C’est la raison du blocage actuel.

Une conciliation est en cours sous les auspices du tribunal administratif. Nous avons une suggestion de bon sens : écouter les habitants, enterrer le projet de bétonnage massif de M. Nouvel dont s’est déjà débarrassé Emerige ! Il est temps effectivement de sortir de l’impasse avec un projet équilibré sans tours de bureaux,  respectant les vœux des habitants et formant enfin consensus.

 

A lire également :

Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Ile Seguin : la votation bidon de 2012

Read More

Ile Seguin : la concertation reprend pour sortir de l’impasse

Posted by on mai 27, 2015 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : la concertation reprend pour sortir de l’impasse

La Cité musicale ouvrira ses portes au printemps 2017

Le Chantier de la Cité Musicale de l'Ile Seguin

Le chantier de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Le Maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a invité le 26 mai les associations de défense de l’environnement de Boulogne, Meudon et du Val de Seine, à une réunion d’information à la Mairie de Boulogne-Billancourt, à l’issue de laquelle il a annoncé la reprise d’une concertation visant à obtenir un accord sur le projet d’aménagement de l’Ile Seguin.

Les limites de la concertation

Alain Mathioudakis, au nom de Val de Seine Vert, a rappelé les deux motifs de litiges qui ont conduit les associations à déposer des recours en justice couronnés de succès à date : la trop grande densité et les tours.

Sur ces deux motifs, le Maire s’est dit disposé à rouvrir une concertation dans les conditions suivantes :

  • La densité devra se situer entre 175 000 m2 (PLU de 2004) et 255 000 m2 (PLU de 2013, actuellement frappé de recours).
  • La réduction de densité pourra se faire sous forme de réduction des hauteurs maximales.
  • Une partie des dépenses devra être réduite.
  • Une compensation pourra être recherchée sur les rives, avec différentes possibilités.

Les associations ont rappelé qu’elles avaient toujours participé aux réunions de concertation. Cette concertation n’a été interrompue que par le coup de force de la mairie révélant à la stupéfaction générale son projet de bétonnage massif et ses tours imaginés par Jean Nouvel, alors même que le PLU précédent de 2004 était purgé de tout recours.

Les raisons de ce retour au dialogue.

Le Maire a fait ressortir les raisons qui le guident aujourd’hui à reprendre le chemin de la concertation.

  • L’impasse juridique : les recours juridiques contre le PLU de 2013 devraient être jugés au mieux en octobre 2015 par le tribunal administratif. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a fort à craindre qu’il ne soit annulé pour les mêmes raisons qui ont conduit le tribunal à annuler le PLU de 2011, donnant ainsi raison aux associations.
  • Les lois sur la Métropole du Grand Paris et la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République): ces lois actuellement en discussion entre Assemblée Nationale et Sénat transféreraient la responsabilité des PLU à des territoires beaucoup plus vastes d’au moins 300 000 habitants, le tout sous la supervision de la métropole. En cas d’annulation probable de son PLU, Boulogne-Billancourt perdrait donc la main sur l’élaboration de la nouvelle mouture au profit d’une collectivité plus vaste, au moins GPSO (communauté de communes du Grand Paris Sud-Ouest qui réunit Boulogne, Issy, Meudon, Sèvres, Chaville, Marnes la Coquette, Vanves et Ville d’Avray).
  • La pression financière qui a été aggravée par les 7 années perdues compte tenu du blocage entrainé par le projet Nouvel.

Les projets qui avancent et ceux qui peinent.

La Cité Musicale du Conseil Général : le chantier avance bien. Ce projet mené dans une concertation exemplaire n’a été frappé d’aucun recours et il ne subira qu’un léger retard. La Cité devrait ouvrir ses portes au printemps 2017. Une nouvelle passerelle reliera la station de Tramway Brimborion, à Sèvres, à la Cité Musicale.

Le projet R4 : le maire affirme rester confiant dans l’aboutissement du projet, malgré les 3 affaires qui touchent aujourd’hui son promoteur Yves Bouvier, empêtré dans une mise en examen pour escroquerie, une affaire de vols de tableaux qui frappe son associé et aujourd’hui une affaire de mœurs révélée par les magazines le Point et Capital. Le dommage fait aux finances et à la réputation de M. Bouvier pourrait bien être fatal à R4.

Le cirque de Madonna Bouglione : Madonna Bouglione a été incapable de réunir le financement de son projet qui est définitivement abandonné.

La station de métro du Grand Paris Express : son ouverture est repoussée à 2022.

Le processus de concertation et les chances d’aboutir

Le maire proposera l’établissement de 3 commissions :

  • Une commission d’urbanisme
  • Une commission financière
  • Une commission institutionnelle, chargée d’évaluer l’impact sur le projet des changements législatifs en cours.

A la sortie de la réunion, les réactions des représentants des associations oscillaient entre la satisfaction de voir se rouvrir une concertation, et le regret que tant de temps ait été perdu, et en particulier que tout ce processus se déroule dans des conditions de temps extrêmement tendues. Certains n’hésitaient pas à douter de la sincérité du maire, à qui les oppose toujours un recours en justice.

Pour notre part, nous saluerions la sortie de l’impasse dans lequel le projet Nouvel à plongé l’Ile Seguin. Encore faudrait-il que les avancées de la Mairie soient réelles et que tout ceci ne soit pas une opération de communication de plus.

Liens utiles

Les affaires impliquant Yves Bouvier, promoteur de R4

[Paradis fiscaux et judiciaires] : Affaire Yves Bouvier VS Rybolovlev

Exclusif. Zahia, le milliardaire et les Picasso maudits | Site mobile Le Point

Read More

Après le rejet de la Tour Triangle, quel avenir pour la Tour de l’Ile Seguin ?

Posted by on nov 24, 2014 in Actualité | Commentaires fermés sur Après le rejet de la Tour Triangle, quel avenir pour la Tour de l’Ile Seguin ?

Le projet de Tour Triangle à Paris, le projet de triple Tour sur l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt.

Le projet de Tour Triangle à Paris, le projet de triple Tour sur l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt.

Le 17 novembre 2014, le Conseil de Paris a rejeté par 83 voix contre 78 le projet de la Tour Triangle à la Porte de Versailles. Ce projet d’une tour de bureaux de 180 m de haut était désavoué par la majorité des Parisiens (66% selon un sondage BVA).

Anne Hidalgo, maire de Paris, a décidé porter un recours devant le tribunal administratif contre ce vote, nul selon elle parce que le secret du vote n’aurait pas été respecté.

Ce vote des conseillers de Paris est néanmoins une grande victoire pour les opposants à ce projet délirant qui voulait défigurer Paris, et tout particulièrement pour nos amis du Collectif contre la Tour Triangle, qui ont mené avec efficacité la bataille.

Contre les tours isolées

Cette défaite de la Tour Triangle est une nouvelle manifestation du refus de miter le paysage du Grand Paris de tours isolées qui défigureraient le visage de la région capitale.
Si ce refus parait évident à Paris, il l’est tout autant sur l’Ile Seguin, site unique, où il serait complètement aberrant d’élever une tour si haute qu’elle dépasserait de loin la hauteur des coteaux de Meudon dans laquelle l’Ile est enchâssée, et qui dresserait face à Boulogne-Billancourt une muraille de béton.

Les riverains de l’Ile Seguin et ceux de la Tour Triangle sont solidaires dans ce combat pour un urbanisme équilibré, le respect des sites et des habitants. Il y a une place économique pour la Défense, mais qui veut y vivre ?

 

Mobilisation générale contre les tours isolées : capture d’écran du JT de France 3

Mobilisation générale contre les tours isolées : capture d’écran du JT de France 3

Union des bétonneurs

S’il fallait encore une preuve que le bétonnage à outrance provoque des alliances inattendues, on observera que la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a revendiqué haut et fort le soutien de certains maires de la périphérie, en tête desquels on notera la présence de Pierre-Christophe Baguet, UMP et maire de Boulogne-Billancourt. Tous deux fraichement élus, puissent-ils méditer sur le fait que si les électeurs les ont portés aux responsabilités, ce n’est certainement pas pour leur donner un blanc-seing général sur toutes leurs opérations. M. Baguet, qui critique violemment la maire de Paris pour son projet d’extension du stade Roland Garros qui menace les serres d’Auteuil (ce dont nous le félicitons au nom de la protection du patrimoine et de l’environnement) pense certainement à sa propre tour quand il lui apporte son soutien de façon aussi visible.

C’est avec moins de surprise qu’on aura noté le soutien appuyé de Jean Nouvel à la Tour Triangle. Le « starchitecte » à l’ego démesuré ne rêve que de tours à Paris. Après l’échec de la Tour Infinie, puis de la Tour Signal à la Défense, il a trouvé deux alliés de choix en Anne Hidalgo qui lui offre 2 tours jumelles, les DUO, à la porte d’Italie et en Pierre-Christophe Baguet, qui lui offre une tour et un bétonnage massif sur l’Ile Seguin. Il a manifesté sa reconnaissance en se multipliant dans les media au secours de la Tour Triangle.

Faux débat des anciens contre les modernes

A l’occasion du débat sur la tour Triangle sont ressortis les traditionnels arguments éculés : « avec vous, on n’aurait jamais construit la tour Eiffel », vous êtes vieux et conservateurs, bref l’éternelle opposition entre anciens et modernes.

Ces arguments avaient servi à justifier quelques crimes d’urbanisme à Paris, comme la Tour Montparnasse, l’édifice le plus détesté de France ou l’immonde forum qui a remplacé les fantastiques halles de Baltard. Nous ne nous sentons en aucun concernés. Nous avons applaudi ainsi l’ouverture de la fondation Vuitton de Frank Gehry au Bois de Boulogne à Paris, et toujours soutenu la Cité Musicale de l’Ile Seguin, de Shigeru Ban.

Ces deux témoignages d’architecture à la forte personnalité démontrent qu’on peut marquer le paysage sans l’agresser, être un signal très visible sans avoir besoin d’écraser son environnement.

La fondation Vuitton

La fondation Vuitton

Les tours de bureaux, archaïques et aberrantes

Sur un marché parisien saturé, où le taux de vacances, y compris à la Défense, n’a jamais été aussi élevé, Madame Hidalgo entendait ajouter 92 500 m2 de bureaux. Quant au projet Nouvel/Baguet, ce ne sont pas moins de 112 000 m2 de bureaux qu’il entend tasser sur l’Ile Seguin !

Alors même que le Grand Paris manque dramatiquement de logements,  alors même que la construction de logements est au plus bas, cette obstination malsaine de certains élus à élever des tours de bureaux est curieuse et économiquement périlleuse. Cela est d’autant plus vrai sur une ile aux accès compliqués et éloignée des transports en commun.

En outre, il est aujourd’hui démontré que les tours sont une mauvaise réponse en termes de densification du territoire, d’écologie et de coût de construction. Une étude du cabinet Setec, (source : les Echos), démontre que les coûts de construction des immeubles de plus de 50 m sont plus élevés de 30 à 35% que ceux des bâtiments classiques. Responsables de ces couts : la moindre efficacité des surfaces occupées par un noyau épais qui maintient l’immeuble, les ascenseurs de plus en plus sophistiqués, la climatisation et les normes de sécurité.

Quel avenir pour l’Ile Seguin ?

L’Ile Seguin avance. La Cité Musicale du Conseil Général des Hauts-de-Seine se construit. Ce projet que nous avons toujours soutenu va occuper la pointe aval de l’Ile. Sur la pointe amont devrait s’édifier le projet de Pôle Culturel R4, plus controversé. Néanmoins, après concertation avec ses promoteurs, et avoir obtenu une large ouverture du Pôle vers le public, nous avons levé notre recours contre le projet.
Les deux pointes de l’Ile se construisent donc, sans aucun obstacle désormais.

 

La Cité Musicale de l’Ile Seguin

La Cité Musicale de l’Ile Seguin

Au centre de l’Ile, c’est toujours l’impasse. Rappelons que le PLU de 2011 sur lequel était fondé le bétonnage massif de l’Ile a été annulé par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Le PLU de 2013, qui n’en est qu’une adaptation, est frappé de recours et devrait suivre le même sort.

Il est temps de sortir de l’impasse et d’aller de l’avant. La voix de la sagesse est de renoncer au bétonnage massif, aux 112 000 m2 de bureaux, à la tour, et de revenir à un projet apaisé et consensuel, à une architecture contemporaine et audacieuse si l’on veut, mais qui respecte le site, comme la Fondation Vuitton, comme la Cité Musicale. Cela mettrait fin aux recours, et débloquerait un projet qui est dans l’impasse depuis 6 ans.

Rejetons la triple Tour de l’Ile Seguin, comme les Parisiens ont rejeté la Tour Triangle.

 

Liens utiles

Consensus autour de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

http://www.sauvonslileseguin.com/consensus-autour-de-la-cite-musicale-de-lile-seguin/

Le vrai visage du projet de bétonnage du centre de l’Ile Seguin, nos images exclusives

http://www.sauvonslileseguin.com/exclusif-voici-la-muraille-de-beton-baguetnouvel-pour-lile-seguin/

Les Echos : la nouvelle vague de la Défense, les coûts des tours :

http://www.lesechos.fr/industrie-services/dossiers/0201510934131/0202306846581-la-nouvelle-vague-de-la-defense-369094.php

 

 

Read More

Exclusif : Le vrai visage du projet Nouvel pour l’Ile Seguin (1)

Posted by on jan 14, 2014 in Actualité, Le vrai visage du Projet Nouvel | Commentaires fermés sur Exclusif : Le vrai visage du projet Nouvel pour l’Ile Seguin (1)

Les dessins d’architecte dévoilent l’impact réel du projet

Un gros cœur de béton

Une grosse masse de béton va étouffer l’environnement

Une grosse masse de béton va étouffer l’environnement

Deux pointes de culture …

Ile Seguin deux projets culturels

Deux projets à dominante culturelle devraient occuper les pointes de l’Ile.

Sur la pointe aval la Cité Musicale de l’Ile Seguin, du Conseil Général. Les architectes sont Shigeru Ban et Jean de Gastines.  Cet équipement de prestige fait l’objet d’un consensus assez large. Il était déjà prévu au PLU (Plan Local d’Urbanisme) de 2004 qu’a fait annuler M. Baguet, Maire de Boulogne-Billancourt. La densité de construction est raisonnable, avec une emprise au sol de 2,35 hectares sur les 11,5 hectares de l’Ile et une surface constructible de 37 000m2.

A l’autre pointe de l’Ile, sur la pointe amont, devrait s’élever le Pole Artistique R4, dont l’architecte est Jean Nouvel,  beaucoup plus controversé par son architecture (un gros cube et une muraille de béton), mais lui aussi d’une densité raisonnable : la constructibilité serait de 38 000 m2 au total (deux lots). Nous avons évoqué l’opacité des conditions de cessions des terrains et des droits à construire à la Société Civile Immobilière R4 , et sa non compatibilité avec le PLU de 2004, en particulier en terme de hauteur.

… Un cœur de béton

Ces deux pointes de culture, de densité raisonnable, sont l’alibi qui sert à MM. Baguet et Nouvel pour tasser au centre de l’Ile un gros cœur de béton. Sur les 255 000m2 du projet total, ce seront donc plus de 180 000m2 qui s’entasseront dans l’espace restreint du cœur de l’Ile, dont 112 000m2 de bureaux ! Ile de la culture ? Hélas, surtout Ile de béton.

La Cité Musicale est la proue d’un énorme navire de béton

La Cité Musicale est la proue d’un énorme navire de béton

Entre deux murailles, se tassent une triple tour massive, totalement disproportionnée par rapport au site, et de grands immeubles de bureaux autour d’un étroit jardin artificiel sous verrière.

La spectaculaire cité musicale ne serait plus que la proue d’un paquebot de béton massif.

Les promesses trahies de 2008

Capture d’écran du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet : une ile toute verte !

Capture d’écran du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet : une ile toute verte !

Pour se faire élire maire de Boulogne-Billancourt en 2008, Pierre-Christophe Baguet n’y allait pas de main morte : il fallait faire de l’Ile Seguin  une île verte. Héritant d’un Plan Local d’Urbanisme de 175 000m2 de droits à construire, il entendait réduire ce bétonnage en ramenant la densité à 110 000m2 :

Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

 

Chacun pourra apprécier ce qui reste de l’île verte et bleue promise en contemplant ce navire de béton. Quant aux écologistes et associations de riverains, elles ont répondu à leur façon à cette trahison sans précédent de promesses électorales, en obtenant l’annulation par le tribunal administratif le 9 juillet 2013  du PLU de 2011 de M. Baguet qui validait son projet.

Menaces contre un site d’exception

Dans une des villes les plus denses de France, implanter sur une île aux accès restreints une sur-densité de bureaux est une erreur majeure. Mais au-delà, lovée dans sa verdoyante boucle de la Seine,  l’Ile Seguin est un site d’exception, la dernière île à aménager dans le Grand Paris.

Pour réaliser son impact, nous vous invitons à contempler ce dessin technique figurant le projet Nouvel dans son environnement.

L’Ile Seguin de Nouvel défigurerait le site

L’Ile Seguin de Nouvel défigurerait le site

On réalise à quel point la triple tour défigurerait le site. Elle culminerait à 146m NGF (hauteur normalisée) alors que le haut des coteaux de Meudon culmine, lui, à 89m.

Ce tas de béton occulterait toute visibilité de chacune des deux berges vers l’autre, écrasant de sa masse les deux rives, et projetant son ombre vers Boulogne.

Une opération d’urbanisme brutal qui détruirait à jamais le cadre de vie que nous léguerons à nos enfants.

Prochainement : La muraille de béton

Liens utiles :

Le Point 9 janvier 2014 : Le projet Duhamel pour l’Ile Seguin

http://www.sauvonslileseguin.com/le-point-le-projet-duhamel-pour-lile-seguin/

 

 

 

 

Read More
Page 1 sur 212
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us