Exclusif : Voici la muraille de béton Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin

Posted by on jan 22, 2014 in Actualité, Le vrai visage du Projet Nouvel | Commentaires fermés sur Exclusif : Voici la muraille de béton Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin

Le vrai visage du projet Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin (II)

Ile Seguin – Projet Nouvel : la muraille et la triple tour vue du quai Georges Gorse à Boulogne-Billancourt

Ile Seguin – Projet Nouvel : la muraille et la triple tour vue du quai Georges Gorse à Boulogne-Billancourt

Une vue réaliste

Jusqu’ici il fallait se contenter de maquettes en plastique transparent ou de vues aériennes où l’impact de la triple tour était volontairement diminué par un effet de perspective. Comme l’Ile se présentera aux regards plus souvent vue des berges que d’hélicoptère, notre illustrateur vous montre pour la première fois la muraille de béton telle qu’elle se présentera  vue du Quai le Gallo, et l’imposante triple tour de 110 m de haut dans ses proportions réelles. L’auteur de cette image est un dessinateur spécialisé qui a travaillé sous la direction d’un architecte, à partir des cotes exactes rendues disponibles par le dépôt du permis de construire R4 et l’enquête d’utilité publique. C’est le vrai visage qui se présentera aux habitants de Boulogne-Billancourt depuis la rive.

 

Adieu, Coteaux de Meudon

Le site de l’Ile Seguin s’inscrit dans une boucle de la Seine verdoyante. Désormais, ce sera une muraille de béton qui se dressera devant Boulogne. Qu’on en juge par ces illustrations :

Ile Seguin : vue d'un appartement de la rive, avant

Ile Seguin : vue d’un appartement de la rive, avant

Ile Seguin, vue d'un appartement de la rive, après

Ile Seguin, vue d’un appartement de la rive, après

Une longue muraille de béton

Pour se faire élire en 2008, M. Baguet avait promis une île verte et bleue, avec des guinguettes et des rives champêtres. Voici ce qu’il nous offre : une longue et haute muraille de béton face à Boulogne, qui englobe le Pôle R4 et court jusqu’à la Cité musicale du Conseil Général. Plus haute que la Cité Musicale, elle vient la coiffer à son extrémité.

Ile Seguin : la muraille se prolonge jusqu'à la Cité musicale qu'elle vient coiffer

Ile Seguin : la muraille se prolonge jusqu’à la Cité musicale qu’elle vient coiffer

Qu’elles sont loin les promesses de 2008 !

Ile Seguin : Capture d'écran du site officiel de campagne 2008 de M. Baguet

Capture d’écran du site officiel de campagne 2008 de M. Baguet

Dans le programme sur lequel il s’est fait élire maire de Boulogne-Billancourt en 2008,  Pierre-Christophe Baguet ne tarissait pas de critiques contre le projet de son prédécesseur pour l’Ile Seguin qui comprenait un « mur enceinte » de 18m de haut . Qu’on en juge :

Ile Seguin Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

Capture d’écran du site de campagne de Pierre-Christophe Baguet en 2008

En 2014, oubliée l’île verte et bleue, oubliée la vue sur les coteaux de Meudon. Pierre-Christophe Baguet entend nous imposer une muraille de béton de 30 mètres de haut, soit 39m au-dessus du niveau de la Seine (voir croquis).

Ile Seguin Source : plans du Pole artistique R4 dont le mur extérieur est aligné sur la muraille de béton.

Source : plans du Pole artistique R4 dont le mur extérieur est aligné sur la muraille de béton.

Finie la vue sur les coteaux de Meudon ! Pour caser ses 112 000m2 de bureaux, Pierre-Christophe Baguet impose aux Boulonnais la vue sur un long et morne mur de béton.

 

Ile Seguin Une très très longue muraille de béton face à Boulogne-Billancourt

Une très très longue muraille de béton face à Boulogne-Billancourt

Et côté Meudon ?

Autant grâce au projet R4 et à la Cité Musicale, nous disposons de cotes précises et qui permettent donc de donner une représentation fidèle de l’apparence de l’île, autant, coté Meudon, nous manquent les cotes des bâtiments que Jean Nouvel veut ériger. Notre dessinateur est donc parti d’une estimation basée sur les  maquettes, donc moins précise. Néanmoins, côté Meudon, qui est le côté sud, même parti-pris pour le béton face au fleuve. Le jardin artificiel sous verrière ne sera pas au soleil, mais à l’ombre d’une autre muraille.

Ile Seguin coté Meudon

Ile Seguin coté Meudon

 

Rendre le fleuve aux habitants

Les deux berges du fleuve sont livrées aux véhicules, avec 2 routes bientôt toutes deux à 4 voies. Elles sont perdues pour les habitants.

Une île comme l’Ile Seguin peut devenir un lieu magique. Les rives de l’Ile Seguin sont l’occasion unique de rendre le fleuve aux Boulonnais et aux habitants des communes avoisinantes. Car les rives peuvent, doivent, devenir des lieux de promenade, de loisirs, de détente. Tout ce qu’on nous avait promis en 2008. Et c’était rentable !

Ile Seguin Copie du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet

Copie du site de campagne 2008 de Pierre-Christophe Baguet

Oubliées, les promesses de Pierre-Christophe Baguet en 2008.  Personne n’ira se promener au pied de la monstrueuse muraille de béton qu’il entend maintenant ériger sur l’Ile Seguin.

En clin d’œil final, notre dessinateur, fatigué de tant de béton, vous invite dans ce petit croquis à une autre vision de ce que pourrait être l’Ile Seguin :

un petit port

Un rêve, Boulogne Plage, la Seine rendue aux habitants, les petits restos au bord de l’eau ? Pas forcément.

Le tribunal administratif a annulé le PLU de 2011 sur lequel Pierre-Christophe Baguet fondait son projet monstrueux.

C’est le moment où jamais de sortir de l’impasse en revenant au PLU de 2004, et à une version plus humaine, plus équilibrée et plus respectueuse du site.

Poursuivons notre mobilisation.

 

Lien utile :

Le vrai visage de l’Ile Seguin (I) : un cœur de béton

http://www.sauvonslileseguin.com/exclusif-le-vrai-visage-du-projet-nouvel-pour-lile-seguin-1/

Read More

Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

Posted by on nov 3, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : le Maire et le Starchitecte

A Boulogne-Billancourt, le patron c’est Jean Nouvel

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Le starchitecte Jean Nouvel, dans le Figaro du 21 Octobre 2013

Mais quelle mouche a piqué Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt ?

En 2008, quand il est élu, l’homme hérite d’une Ile Seguin enfin apaisée. Elle est dotée d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) purgé de tout recours. Bien plus, les premiers permis de construire sont accordés. L’Ile est prête à construire et à sortir de son état de friche.

Cependant, Pierre Christophe Baguet a promis une évolution radicale du projet par rapport à ses prédécesseurs dont il qualifie le projet de « bétonnage ». En lieu et place des 175 000m2 de droits à construire prévus, il a promis de réduire la densité de 30% et de ramener les droits à construire à 110 000m2. Aussi quand il dénonce les permis de construire accordés, tout le monde pense qu’il s’agit pour lui d’exécuter sa promesse.

C’est là que les citoyens de Boulogne se font duper. Dans des conditions d’opacité assez remarquables, Jean Nouvel a été nommé architecte coordinateur du projet de l’Ile Seguin. En juillet 2010, soit un an et demi seulement après l’élection de PCB, Jean Nouvel sort de sa poche un nouveau projet dont les chiffres sidèrent les habitants : 5 tours, 337 000m2 de droits à construire, soit trois fois les promesses du maire !

La colère des riverains et des habitants se fait immédiatement sentir. Le PLU révisé de l’Ile Seguin, voté le 16 juin 2011, est aussitôt attaqué. Ce PLU de 2011 vient d’être annulé par le tribunal administratif le 9 juillet 2013. Son adaptation à 255 000m2, avec une triple tour, fait elle aussi l’objet de recours. PCB vient de nouveau par ses provocations bétonnières de paralyser l’Ile Seguin !

Mais quelle mouche a piqué PCB pour ainsi, au mépris de toute morale, se renier complètement et trahir radicalement ses promesses ? D’après les proches du dossier, la vraie raison ne serait autre que la fascination qu’exerce sur le Maire le starchitecte Jean Nouvel. Éperdu,  fasciné, le Maire a confié les clés de l’Ile Seguin à une star. Le seul nom du grand homme est supposé clouer le bec à tous les opposants au projet qui dénoncent un bétonnage saugrenu sur un site d’exception.

Jean Nouvel, l’obsession de la tour à Paris

Ile Seguin La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

La triple tour et la muraille de béton de Jean Nouvel. Capture d’écran de la video officielle

Jean Nouvel a beau être riche, célèbre, couronné, le starchitecte a une blessure : il a échoué successivement dans deux projets de tours à la Défense qui n’ont pu trouver de financement, la Tour sans fin et la  tour Signal. C’est devenu une obsession, il lui faut sa tour à Paris. Quand il comprend la personnalité de PCB, et la malléabilité de l’intéressé, le starchitecte parvient à lui vendre non pas une tour, mais bien cinq d’un coup !

Hélas pour Nouvel le maire de Boulogne-Billancourt recule devant la colère de ses administrés et lui demande de supprimer des tours de son projet. Nouvel accepte de mauvaise grâce et revient avec une tour seulement, mais quelle tour ! Une triple tour, massive, surmontant une muraille de béton. A 146 m de hauteur NGF, le colosse écrase de sa masse l’Ile Seguin et les coteaux de Meudon, qui culminent à 89m. Le starchitecte s’est déjà octroyé des morceaux de choix dans le programme de réhabilitation des terrains Renault. Outre la coordination générale du projet, qui lui a déjà rapporté plus de 3 millions d’€ d’honoraires, le starchitecte a réalisé la tour Horizon dans le quartier du Trapèze, et emporté le Projet R4  qui annonce bien la préfiguration du mur de béton qui va courir tout le long de l’Ile, face à Boulogne-Billancourt.

Ile Seguin Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

Un long mur de béton qui va courir toute la longueur de l’Ile face à Boulogne-Billancourt.

La fin des starchitectes ?

Au moment où Pierre-Christophe Baguet abandonne l’Ile à Jean Nouvel, le Figaro du 21 octobre 2013 sous le titre « La fin des starchichectes » épingle la gestion calamiteuse du chantier de la Philharmonie de Paris par le grand homme :

« Ambiance tendue sur le chantier de la future Philharmonie de Paris, porte de la Villette. Jean Nouvel ne décolère pas: comme d’habitude, il a eu des repentirs et a revu sa copie pour améliorer son projet de salle de concert. Mais cette fois, personne n’a voulu entendre ses propositions. Ni François Hollande  qui ne l’a pas reçu. Ni Aurélie Filipetti, ni Bertrand Delanoë. L’architecte star se heurte toujours à la même réponse: on ne rallonge plus.

C’en est fini de la pure beauté du geste: il faut tenir les budgets (passés en l’espèce de 110 à plus de 387 millions d’euros avec les travaux d’études) et les délais (repoussés de 2013 à 2015). Pour Nouvel, c’est un véritable coup de semonce. »

Citant l’Ile Seguin, le même article évoque la fâcheuse tendance qu’ont les émules de M. Baguet à convoquer une grande signature de l’architecture, censée clouer le bec au bon public des citoyens sommés de s’incliner béatement devant le génie.

« Les maires sont convaincus qu’un projet d’architecture réussi peut leur faire gagner une élection», indique ­François de Mazières, député maire de Versailles. «Au lieu de pratiquer l’acupuncture urbaine avec de multiples interventions qui tiennent compte de la réalité de leur tissu urbain, ils préfèrent convoquer une grande signature, convaincus qu’elle emportera les suffrages», ­reprend celui qui a porté la Cité de l’Architecture et le Grand Paris  sur les fonds baptismaux. Dans le projet de la ville de Lyon Confluence, dans celui de l’île Seguin à Boulogne, l’enjeu est politique, comme chaque fois qu’une ville refait un quartier ou même un bâtiment plus humble.

L’arme est à double tranchant. À Rouen, Pierre ­Albertini a été battu aux municipales en 2008 pour avoir commandé à Rudy Ricciotti une médiathèque à 44 millions d’euros, et à Jean-Paul Viguier un projet nommé «espace Monet cathédrale», qui suscitait la colère d’une immense majorité de la population rouennaise ».

La crise rattrape les starchitectes et leur impose d’être réalistes. Ce sera le cas avec le projet Nouvel/Baguet qui prétend bétonner l’Ile avec 112 000m2 de bureaux sur un marché déjà déprimé, et qui devra bien retrouver une forme plus équilibrée, humaine et respectueuse de son environnement.

« Peu à peu, la réalité rattrape l’architecture et ses prestigieux serviteurs. «La crise est une opportunité de remettre un peu de sobriété, de sens et de poésie», dit Éric Lapierre, architecte, professeur à Sciences Po et auteur de L’Architecture du réel (Le Moniteur). «Nous sommes face à une discipline de la durée qui doit traverser les millénaires. Or, on est train de la réduire à du marketing urbain, avec une surenchère dans le spectaculaire. »

L’Ile Seguin est notre bien commun, un site unique du Grand Paris. Elle ne sera pas le nouveau caprice du starchitecte qui veut la bétonner !

 

Liens utiles :

L’article complet du Figaro du 21 octobre 2013 : Jean Nouvel et la Philharmonie de Paris, la fin des starchitectes :

http://www.lefigaro.fr/culture/2013/10/21/03004-20131021ARTFIG00266-architecture-retour-sur-terre.php

Jean Nouvel, architecte à tout prix, Télérama mai 2012:

Jean Nouvel tour

http://www.telerama.fr/culture/jean-nouvel-architecte-a-tout-prix,81914.php

On assassine l’Ile Seguin, Libération, juin 2011 :

« On assiste ces jours-ci à un numéro d’illusionnisme assez spectaculaire autour de la malheureuse île Seguin de Boulogne-Billancourt. Le magicien s’appelle Jean Nouvel, il est architecte et doué pour vendre au chaland les projections de sa lanterne magique »…

http://www.liberation.fr/societe/2011/06/16/on-assassine-l-ile-seguin_742976

 

 

 

Read More

Ile Seguin : tours à Paris, avis négatif de l’UNESCO

Posted by on oct 20, 2013 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : tours à Paris, avis négatif de l’UNESCO

Les critiques se multiplient contre les tours isolées qui veulent défigurer le Grand Paris

Maquette du projet de triple tour de l’Ile Seguin exposée à Boulogne-Billancourt en décembre 2012

Maquette du projet de triple tour de l’Ile Seguin exposée à Boulogne-Billancourt en décembre 2012

Les tours isolées provoquent un rejet de plus en plus important. Le projet de triple tour de l’Ile Seguin, la Tour Triangle à Paris, les deux tours d’Issy-les-Moulineaux, autant d’aberrations architecturales qui provoquent un rejet de plus en plus fort. La dernière réaction notable provient de l’Unesco. Elle rejoint les critiques de politiques, d’urbanistes, d’architectes et d’économistes. Compréhensibles dans un ensemble cohérent comme le quartier d’affaires de la Défense, les tours menacent de ruiner l’harmonie et le cadre de vie du Grand Paris si elles sont implantées n’importe où.

M. Bandarin,  Sous-Directeur Général à la culture à l’UNESCO,  (AFP) :

« Si Paris veut être considérée comme une ville qui a des valeurs historiques et un cadre patrimonial, elle ne doit pas faire ça », a dit M. Bandarin. « C’est une très mauvaise idée de mettre des tours à chaque porte de Paris … Il y a des lieux où l’on peut créer des regroupements et il y a une question de hauteur », a expliqué le responsable de l’Unesco. « Il faut mesurer l’impact visuel que la hauteur peut avoir: il y a des techniques scientifiques qui permettent de le faire. L’idée de densifier en hauteur, c’est une fausse idée. Une tour, parce qu’elle a besoin de beaucoup de services, de parkings, n’est pas plus dense qu’une ville compacte. Une tour c’est quand même une machine qui consomme beaucoup d’énergie: les ascenseurs, l’eau qu’on pompe: vous ouvrez un robinet au 180e étage et l’eau doit être pompée. Ce n’est pas un bon modèle. Ce n’est pas le futur »

NKM : non aux tours isolées qui défigurent la ville

NKM contre les tours à Paris

Rem Koolhass, architecte de tours : pas à Paris !

Tour CCTV a Pekin par Rem Koolhass

Tour CCTV à Pékin par Rem Koolhass

Interview à Paris Match, octobre 2012.

Votre tour de la télévision chinoise (CCTV) domine Pékin.  A Paris, les tours font débat. En construiriez-vous ?

Quand je monte les escalators du Centre Pompidou, je me réjouis qu’il n’y ait pas trop de tours dans le paysage… Il y a dix ans, j’aurais peut-être trouvé cette réticence un peu rétrograde, aujourd’hui  je l’apprécie.

Même si les tours peuvent contribuer à une densification de la ville ?

C’est faux. Un théoricien des années 60 a démontré qu’on pouvait créer de la densité quelle que soit la hauteur.

Les tours, trop chères sur un marché de bureaux déprimé

« A la Défense, au total, plus de 500.000 m2 pourraient être livrés au cours des trois prochaines années dans le quartier d’affaires, dont le marché locatif cette année chute de 38 %. Alors que le marché de bureaux est, au mieux, stable depuis 2008, que les loyers faciaux ne montent plus – ce qui signifie que les valeurs locatives réellement payées par les utilisateurs diminuent, que des tours récemment livrées ont du mal à se remplir, quelle mouche pique les investisseurs ?

Une récente étude réalisée par le bureau d’études Setec montre que, rapportés au mètre carré utile, les coûts de construction d’immeubles dépassant 50 mètres de hauteur sont plus élevés de 30 à 35 % que ceux des bâtiments classiques. La même élasticité ne se retrouve pas sur le marché locatif.

Responsables de ces coûts : la moindre efficacité des surfaces occupées par un noyau épais qui maintient l’immeuble, le poste des installations de chantier [jusqu’à 225 euros par mètre carré à comparer à une dépense presque marginale pour un immeuble classique, NDLR], les ascenseurs de plus en plus sophistiqués, et le standing plus haut de ce type d’immeuble ». Catherine Sabbah, les Echos, 4/10/2012.

Rappellons que le projet Baguet/Nouvel pour l’Ile Seguin, c’est vouloir ajouter 112 000M2 de bureaux sur un marché déjà sur-excédentaire à Boulogne-Billancourt, et ceci avec le recours à une triple tour de 146 m de hauteur !

La triple tour de l’Ile Seguin, c’est tout à la fois commettre une erreur d’urbanisme, défigurer un site unique du Grand Paris,  et une stupidité économique sur un marché de bureaux excédentaire à Boulogne-Billancourt.

Liens utiles :

Avis négatif de l’UNESCO :

http://www.finances.net/infos/actions/Projets-de-tours-%C3%A0-Paris–avis-n%C3%A9gatif-de-lUnesco-678321

Analyse économique des tours :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/dossier/0201510934131/0202306846581-la-nouvelle-vague-de-la-defense-369094.php

Contre la tour triangle à Paris :

http://www.contrelatourtriangle.com/

Bureaux à Boulogne-Billancourt, la fuite en avant :

L’analyse de Pierre-Mathieu Duhamel

http://www.pmduhamel.fr/notre-ville/83-bureaux-la-fuite-en-avant-continue#.UmQQ0OKHZVI

L’analyse de Pierre Gaborit

http://www.pierregaborit2014.fr/2013/10/bureaux-vers-la-catastrophe.html

 

 

 

Read More

Les cinq tours sur l’Ile Seguin, c’est fini ?

Posted by on déc 1, 2011 in Actualité | Commentaires fermés sur Les cinq tours sur l’Ile Seguin, c’est fini ?

Ce 1er décembre, le Parisien annonce que nous aurions gagné notre combat contre les tours de l’Ile Seguin.


Nous restons extrêmement vigilants, le Maire n’annonçant rien sur la constructibilité de l’Ile : il est évident que cet abandon des tours doit être
accompagné de la réduction de la densité, sauf à tranformer l’ile en énorme gateau de béton de 20 étages au lieu des tours, ce qui ne serait pas mieux.

Nous attendons également le projet alternatif, puisqu’apparemment le Maire souhaite construire ses immeubles de grande hauteur au Pont de Sèvres.
Tout cela est encore au conditionnel, et mérite confirmation officielle ainsi que clarification des projets alternatifs tant sur l’Ile que sur le Pont de Sèvres.
Agréablement traités de  « soviets » par le Maire, nous lui rappelons que c’est lui qui nous a contraints aux recours devant la justice par le reniement de
ses promesses électorales et son absence totale de concertation. Et si ce projet devait être retiré, ce ne serait pas seulement grâce à l’action des Associations,
mais également devant la colère et le rejet massif du projet par la population.

Nous restons totalement mobilisés jusqu’à l’annonce complète du retrait des tours et la clarification de la nouvelle densité sur l’Ile et les berges.
L’Association des Riverains de  l’Ile Seguin

 

Les cinq tours sur l’île Seguin, c’est fini

Trop controversées, les cinq tours imaginées par Jean Nouvel sur l’île Seguin ont vécu. Mais d’autres immeubles de grande hauteur devraient pousser du côté du Pont-de-Sèvres.

Roberto cristofoli | Publié le 01.12.2011, 04h08

 

Ci-dessus, le visuel du projet de Jean Nouvel, l’architecte désigné pour coordonner l’aménagement de l’île Seguin. | (Ateliers Jean Nouvel.)

Après les réactions en chaîne suscitées par le projet de l’architecte Jean Nouvel sur l’île Seguin — cinq « châteaux » d’une centaine de mètres de haut, « avec des jardins et des terrasses colossales » —, le député-maire (UMP) de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a décidé d’abandonner toute idée d’immeuble grande hauteur sur l’île Seguin.

C’était dans l’air, à six mois des élections législatives et alors que les détracteurs du projet se faisaient de plus en plus nombreux (NDLR : notre édition du 17 novembre). L’élu a officialisé la nouvelle mardi soir devant une assemblée de délégués de quartier, fustigeant notamment les associations locales de défense de l’environnement, n’hésitant pas à les qualifier de « Soviets ».

Le plan local d’urbanisme contesté par des associations

Des associations qui contestent le plan local d’urbanisme (PLU), lequel permet 310000 m2 de constructions sur l’île, dont les cinq tours — contre les 175000 m2 initialement prévus, lors de la mandature de Jean-Pierre Fourcade. Après avoir vu leur recours gracieux retoqué par Pierre-Christophe Baguet, cinq d’entre elles s’apprêtaient à saisir le tribunal administratif de Cergy (Val-d’Oise) avant le 8 décembre, date butoir pour agir en justice.

Pour autant, l’idée de construire des tours dans le secteur n’a pas totalement disparu. Il serait désormais question d’ériger des immeubles de grande hauteur — leur nombre n’est pas connu — au Pont-de-Sèvres, à côté de la cité du même nom, afin de tenter d’équilibrer financièrement l’opération. Ceux-ci s’installeraient sur le terrain aujourd’hui occupé par la gare routière. Comme l’île Seguin, ce quartier ne dispose pas d’un plan local d’urbanisme qui autorise la construction de tours. La ville de Boulogne-Billancourt va donc devoir recommencer l’ensemble du processus, qui comporte notamment une révision au moins partielle du PLU, une enquête publique… et d’éventuels nouveaux recours de riverains. Un premier coup de pioche n’est donc pas envisageable avant deux ans minimum. Contactés, le maire de Boulogne ainsi que les ateliers Jean Nouvel n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

« J’attends désormais la traduction concrète de cette annonce, réagit Thierry Solère, ex-premier adjoint (UMP) démissionnaire pour cause de désaccord sur l’urbanisation de l’île Seguin. Et notamment qu’on revienne au PLU antérieur, qui prévoyait 175000 m2 de constructions ».

Président de Boulogne Environnement, Jean-Louis Tourlière assistait à la réunion de mardi soir et a estimé que la présentation du député-maire était ambiguë sur le sujet : « Il a eu tendance à tout mélanger volontairement », estime le défenseur de l’environnement. Quant au responsable de Val de Seine vert, il attend lui aussi des garanties formelles : « Les déclarations du maire doivent être concrétisées par des actes, réagit Alain Mathioudakis. Je les attends avec une certaine impatience ».

Ce retournement de situation intervient alors que la ville de Boulogne-Billancourt et la société d’aménagement et d’économie mixte (SAEM) en charge de la reconversion des terrains Renault sont très observées. Un magistrat de la chambre régionale des comptes (CRC) s’apprête à passer au peigne fin les finances de la Saem, tout comme l’agence de notation Standard & Poor’s.

Read More
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us