Ile Seguin : le Pôle Artistique et Culturel en bonne voie

Posted by on nov 8, 2017 in Actualité | 1 comment

Le promoteur Emerige a rempli ses engagements

 

Le projet vu de Meudon (dossier de presse Emerige)

Le projet vu de Meudon (dossier de presse Emerige)

Une longue histoire …

Comme le reste de l’aménagement de l’Ile Seguin, l’aménagement de la pointe amont (pointe opposée à la Seine Musicale et tournée vers l’Ile Saint Germain) a fait l’objet d’un long feuilleton.

On croyait pourtant son sort réglé quand l’homme d’affaires suisse et résident singapourien Yves Bouvier avait réussi à obtenir de toutes les associations de lever les recours émis contre son projet dénommé R4 et conçu par Jean Nouvel. Cependant, Yves Bouvier, propriétaire de paradis fiscaux sous forme de ports francs, attaqué pour escroquerie par le milliardaire russe Rybolovlev, a été contraint de jeter l’éponge.

Le projet Emerige

La SCI R4 a été reprise par le Groupe de promotion immobilière Emerige, dirigée par Laurent Dumas. Laurent Dumas est un véritable passionné d’art contemporain, collectionneur et mécène, qui partage déjà sa collection avec le public lors d’expositions à la Villa Emerige. Il a créé un Fonds de Dotation et la  Bourse de Révélations Emerige destinée aux artistes émergents. Le projet Emerige s’articule autour d’un Pole Culturel et Artistique et d’un Hôtel.

 Le Pôle Culturel et Artistique

La Fondation d’Art (dossier de presse Emerige

La Fondation d’Art (dossier de presse Emerige)

Le Pôle culturel et Artistique  réunit un centre d’Art de 5600 m2 et un Cinéma multiplex de 5500 m2 accueillant une salle Imax high tech.

Des réserves pour les œuvres, des commerces (4000m2), des showrooms  et des bureaux  (4000m2) compléteront l’ensemble.

Le Centre d’Art accueillera la collection Emerige et jouira d’une programmation ambitieuse. La première exposition accueillera la Collection d’art contemporain Renault constituée depuis 1967 et réunissant des artistes d’envergure mondiale. Les années suivantes devraient accueillir d’autres partenaires prestigieux comme la Fondation Giacometti.

Vue intérieure du centre d’Art (dossier de presse Emerige).

Vue intérieure du centre d’Art (dossier de presse Emerige).

Le Cinéma Imax sera doté de l’un des plus grands écrans d’Europe en très haute résolution, pour des projections spectaculaires.
Le Centre d’Art et le cinéma Imax sur la pointe amont feront ainsi le pendant de la Seine Musicale sur la pointe aval pour faire de l’Ile Seguin un véritable lieu de destination culturelle au sein du Grand Paris.

L’hôtel

L’Hotel et le Centre d’Art vus de l’Ile Saint Germain (dossier de presse Emerige

L’Hotel et le Centre d’Art vus de l’Ile Saint Germain (dossier de presse Emerige)

L’hôtel 4 étoiles sera d’une capacité de 220 chambres et d’une surface de 13000 m2.
Pour garder la dimension artistique du lieu, chaque chambre sera dotée d’une œuvre d’art originale. Le toit abritera un bar en roof top ouvert au public et dont la terrasse devrait en faire un lieu recherché.

Emerige : des engagements tenus

Rompant avec les mauvaises habitudes de la mairie de Boulogne-Billancourt, et son obstination à imposer des projets de bétonnage monstrueux par une politique de coups de force permanents, Laurent Dumas et son équipe ont tenus à mener une concertation poussée et tenus leurs engagements de transparence.

Les points de satisfaction sont nombreux :

  • Sur la densité, les deux projets cumulent une constructibilité de 37 000m2. C’est une densité admissible.
  • Sur la hauteur, l’aménagement du PLU voté par la municipalité prévoyait une hauteur maximale de 91m NGF, qui aurait permis d’ériger une tour plus haute que les coteaux de Meudon (86m), défigurant ainsi le site. Emerige s’est engagé faire du faîte de la fondation d’art le point haut maximal du projet, tous les autres bâtiments étant en retrait. Cette hauteur maximale sera d’environ 71 m NGF, soit une hauteur correspondant à celle de l’auditorium de la Cité Musicale.
  • Sur l’architecture, Emerige s’est fort heureusement débarrassé du Starchitecte Jean Nouvel qui voulait imposer ses tours et ses murailles de béton cernant l’Ile. En lieu et place, Emerige a recours au cabinet d’architectes catalans RCR. L’aménagement des berges rendues accessibles au public fera l’objet d’une attention particulière et des transparences entre les deux rives sont créées.

Dernière Requête satisfaite

L’association Boulogne-Environnement après une première réunion de concertation très positive avait demandé à Emerige de produire une maquette en 3 dimensions situant le projet dans son environnement réel afin de percevoir son impact relatif par rapport au site. On se souvient en effet des manœuvres de Jean Nouvel avec ses maquettes en plexiglas transparents.

Cette demande a été satisfaite et la maquette est désormais visible par tous sur le Pavillon de l’Ile Seguin. Elle permet effectivement de mesurer les dimensions imposantes de l’ensemble, mais de penser qu’elles n’écraseront pas totalement l’environnement.

Maquette du projet Emerige

Maquette du projet Emerige

Prochaines étapes :

Boulogne-Environnement a acquis une copie du permis de construire et a pu vérifier ainsi que les engagements pris par le promoteur étaient bien tenus. Au passage, l’association regrette le coût de la démocratie, puisque la copie de ce permis de construire lui a été facturé 400,06€ par la mairie. Il est regrettable que l’accès à l’information citoyenne soit dissuadé par des tarifs exorbitants !

Juridiquement, le permis de construire d’Emerige est appuyé tout à la fois sur un PLU illégal, annulé par le tribunal administratif en 2013, et par un projet d’aménagement de la pointe amont frappé d’un recours. Il serait donc possible d’attaquer sur ces bases le permis de construire. Cependant l’intérêt du projet, qui remplit bien les conditions d’intérêt général, la sincérité de la démarche culturelle du promoteur et sa transparence, devraient être des facteurs positifs que prendra en compte le conseil d’administration de l’association Boulogne Environnement.

Si l’association devait donner un avis positif au projet, elle demandera à être clairement associée aux phases de construction afin de limiter les nuisances pour les riverains dans une période très dense et chargée en grands travaux, en particulier avec la fermeture pour 3 ans des quais côté Boulogne pour cause de construction de la gare du Grand Paris Express.

Enfin, 3 lots forment l’ensemble de la pointe amont : le S17 occupé par le Centre d’Art et le Cinéma, le S18 occupé par l’Hotel. Reste à attribuer le S16, qui à l’origine devait abriter le cirque de Madonna Bouglione, projet qui ne verra jamais le jour. Emerige est également candidat pour ce lot, et nous espérons que si il l’emporte, il saura présenter également un projet raisonnable.

Liens utiles :

Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Read More

Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Posted by on sept 11, 2016 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : le Pôle culturel R4 tombe à l’eau

Empêtré dans ses soucis judiciaires, le milliardaire Yves Bouvier abandonne le projet

La fin du projet R4 ?

La fin du projet R4 ?

Ce devait être le grand projet culturel de Boulogne-Billancourt, celui qui devait faire oublier l’échec de la Fondation Pinault partie à Venise. La « micro-ville » artistique voulue par le milliardaire Yves Bouvier, résident singapourien, et roi du lucratif business des ports francs, ces paradis fiscaux qui mettent des œuvres d’art à la valeur inestimable à l’abri des regards inquisiteurs du fisc.

Le milliardaire, mis en examen pour de troubles affaires d’escroquerie à Monaco et de recel de Picassos volés, à Paris, vient de jeter l’éponge. Il vient de céder sa société immobilière à un groupement immobilier, Emerige-AOG, déjà propriétaire d’un ensemble de bureaux à Boulogne-Billancourt.

Dans cette affaire, la municipalité ne pourra accuser « les méchantes associations » de défense de l’environnement. En effet, celles-ci avaient accepté de lever les recours déposés contre le permis de construire de R4, après la conclusion d’un partenariat culturel avec Nelly Wenger, la talentueuse promotrice du projet.

Que va-t-il advenir du projet ?

Un nouveau permis de construire devra être déposé, ce qui créera de nouveau un aléa juridique important. En effet rappelons le Plan Local d’urbanisme de 2011 a été annulé par le tribunal administratif, que son adaptation de 2013 fait l’objet de recours en justice qui ont toutes chances d’aboutir, et qu’enfin la mise en compatibilité du PLU portant sur la pointe amont, qui héberge R4, a été attaquée en recours contentieux par l’association Boulogne Environnement.

Le nouveau promoteur conservera-t-il le tout puissant Jean Nouvel, architecte coordinateur du projet de l’Ile Seguin et architecte de R4 ? Rien n’est moins sûr.
En tout cas, les riverains se réjouiront de l’abandon de l’énorme cube de stockage que M. Bouvier voulait nous imposer.
Afin de poursuivre son métier de transport d’œuvres d’art à l’abri des regards, Bouvier avait en effet l’intention de créer un gigantesque coffre-fort sur l’Ile sous forme d’un gros cube aveugle, symbole même du bétonnage absurde de l’Ile . Espérons que ce gros bloc de béton va disparaitre à jamais en changeant de promoteur !

Adieu au gros cube de Jean Nouvel !

Adieu au gros cube de Jean Nouvel !

D’échec en échec

Depuis 2008, le projet de l’Ile Seguin est paralysé par des décisions absurdes.
Hormis la Cité Musicale du conseil général des Hauts-de-Seine, qui a fait l’objet d’une concertation exemplaire et n’a suscité aucun recours, le reste de l’ile est toujours en friche.

A qui la faute ? A ceux qui veulent toujours imposer un projet de bétonnage massif conçu par Jean Nouvel et toujours soutenu mordicus par M. Gauthier Mougin, maire adjoint en charge de l’urbanisme.

Et pourtant que d’échecs : refus massif du projet de 5 tours géantes, annulation par le tribunal administratif  du PLU de 2011, votation bidon sans choix possible sanctionnée par une abstention massive, simulacres de concertation de 2015, abandon du projet de cirque de Madonna Bouglione, et maintenant abandon de R4 …

Certains observateurs commentant l’opacité de la transaction qui liait R4 à la ville (on parle d’un véritable cadeau) pensent que l’abandon de R4 constitue une opportunité majeure de renégocier les droits à construire pour obtenir un projet moins bétonné, plus équilibré, plus vert et plus respectueux de l’environnement. Et ce d’autant que l’abandon du projet de cirque, probablement lui aussi autrefois accordé à conditions « favorables », libère une parcelle complétement imbriquée dans le feu projet R4. De quoi reconstruire un projet plus cohérent et plus rentable pour la ville.

Les riverains et les associations en tête de la défense du cadre de vie, Boulogne Environnement, AEBB, Vivre à Meudon, l’Association des riverains de l’Ile Seguin, le collectif Vue sur l’Ile Seguin, attendent toujours un projet équilibré et moins bétonné qui permettrait enfin d’aller de l’avant.

L’échec de R4 peut être le déclencheur du retour à la raison, face à ce qui demeure toujours un projet inacceptable, avec une énorme tour plus haute que les coteaux de Meudon !

 

A lire également :

Challenges du 10 avril 2016 : la vérité sur l’enlisement de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt

Ile Seguin : un projet toujours inacceptable avec un tour haute comme les coteaux de Meudon

 

Read More

Ile Seguin : la concertation reprend pour sortir de l’impasse

Posted by on mai 27, 2015 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : la concertation reprend pour sortir de l’impasse

La Cité musicale ouvrira ses portes au printemps 2017

Le Chantier de la Cité Musicale de l'Ile Seguin

Le chantier de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Le Maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a invité le 26 mai les associations de défense de l’environnement de Boulogne, Meudon et du Val de Seine, à une réunion d’information à la Mairie de Boulogne-Billancourt, à l’issue de laquelle il a annoncé la reprise d’une concertation visant à obtenir un accord sur le projet d’aménagement de l’Ile Seguin.

Les limites de la concertation

Alain Mathioudakis, au nom de Val de Seine Vert, a rappelé les deux motifs de litiges qui ont conduit les associations à déposer des recours en justice couronnés de succès à date : la trop grande densité et les tours.

Sur ces deux motifs, le Maire s’est dit disposé à rouvrir une concertation dans les conditions suivantes :

  • La densité devra se situer entre 175 000 m2 (PLU de 2004) et 255 000 m2 (PLU de 2013, actuellement frappé de recours).
  • La réduction de densité pourra se faire sous forme de réduction des hauteurs maximales.
  • Une partie des dépenses devra être réduite.
  • Une compensation pourra être recherchée sur les rives, avec différentes possibilités.

Les associations ont rappelé qu’elles avaient toujours participé aux réunions de concertation. Cette concertation n’a été interrompue que par le coup de force de la mairie révélant à la stupéfaction générale son projet de bétonnage massif et ses tours imaginés par Jean Nouvel, alors même que le PLU précédent de 2004 était purgé de tout recours.

Les raisons de ce retour au dialogue.

Le Maire a fait ressortir les raisons qui le guident aujourd’hui à reprendre le chemin de la concertation.

  • L’impasse juridique : les recours juridiques contre le PLU de 2013 devraient être jugés au mieux en octobre 2015 par le tribunal administratif. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a fort à craindre qu’il ne soit annulé pour les mêmes raisons qui ont conduit le tribunal à annuler le PLU de 2011, donnant ainsi raison aux associations.
  • Les lois sur la Métropole du Grand Paris et la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République): ces lois actuellement en discussion entre Assemblée Nationale et Sénat transféreraient la responsabilité des PLU à des territoires beaucoup plus vastes d’au moins 300 000 habitants, le tout sous la supervision de la métropole. En cas d’annulation probable de son PLU, Boulogne-Billancourt perdrait donc la main sur l’élaboration de la nouvelle mouture au profit d’une collectivité plus vaste, au moins GPSO (communauté de communes du Grand Paris Sud-Ouest qui réunit Boulogne, Issy, Meudon, Sèvres, Chaville, Marnes la Coquette, Vanves et Ville d’Avray).
  • La pression financière qui a été aggravée par les 7 années perdues compte tenu du blocage entrainé par le projet Nouvel.

Les projets qui avancent et ceux qui peinent.

La Cité Musicale du Conseil Général : le chantier avance bien. Ce projet mené dans une concertation exemplaire n’a été frappé d’aucun recours et il ne subira qu’un léger retard. La Cité devrait ouvrir ses portes au printemps 2017. Une nouvelle passerelle reliera la station de Tramway Brimborion, à Sèvres, à la Cité Musicale.

Le projet R4 : le maire affirme rester confiant dans l’aboutissement du projet, malgré les 3 affaires qui touchent aujourd’hui son promoteur Yves Bouvier, empêtré dans une mise en examen pour escroquerie, une affaire de vols de tableaux qui frappe son associé et aujourd’hui une affaire de mœurs révélée par les magazines le Point et Capital. Le dommage fait aux finances et à la réputation de M. Bouvier pourrait bien être fatal à R4.

Le cirque de Madonna Bouglione : Madonna Bouglione a été incapable de réunir le financement de son projet qui est définitivement abandonné.

La station de métro du Grand Paris Express : son ouverture est repoussée à 2022.

Le processus de concertation et les chances d’aboutir

Le maire proposera l’établissement de 3 commissions :

  • Une commission d’urbanisme
  • Une commission financière
  • Une commission institutionnelle, chargée d’évaluer l’impact sur le projet des changements législatifs en cours.

A la sortie de la réunion, les réactions des représentants des associations oscillaient entre la satisfaction de voir se rouvrir une concertation, et le regret que tant de temps ait été perdu, et en particulier que tout ce processus se déroule dans des conditions de temps extrêmement tendues. Certains n’hésitaient pas à douter de la sincérité du maire, à qui les oppose toujours un recours en justice.

Pour notre part, nous saluerions la sortie de l’impasse dans lequel le projet Nouvel à plongé l’Ile Seguin. Encore faudrait-il que les avancées de la Mairie soient réelles et que tout ceci ne soit pas une opération de communication de plus.

Liens utiles

Les affaires impliquant Yves Bouvier, promoteur de R4

[Paradis fiscaux et judiciaires] : Affaire Yves Bouvier VS Rybolovlev

Exclusif. Zahia, le milliardaire et les Picasso maudits | Site mobile Le Point

Read More

Ile Seguin : la Cité Musicale couronnée, le Pôle R4 menacé

Posted by on mar 16, 2015 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : la Cité Musicale couronnée, le Pôle R4 menacé

Les ennuis judiciaires d’Yves Bouvier, promoteur du projet R4, menacent le pôle culturel

La Cité Musicale de l'Ile Seguin

La Cité Musicale de l’Ile Seguin

2 pointes de culture, tout allait bien pour l’Ile Seguin…

Sur la pointe aval, la Cité Musicale du Conseil Général est couronnée

Ce projet, qui avait fait l’objet d’une information et d’une concertation exemplaires, avance maintenant rapidement. Aucun recours n’avait été émis à son encontre. Les travaux avancent à grands pas, comme en témoignent les grandes grues rouges qui s’activent sur le chantier. Ce complexe de 36 000 m2, doté d’une salle de spectacle d’une capacité de 6000 places et d’un auditorium de 1150 places devrait ouvrir ses portes comme prévu mi 2016.

Le Chantier de la Cité Musicale de l'Ile Seguin

Le Chantier de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

Ce projet conçu par l’architecte japonais Shigeru Ban, en coopération avec l’architecte français Jean de Gastines, vient d’être désigné meilleur projet futur au Mipim de Cannes, salon des professionnels de l’immobilier. Sa coque de bois tressé en forme de nid d’oiseau devrait devenir une figure emblématique de l’architecture parisienne et « marquer le paysage sans l’agresser », comme le décrivait Patrick Deveidjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine. Tout le contraire du sinistre projet de bétonnage et de la tour que veut ériger Jean Nouvel sur le centre de l’Ile.

 

Sur la pointe amont, tout se complique pour le projet R4 avec la mise en examen de Yves Bouvier, son promoteur suisse.

Le Parisien, 2 mars 2015

Le Parisien, 2 mars 2015

Tout semblait réglé pour le projet R4. 2 associations, Boulogne Environnement et AEBB, qui avaient déposé un recours contentieux contre le permis de construire délivré par la mairie de Boulogne-Billancourt venaient à l’issue d’un processus de concertation mené par Nelly Wenger, directrice du projet, d’accepter de les lever.
Les deux associations étaient en train de négocier les détails d’une convention de partenariat avec R4 portant sur la co-création d’événements permettant d’ouvrir le pôle culturel à un très large public. Coup de tonnerre quand tombe le 28 février 2015 la nouvelle de la mise en examen d’Yves Bouvier, promoteur du projet R4, et propriétaire de la société suisse Natural le Coultre, spécialiste des paradis fiscaux modernes que sont les ports francs.

 Mise en examen, perquisitions et gel mondial des avoirs pour Yves Bouvier

C’est sur plainte d’un milliardaire russe, Dimitry Rybolovlev, propriétaire de l’AS Monaco, qu’Yves Bouvier vient d’être mis en examen à Monaco pour une sombre affaire d’escroqueries et complicité de blanchiment portant sur la cession d’œuvres d’art pour une valeur de plusieurs centaines de millions d’euros. Mis en garde à vue, M. Bouvier a été relâché contre une caution de 10 millions d’euros. L’enquête en cours a entrainé plusieurs perquisitions dans les bureaux genevoix de Natural le Coultre, et le gel de ses avoir mondiaux décidé par un tribunal de Singapour, ville où M. Bouvier opère l’un de  ses ports francs.

Le Temps Bouvier gel des avoirs

Le Temps, 13 mars 2015

M. Bouvier bénéficie évidemment de la présomption d’innocence. Cependant, jusqu’à conclusion de cette affaire, M. Bouvier ne cache pas son intention de geler un certain nombre de projets. Il déclare ainsi au journal suisse Le Temps, du 6 mars 2015 : « J’ai dû mettre des projets en stand-by, et certains le resteront jusqu’à ce que cette affaire soit réglée ». Une menace incontestable pour R4 dont le budget dépasse les 150 millions d’euros.

 Le paradis fiscal des ports francs sous pression

Au-delà de l’inculpation pour escroquerie, c’est tout le système des ports francs sur lequel M. Bouvier a créé sa fortune qui revient sur le devant de la scène. Rappelons que ces coffres-forts ultra sécurisés hébergés à Genève, Luxembourg et Singapour, permettent aux grandes fortunes du monde entier d’entreposer à l’abri des regards curieux, et surtout des inquisitions du fisc, des trésors en toute discrétion. Depuis la levée du secret bancaire suisse, ces paradis fiscaux d’un nouveau genre n’ont jamais connu autant de succès, suscitant par là même de nouvelles pressions des autorités douanières et fiscales, notamment en Suisse.

Le Monde, 23 avril 2014

Le Monde, 23 avril 2014

Le Monde, 13 avril 2014

Les ports francs de Genève abriteraient 100 milliards d’euros exonérés de droits de douane…

Ce régime très particulier sera-t-il remis en question ? C’est peut être l’un des enjeux de l’affaire Bouvier. S’il devait l’être, M. Bouvier aurait sans doute d’autres soucis que R4 à affronter, et le financement de ce projet risque bien de ne plus être sa priorité…

Alors que tous les obstacles juridiques étaient levés, R4 trébuchera-t-il sur les ennuis judiciaires de son promoteur ? Décidément la saga de l’Ile Seguin est bien mouvementée…

Lire ici notre dossier :

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-projet-r4-les-questions-qui-derangent/

Le Point 27 février 2015 : Les ports francs de Geneve, l’autre coffre fort suisse :

http://www.lepoint.fr/societe/les-ports-francs-de-geneve-l-autre-coffre-fort-suisse-27-02-2015-1908462_23.php

 

 

 

 

 

 

 

 

Read More

Ile Seguin : Les associations lèvent leur recours, feu vert pour le projet R4

Posted by on sept 2, 2014 in Actualité | Commentaires fermés sur Ile Seguin : Les associations lèvent leur recours, feu vert pour le projet R4

Les associations maintiennent leur opposition au bétonnage du centre de l’Ile

Ile Seguin R4

Le projet R4 de création d’une micro-ville artistique, soutenu par la société suisse Natural le Coultre, se heurtait jusqu’ici à un sérieux obstacle.

2 associations de défense de l’Environnement, Actions Environnement Boulogne Billancourt et Boulogne Environnement, avaient en effet déposé un recours contentieux contre le permis de construire délivré par la mairie de Boulogne Billancourt à la SCI R4.

La première préoccupation des associations était que R4 ne serve pas de « cheval de troie » au bétonnage massif de l’Ile, et que leur accord sur ce projet ne soit pas compris comme acceptation du PLU  de 2013. La deuxième préoccupation était que R4 soit aménagé en tant que projet d’intérêt général, donc avec un objet très différent de l’activité principale de son actionnaire, à savoir le stockage d’œuvres d’art dans des lieux hautement sécurisés, à l’abri du fisc, dans les ports francs de Genève, Luxembourg et bientôt Singapour.

Suite à l’annulation par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise du PLU qui servait de base à l’ensemble du projet de bétonnage Nouvel, Mme Wenger, directrice de R4, percevant le risque créé pour son projet par cette annulation,  a voulu entamer  un dialogue avec les associations.

Au terme de discussions intenses, un accord a été trouvé entre les associations et Mme Wenger.

–          Même si au regret des associations, R4 ne sera pas géré sous l’égide d’une fondation, les espaces de création et d’exposition seront très largement ouverts au public. R4 abritera bien des réserves et assurera donc sa fonction d’entreposage, cœur de métier de la société Natural le Coultre, mais la plus grande partie possible de ces réserves seront visitables. Les galeries d’art et la halle d’exposition qui seront intégrées au projet contribueront à faire de R4 un lieu public. Enfin, l’élaboration d’une offre pédagogique à destination des élèves des écoles de la ville sera mise au point.

–          Les associations seront partenaires privilégiées, et seront consultées pour l’intégration de R4 dans le site. Elles seront également associées à sa programmation, dans un esprit de garantie d’ouverture à un public large, et pas seulement à de riches et fortunés amateurs. Elles pourront elles-mêmes organiser des événements au sein de R4.

2 pointes de culture, pas de cœur de béton !

Par cet accord, les associations Boulogne Environnement et AEBB témoignent de leur volonté de faire avancer l’aménagement de l’Ile Seguin. Elles font ainsi preuve de l’esprit positif qui les anime dès lors qu’un projet s’inscrit dans le cadre de l’intérêt général, en respectant le site et dans une conception équilibrée de l’urbanisme.

Cela avait été le cas avec la Cité Musicale du Conseil Général qui va occuper la pointe aval de l’Ile. Le projet de Cité Musicale a été mené en un temps record. Moins de 2 ans et demi ont séparé le lancement de l’appel d’offres et le premier coup de pioche. Grâce à une excellente concertation, aucun recours n’a été formulé contre la Cité Musicale.

Cité Musicale. Capture d’écran du site d’information.

Cité musicale de l’Ile Seguin. Copie d’écran du site d’information.

Avec la Cité Musicale sur la pointe aval,  avec l’accord trouvé autour de R4 sur la pointe amont, les associations de défense de l’environnement témoignent de leur volonté d’aller de l’avant et de sortir de l’impasse dans laquelle le projet de bétonnage Nouvel, basé sur le PLU annulé de 2011, a plongé l’aménagement de l’Ile.

Entre ces 2 pointes dédiées à la culture, les associations, les riverains et les amoureux de l’Ile Seguin sont plus que jamais décidés à faire reculer l’absurde projet de bétonnage du cœur de l’Ile, basé sur une muraille de béton et une tour massive.

Ile Seguin. La muraille et la tour.

Ile Seguin. La muraille de béton et la tour.

AEBB et Boulogne Environnement réaffirment dans un communiqué commun que le retrait de leur recours contre R4 ne marque pas la fin de leur action contre l’annulation du PLU de 2013 et le projet de bétonnage et de tour au centre de l’Ile.

« Comme nous l’avons déjà affirmé par le passé, nous avons toujours été favorables au projet R4. Nous nous sommes opposés à son permis de construire parce que nous contestons le PLU dans lequel il est inscrit. Nous sommes attachés au droit qui est en effet le seul recours des habitants quand le dialogue constructif ne parvient pas à s’instaurer […] De plus nous avons eu la confirmation par notre conseil juridique que les procédures contre R4 et le PLU sont indépendantes. Ainsi [..] nous avons pu déconnecter les deux actions et retirer notre recours », a déclaré Agnès Bauche, Présidente d’AEBB.

Les vertus du dialogue

« Cela prouve que le temps d’un projet culturel a pu s’inscrire dans celui de la décision publique et du dialogue qui anime la société civile », s’est félicité Nelly Wenger, directrice du projet R4, dans un article des Echos du 2 septembre 2014.

Pour sa part, Jean-Christophe Hammerlé, Président de Boulogne-Environnement, a déclaré : «En tant qu’acteur associatif c’est la pertinence d’un projet pour la ville et les Boulonnais qui guidé notre action. Madame Wenger a su nous apporter des réponses convaincantes à nos préoccupations sur la façon dont le R4 allait vivre et s’insérer sur l’Ile et au sein de son écosystème. Le nouveau bureau de Boulogne Environnement s’est engagé dès son élection à faire avancer le projet R4. Nous nous réjouissons du travail de concertation très riche qui a permis de renforcer cette adéquation en prévoyant d’associer dès aujourd’hui Boulogne Environnement sur des aspects clés du projet. Ce travail en commun portera sur les thèmes liés à l’insertion dans le territoire, la vocation culturelle et l’ouverture au plus large public ».

 Dialogue, concertation. Ce sont les mots clés qui ont permis qu’aujourd’hui avec la Cité Musicale, qui fait consensus, et R4, débloqué, la vocation culturelle de l’Ile Seguin se concrétise.

Dialogue, concertation, et si c’était la clé pour sortir de l’impasse, et de la folie bétonnière qui menace le centre de l’Ile ?

Liens utiles

Les Echos du 2/9/14

http://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/0203741813438-feu-vert-a-la-construction-du-pole-art-de-lile-seguin-1038385.php

 Consensus autour de la Cité Musicale de l’Ile Seguin

http://www.sauvonslileseguin.com/consensus-autour-de-la-cite-musicale-de-lile-seguin/

 Dès février 2012, nous approuvions les deux pointes de culture, et nous opposions au cœur de béton

http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-deux-pointes-de-culture-un-coeur-de-beton/

 

 

 

Read More
Page 1 sur 212
%d blogueurs aiment cette page :
http://pv8.us